2 août 2012: Jean Charest loin d'être assuré de conserver son siège

Un court billet sur le blogue du JdM concernant les chances que le Premier Ministre ne soit pas réélu personnellement. Voici une copie du texte:

Titre: 1 point de pourcentage.


C'est l'avance dont le PQ a besoin au niveau provincial afin d'empêcher Jean Charest d'être réélu dans sa circonscription. En effet, avec les Libéraux et la formation souverainiste pointant dans les bas 30%, le Premier Ministre est projeté perdant tant et aussi longtemps que son parti est derrière le PQ, même par seulement 1 point. Cela signifie que Jean Charest débute cette campagne en n'étant pas certain du tout d'être personnellement réélu.

Pour ceux qui seraient sceptiques, rappelez-vous qu'en 2007 lors de la vague ADQ, Jean Charest avait sauvé son siège de justesse (on se rappelle également que Radio-Canada l'avait déclaré perdant à un moment donné durant la soirée électorale...). Lors de cette élection, le PLQ avait recueilli 33% des votes, contre seulement 28% au PQ. Le chef du Parti Libéral avait finalement remporté son comté par un peu plus de 3.5 points. Cette année, le PQ est sondé au-dessus de 30% alors que le PLQ est encore plus mal loti qu'il y a 5 ans. Ainsi, cette petite avance d'environ 3.5 points dans Sherbrook a complètement disparu.

Certains objecteront que Jean Charest, en tant que chef et Premier Ministre, devrait bénéficier d'un avantage spécifique. Dans les faits, cet avantage est inclus dans le modèle. En effet, ayant les résultats dans cette circonscription pour les trois dernières élections, si un tel effet Charest existe, il est déjà intégré. La seule possibilité serait un avantage spécial cette année. Mais après 9 ans au pouvoir et un taux d'insatisfaction si élevé, il est difficilement justifiable d'accorder un bonus supplémentaire à Jean Charest cette fois-ci. Et le bonus pour Charest peut fort bien être annulé par un effort plus intensif du PQ. Le symbole de battre le PM sortant est naturellement important.

Bien sûr, les projections, tout comme les sondages, ont un degré d'incertitude. Avec une avance de 1 point au niveau provincial, le PQ ne serait pas assuré de remporter Sherbrook. Mais tant et aussi longtemps que les Libéraux resteront derrière le Parti Québécois dans les sondages, le Premier Ministre fait face à un grand risque de ne pas être réélu. Ainsi, Jean Charest et son parti ont leur destins liés. En effet, tant que le PQ aura une avance dans les sondages, même une avance aussi courte que 1 point, ce parti devrait reprendre le pouvoir (souvenez-vous que quand le PQ et PLQ sont proches, cela signifie une confortable avance dans le vote francophone pour le parti de Pauline Marois). Au moins la situation est claire pour le Premier Ministre: s'il perd le pouvoir, il ne sera vraisemblablement pas réélu personnellement. Et vice-versa.

Je vous encourage à essayer le simulateur électoral afin de voir par vous-même les scénarios dans lesquels Jean Charest perdrait son siège.

Share this

Related Posts

Previous
Next Post »