Partielles du 5 décembre: le PLQ à la peine, bonne soirée pour le PQ et QS

Les élections partielles d'hier nous ont réservé quelques surprises. Et en se basant sur ces résultats, le PQ remporterait probablement une élection générale si elle avait lieu demain.

Naturellement, avec une participation anémique (ce qui est un peu surprenant compte tenu du fait que les taux par anticipation étaient plutôt bons - est-ce la faute à la météo?), il faut faire attention avant de tirer des conclusions trop définitives. Cependant, simplement car il s'agissait de partielles ne veut pas dire qu'il n'y a aucune source d'information.

Avant de regarder les projections extrapolées de ces partielles, voici quelques remarques:

- Depuis 2014, le PLQ avait fait mieux que les projections lors de partielles 7 fois sur 9, souvent de façon significative. Or, hier soir, le PLQ a fait moins bien que prévu dans les 4 comtés! C'est bien ma chance d'étudier en détails les résultats des partielles et de voir ces tendances lourdes changer.

- Une partie est due au fait que le sondage le plus récent, de Crop, était probablement dans le champ. J'en avais parlé auparavant mais les résultats de hier soir ne sont en rien cohérents avec un PLQ largement devant et un PQ sous son niveau de 2014. Et sur ce point, partielles ou pas, je crois que l'on peut conclure que Crop avait tort. Et cela a quelque peu faussé mes projections.

- Dans deux comtés, un parti avait perdu un candidat vedette (PKP dans Saint-Jérôme et Sylvie Roy dans Arthabaska). Dans les deux cas les projections en tenaient compte. Mais dans les deux cas il ne semble pas y avoir eu de baisse. C'est surprenant et si c'était à refaire, je continuerais de penser que le PQ souffrirait de la perte de PKP (dont l'effet personnel était statistiquement significatif à 5 points en 2014) et que la CAQ baisserait de beaucoup avec la perte de Roy. Bon voilà, parfois la réalité est différente.

- Outre la victoire facile du PQ dans Saint-Jérôme, l'autre résultat très surprenant était le faible score (relativement parlant) du PLQ dans Verdun. Les Libéraux n'ont pas eu une bonne nuit hier mais la chute dans Verdun est dramatique.

- QS devrait se réjouir de ces résultats. 2e dans Marie-Victorin, 3e dans Verdun avec un score fort élevé. Si ce parti pouvait avoir une bonne organisation dans bien davantage de comtés, il ne serait pas une vraie force seulement sur l'île. Cela étant dit, la bataille pour l'est de l'île en 2018 pourrait bien être entre le PQ et QS et ces deux formations feraient bien de s'entendre. Un candidat unique aurait possiblement remporté Verdun hier soir. Je dis possiblement car on ne sait pas vraiment ce qui serait arrivé. Les Libéraux auraient peut-être été plus motivés s'il y avait eu une réelle menace par exemple.

Ok, que pouvons-nous apprendre de ces partielles? La participation y a certes été faible, mais cela affecte tout le monde. Surtout, les circonscriptions étaient variées. En particulier, le PLQ, PQ et CAQ avaient tous, en gros, un comté facile, un ou deux comtés difficiles et un comté prenable. Pour le PLQ, ce sont, dans l'ordre, Verdun, Marie-Victorin et Saint-Jérôme, Arthabaska.

Il est impossible de totalement réconcilier les résultats dans les 4 comtés avec des intentions de vote provinciales qui nous donneraient ces résultats. Pour le PLQ par exemple, il est impossible d'avoir en même temps 35% dans Verdun mais 28% dans Arthabaska. Cependant, si l'on fait une moyenne sur 3 comtés (le facile, le prenable et un des deux difficiles), la variation moyenne observée a fort probablement une valeur informationnelle. Pourquoi? Car chaque parti avait un effort différent dépendamment de la course (le PLQ n'a rien essayé dans Saint-Jérôme). Mais en faisant la moyenne, ces différences d'effort devraient être éliminées

En procédant ainsi, voici les variations par rapport à 2014:

PLQ: -9.5%
PQ: 8.3%
CAQ: -0.2%
QS: 2.5%

J'avais déjà évoqué que 2014 était quelque peu unique car, pour la première fois, il semblait y avoir eu un "swing" important du PQ au PLQ (normalement les mouvements se faisaient de et vers la CAQ, pas directement entre PQ et PLQ). Il se peut que nous soyons de retour à la normale ici. Crop parlait des souverainistes quittant le PQ, personnellement, ces partielles semblent plutôt montrer un retour des non-souverainistes au PQ (c'est une théorie qui fonctionne, rien de plus).

Si j'utilise ces variations pour la province, voici les projections:

Intentions de votes; Projections de sièges avec intervalles de confiance à 95%; Chances de remporter le plus de sièges

Ces projections ne sont basées sur aucun sondage (bien que ces chiffres soient tout à fait en ligne avec ceux du dernier Léger). Je suis bien conscient que ce n'est pas idéal de baser des projections sur les résultats de 4 partielles avec une faible participation, mais en même temps, est-ce vraiment pire que de les baser sur un sondage avec 800 observations?

De plus, les chiffres ici ont davantage de sens. On voit un PLQ au plus bas, ce qui est logique compte tenu de l'impopularité du gouvernement Couillard. On voit une CAQ constante mais un PQ en hausse. Et un PQ avec un "effet Lisée" pas observé lors des sondages depuis son élection.

Personnellement, si je devais faire des projections pour une élection demain, j'aurais davantage confiance en celles-ci que sur les projections basées sur le Crop.

Après, vous en faites ce que vous voulez. C'est un exercice parmis tant d'autres. Je trouvais cela intéressant. Pour le PQ, la situation est bonne mais pas extraordinaire. Une majorité pour le PQ reste difficile. Les probabilités selon ces simulations sont de 39%.

Élections partielles du 5 décembre: tous les regards sur Saint-Jérôme

Il y a 4 élections partielles ce 5 décembre, mais une seule (voire possiblement une 2e) avec de l’incertitude. Verdun et Marie-Victorin devraient logiquement revenir, respectivement, au PLQ et au PQ. Arthabaska est plutôt sûr pour la CAQ (voir ci-dessous). Saint-Jérôme est cependant une course entre le PQ et la CAQ et il m’est impossible de faire une prédiction avec confiance dans ce comté.

1. Sondages provinciaux et participation

J’ai évoqué les sondages à l’échelle de la province récemment avec notamment le fait que Crop et Léger avaient des chiffres forts différents. J’ai fait une moyenne des deux pour mes projections, mais j’ai donné un peu plus de poids au Léger car je crois que le récent Crop était un peu « off » en bon français. Au final, avec l’utilisation des simulations, 1 ou 2 points ne changent pas fondamentalement les projections et il nous faut nous souvenir que les élections partielles sont différentes des générales. Parlant de simulations, j’ai ajouté davantage d’incertitude que d’habitude pour tenir compte du fait que les partielles sont parfois imprévisibles.

Les données sur la participation pour le vote par anticipation lors de ces partielles nous montrent que les électeurs sont intéressés, du moins comparativement aux partielles de l’année passée par exemple. Dans les 4 comtés, la participation par anticipation est à environ la moitié de celle (toujours par anticipation) lors de l’élection générale de 2014 (prenez l’exemple de Saint-Jérôme : 10.86% cette année vs 22.42% en 2014). À ce jeu-là, Arthabaska semble être le comté avec la participation la plus élevée, ce qui est un bon signe pour la CAQ. De manière générale, plus la participation est élevée et moins de chances il y a d’avoir de grosses surprises. En effet, les surprises lors de la partielles arrivent en général car la participation y est faible et un parti réussit à faire sortir son vote.


2. Ajustements

Le PLQ a tendance à faire sortir son vote lors de chaque partielle (ou presque). Si on ne tient pas compte de la partielle dans René-Lévesque l’année passée (où le PLQ était passé relativement proche de l’emporter), on parle d’un bonus d’environ 4 points en moyenne. Lors de ces 4 partielles, j’en tiens compte dans Arthabaska et Verdun. À l’inverse, le PQ et la CAQ ont tendance à faire pire que prévu lors des partielles où ils ne sont pas dans la course. Dans le cas présent, on parle d’Arthabaska (et Verdun) pour le PQ et de Verdun pour la CAQ. On parle d’une sous-performance d’environ 2-3 points en moyenne.

Pour Marie-Victorin, honnêtement, c’est la partielle la moins intéressante (du poids de vue du suspense) et j’ai laissé tous les résultats sans ajustement. Je serais sous le choix si le PQ ne conservait pas ce siège facilement.

Pour Arthabaska, je tiens compte du fait que la CAQ y a perdu une candidate vedette et très populaire en Sylvie Roy. J’estime son effet à 10 points, répartis entre le PLQ et le PQ. La CAQ (ou ADQ) est familière avec les effets de la perte d’un candidat vedette, par exemple Rivière-du-Loup ou Chauveau. Nous verrons comment le parti de François Legault performe demain soir mais je crois sincèrement que la perte de Sylvie Roy aura un effet. Heureusement pour la CAQ, son avance devrait être suffisante pour conserver le siège. D’autant plus que les sondages récents sont favorables à la CAQ et défavorables au PLQ. Il reste que la CAQ n’est pas garantie de conserver ce siège et une victoire PLQ ne représenterait pas une énorme surprise.

Dans Verdun, j’ai des personnes sur le terrain qui me disent que QS est bien organisé (pas une surprise), le PQ pas tellement et, très étonnamment, la CAQ est présente ! Je serais très surpris si la Coalition obtenait tout autre chose qu’une claque dans ce comté, mais on ne sait jamais. La victoire du PLQ est assurée selon moi (on parle d’un comté dans l’ouest de l’île après tout) mais il restera intéressant de voir les résultats du PQ et de QS. Est-ce que QS pourra répéter sa bonne performance de la partielle de Saint-Henri-Sainte-Anne ? Est-ce que ce parti réussira à prendre des votes au PQ (les partisans d’un référendum rapide par exemple) ? Je pense que QS a de très bonnes chances d’obtenir 15% des votes (contre 10% en 2014), voire davantage. Le « boost » dont QS bénéfiera sera cependant probablement un peu moindre que celui dans SHSA l’année dernière.

Finalement, Saint-Jérôme, est très dur à projeter. Ce comté était passé de la CAQ au PQ en 2014 alors que l’inverse arrivait en général dans cette région. L’effet PKP est estimé à environ 5 points (pris à la CAQ). Sans tenir compte de cet effet (ou plutôt la perte de cet effet avec le départ de PKP), le PQ serait projeté favori. Ainsi, la question est vraiment de savoir si la CAQ réussira à récupérer ces votes et ce sièges. Legault travaille fort pour établir le 450 comme LA région CAQ et une victoire dans Saint-Jérôme serait importante. Pour Lisée, perdre ce comté serait un bien mauvais départ à son règne au PQ.

Au final, voici les projections pour demain ainsi que les chances de gagner.



Je veux apporter quelques remarques aux projections dans Saint-Jérôme., en particulier concernant les probabilités. Celles-ci ont prouvé être effectives et précises lors d’élections générales. Mais il s’agît d’une partielle ici et bien franchement, je crois qu’il est presque plus adéquat de parler d’une course 50-50. Il faut bien se rendre compte qu’une avance projetée de 4 points ne représente pas grand-chose. Il suffit d’une erreur des sondages provinciaux de 2 points et on a une égalité. Ou alors l’effet PKP était un peu plus ou moins fort que prévu. Il peut aussi y avoir une sortie de vote un peu meilleure que prévue et le PQ se retrouve gagnant. Tout cela pour dire qu’il y a plusieurs facteurs qui font en sorte d’introduire beaucoup d’incertitude. Le fait que Crop et Léger avaient des chiffres différents (surtout pour le PQ) n’aide vraiment pas. Si Léger avait raison, le PQ remportera sûrement cette bataille. Mais si Crop avait juste alors la CAQ devrait faire un gain.

Par rapport à mes premières projections dans ces partielles, il y a essentiellement eu deux changements. Tout d'abord, le sondage Crop a montré un PQ en baisse et je me dois d'en tenir compte, au moins partiellement. Ensuite, j'ai passé davanatage de temps sur l'effet PKP et observé qu'il était bien d'environ 5 points, mais il provenait presque entièrement de la CAQ. Mais une projection 37-34 ou 35-39 n'est pas si différente. Surtout pour une partielle, la correcte interprétation est davantage que c'est très serré.

Regardons d’autres indicateurs que les sondages et projections. Sur Twitter, Bruno Laroche de la CAQ a 252 « followers » contre 349 à Marc Bourcier du PQ et 88 à Naömie Goyette du PLQ (Marcel Gosselin de QJ en a seulement… 11). Si on regarde les mentions facebook, Laroche se retrouve même en 3e position derrière Goyette et Bourcier. Ces mentions identifient le même gagnant que mes projections dans les trois autres comtés. En même temps, il est quasiment impensable que le PLQ termine devant la CAQ demain soir dans Saint-Jérôme. Au final, je n’ai pas vraiment un moyen systématique de tenir compte de ces indicateurs dans mes projections. Personnellement, je vois ces chiffres comme un autre signe que la bataille dans Saint-Jérôme est serrée et difficile à prévoir. De façon subjective aussi, il est difficile de séparer ces candidats. Bruno Laroche est préfet de la MRC Rivière-du-Nord et maire de Saint-Hippolyte alors que Marc Bourcier est Conseiller municipal du district 4 à Saint-Jérôme. Un petit avantage à Laroche possiblement ? Votre estimation est aussi bonne que la mienne.


Ma projection restera ainsi : course serrée dans Saint-Jérôme avec, je crois, un léger avantage à la CAQ. Essayer d’aller au-delà de ce pronostic me semble mal avisé. 

Les souverainistes quitteraient le PQ?

Les souverainistes quitteraient le PQ?
Il faut accorder une chose à Crop et à La Presse, ils savent sortir les manchettes! Il y a un mois, Crop nous parlait d'un grand bouleversement de l'échiquier politique Québécois avec l'arrivée de Lisée, nous expliquant "qu'il chauffait le PLQ" alors même que ce dernier avait un bon 7 points d'avance!

Hier, Crop et la Presse nous montraient un PQ en forte chute (perte de 6 points), profitant à la CAQ. La chute étant particulièrement causée par un grand nombre de souverainistes quittant, soi-disant, le PQ.

Je n'ai rien contre les manchettes ou titres accrocheurs, mais cela m'agace profondément quand un journal, un analyste, etc, tire des conclusions bien trop importantes et hâtives en se basant sur un seul sondage.

Regardons ce sondage Crop de plus près (avec, en bonus, le pdf! Et oui, Crop est enfin passé à la modernité depuis le mois passé et publie les détails de ses sondages! C'est magique). Le PLQ y est stable à 36% (perte de 1 point), le PQ, tel que mentionné ci-dessus, perd 6 points pour se retrouver à 24%, la CAQ grimpe de 22 à 26% tandis que QS passe de 9 à 11. Avec de tels chiffres, le PLQ gagnerait et serait probablement majoritaire (utilisez le simulateur pour cela).

La chute du PQ est significative statistiquement. En même temps, regardons le PQ chez Crop au cour des derniers mois. Depuis août, on a 25, 27, 30 et 24. La chute du PQ ce mois-ci pourrait n'être qu'un retour à la normal (un peu en-dessous, certes). Pareil pour la CAQ: 25, 26, 22 et 26. Ainsi, il se peut que ce que je qualifiais d'absence d'effet Lisée après son arrivée était en fait, bel et bien, un petit "boost" suite à son élection.

Le problème avec ces chiffres c'est qu'ils ne s'entendent vraiment pas avec ceux de Léger. Le plus récent sondage de cette firme, fait entre le 7 et 10 novembre (le Crop a été fait du 16 au 21, donc une semaine plus tard) avait le PQ stable à 30%. Et alors que Crop a eu le PQ aux alentours des 25% depuis cet été, Léger l'a vers 30%. Le PLQ est aussi plus bas chez Léger (surtout ce mois-ci à 31%) que chez Crop.

Il y a d'autres différences. La satisfaction envers le gouvernement tourne autour des 28-30% chez Léger (avec 66% d'insatisfaits et 7% de ne sais pas ou refus) tandis que Crop mesure cette satisfaction à 40%. Et là aussi les différences persistent depuis des mois.

Aussi, la division entre francophones et non-francophones est différente. Chez Léger, c'est 19% de l'échantillon qui est non-franco (en nombre absolu; c'est 21% pondéré), chez Crop, seulement 15.7% (pas sûr si c'est pondéré ou non). Crop a le PLQ à 82% chez les non-franco (et 24% chez les franco) alors que Léger a respectivement 71% et 19% ce mois-ci (où le PLQ était en forte baisse chez eux) mais 80% et 23% en octobre. Si l'on regarde les chiffres d'octobre (de Léger), on peut ainsi voir que Crop et Léger s'entendent relativement bien sur les pourcentages mais leurs échantillons ont un ratio franco/non-franco différents. Est-ce là l'une des causes principales des différences observées? Peut-être. En même temps, Crop a davantage de francophones et un PQ plus faible (38% chez Léger, seulement 30% chez Crop), ce qui est un peu contradictoire.

Alors soit l'une de ces firmes possède la vraie réponse, ou la vérité se situe entre les deux. Impossible de déterminer qui a raison sans une élection. Les partielles arrivent bientôt et nous fourniront, peut-être, une indication sur cette question.

Ok, revenons à mon point central qui est que Crop et la Presse poussent les conclusions bien trop loin. Ils nous disent que les souverainistes quittent le PQ pour QS et la CAQ. Voici l'extrait de l'article:

Le PQ détenait 73% du vote des souverainistes en octobre dernier. En novembre, 57% de ceux qui voteraient Oui au référendum sont toujours péquistes, un réalignement majeur, observe Alain Giguère. «C'est une forte baisse», insiste le sondeur. Ces électeurs souverainistes sont allés à Québec solidaire - QS avait 11% des souverainistes en octobre, il en a désormais 19%. La CAQ aussi a récolté: elle qui avait en octobre 13% de ceux qui voteraient Oui au référendum obtient désormais 19% du vote souverainiste

On parle de réalignement majeur si c'est vrai. Et tout cela en 1 mois? Avec deux sondages faits après la course à la direction? Vraiment? Est-ce que cela a du sens que des souverainistes soi-disant déçus de l'approche référendaire de Lisée se tourneraient vers... la CAQ? Lisée a remporté la course au PQ bien plus facilement que prévu (47% dès le premier tour). Les membres du PQ semblaient ainsi majoritairement d'accord pour repousser un référendum à 2022. Et je devrais croire que les électeurs du PQ (j'imagine les électeurs non membres comme étant très probablement plus centristes et modérés sur cette question) ne suivraient pas, ou plus?

Je comprends que Crop fasse confiance à ses chiffres, c'est tout-à-fait normal. Mais ils devraient aussi savoir que ces chiffres sont soumis à une grande incertitude. Affirmer haut et fort que "Lisée a déçu" est un peu poussif. Surtout 4 semaines après avoir parlé de Lisée chauffant la CAQ et le PLQ. Tel que je l'ai démontré dans cet article, les variations du PQ et de la CAQ peuvent totalement s'expliquer par un retour à moyenne chez Crop. Et quand cette moyenne est très différente de celle de Léger, cela crée des doutes.

Au fait, j'ai fait les calculs chez Léger et le PQ possédait encore 57% des électeurs qui voteraient OUI à un référendum. Donc là aussi il se peut que le 73% chez Crop du mois passé n'était en fait qu'une hausse temporaire (ou une variation statistique).

En conclusion, déclarer que les souverainistes quittent le PQ pour QS et la CAQ est vraiment prématuré. On parle d'un sondage avec 843 électeurs décidés. C'est pas beaucoup, les variations existent. Personnellement, cela m'apparaît davantage comme un retour à la moyenne chez Crop. La vraie question est plutôt de savoir pourquoi les moyennes chez Crop et Léger ne s'entendent pas.

Aussi, bien que je trouve les conclusions apportées par Crop et la Presse un peu poussives, il reste que le PQ n'est pas dans une position idéale. Le PLQ reste largement en avance (à part possiblement dans le tout dernier Léger, mais il faudra confirmer ces chiffres) et la CAQ reste proche aussi. Il se peut que les Québécois ne prêtent pas vraiment attention à 2 ans de l'élection, mais on s'attendrait à ce qu'au moins un des partis d'opposition profite davantage de l'insatisfaction générale.

En passant, j'ai mis à jour le simulateur avec quelques petites modifications (partielles passée, etc). Donc vous pouvez l'utiliser avec les chiffres de ce sondage. Pour les partielles à venir, je n'ai pas inclus les effets tel que la perte de Sylvie Roy pour la CAQ. Ainsi, ce parti est probablement surestimé dans Arthabaska (je dirais par au moins 10 points mais j'y reviendrai).

4 circonscriptions où un candidat unique PQ-QS serait logique

4 circonscriptions où un candidat unique PQ-QS serait logique
Après avoir refusé l'offre du Jean-François Lisée de présenter un candidat unique dans la partielle de Verdun, voilà que Québec Solidaire se dit ouvert à une entente pour 2018.

On est bien sûr loin d'un tel accord entre les deux partis, mais si cela devait arriver, dans quelles circonscriptions devraient-ils présenter un candidat unique? La réponse n'est pas simple du tout, pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, la liste des comtés où il y a une division du vote entre le PQ et QS (ce qui profite au PLQ ou à la CAQ) change en fonction des intentions de vote et des résultats. En particulier la liste est fort différente selon que le PQ est à 25% ou à 35%. Une entente devrait ainsi prédire où les différents partis se retrouveront en 2018.

Il y a aussi la question de savoir si les électeurs de ces deux formations répondraient favorablement à une telle entente. J'ai écrit là-dessus à de multiples reprises et je maintiens ma position: la réponse est oui. Je n'ai aucune raison de penser ou aucune information ou donnée me montrant le contraire. En même temps, cela ne veut pas dire qu'un candidat unique PQ-QS récolterait exactement la somme des votes PQ et QS. Mais il en conserverait une bonne majorité (environ 75-80%).

Alors, quels comtés ont le plus de sens d'un point de vue logique et stratégique? Pour répondre à cette question, j'ai estimé trois scénarios et pour chacun, j'ai calculé le nombre de sièges sans et avec candidat unique (dans tous les comtés). J'ai ensuite regardé combien de comtés bénéficiaient (pour le PQ-QS) d'un candidat unique et si cela arrivait dans plusieurs scénarios. Pour se faire, j'ai redistribué les votes selon l'information disponible (que j'ai expliquée dans mes articles précédents).

Les trois scénarios sont les suivants: un scénario "pire" où on garde les résultats de 2014 (encore une fois, "pire" du point de vue du PQ). Un scénario récent basé sur les sondages récents (donc PLQ et PQ essentiellement à égalité) et un scénario "moyen" où le PLQ gagnerait par 5 points (35% vs 30% pour le PQ). Pourquoi pas de scénario avec le PQ devant? Car si le PQ gagne le vote populaire, ce parti va probablement remporter le plus de sièges en raison de son avantage électoral. Ainsi, la division du vote ne sera pas essentielle. Oui, on pourrait imaginer un scénario à la 2012 mais mon scénario "récent" fait essentiellement cela. Si le PQ gagne 35% vs 30% par exemple, le PQ remporterait presque assurément une majorité.

Les résultats? En moyenne, s'il y avait un candidat unique dans chaque comté, le PQ+QS remporteraient 8-10 sièges de plus. Mais vu que l'on ne parle pas d'une fusion PQ-QS, ces 8-10 sièges représentent vraiment un scénario utopique.

Aussi, beaucoup pensent que la division du vote avantage le PLQ mais dans les faits la CAQ est souvent la gagnante. Sans division du vote dans le 450, la CAQ se serait retrouvée bien faible en 2014. Lors de cette élection, le PLQ n'aurait pas été affecté par une fusion PQ-QS.

Aucun comté ne bénéficiait d'un candidat unique dans les trois scénarios. Cependant plusieurs le faisaient dans 2 sur 3. Voici la liste, avec les scénarios dans lesquels ces comtés changeraient; "récent" est le scénario basé sur les dernières projections, "2014" est celui basé sur les résultats de la dernière élection et "PLQ par 5" est le scénario où le PLQ gagnerait 35% vs 30%):

Blainville; récent et 2014
Iberville; récent et 2014
Jean-Lesage; récent et PLQ par 5
Johnson; récent et 2014
La Prairie; récent et PLQ par 5
Laurier-Dorion; récent et PLQ par 5
Mirabel, récent et 2014
Montarville, récent et PLQ par 5
Sainte-Hyacinthe; récent et 2014

En partant du principe que le PQ n'envisage pas de faire aussi mal qu'en 2014 (et que le PLQ continuera son yoyo entre être sur et sous la barre des 40%), les comtés intéressants sont ceux qui bénéficient d'un candidat unique dans les scénarios "récents" et "PLQ par 5". Cela signifie 4 circonscriptions. Regardons-les en détails.


1. Laurier-Dorion

Cette circonscription est l'exemple parfait de la division du vote qui peut arriver en raison de notre mode de scrutin. Il s'agît d'un comté remporté par le PLQ depuis 2007 sans pour autant jamais dépasser la barre des 50%. En 2008 et 2012, la somme PQ+QS était respectivement 4 et 16 (!!) points au-dessus du pourcentage Libéral. La division n'a pas opéré en 2014 tant le PLQ était en avance sur le PQ provincialement, mais il y a fort à parier que ce sera le cas en 2018 (en partant du principe que le PQ fera mieux qu'en 2014, ce qui n'est pas très difficile).

Ce comté est aussi intéressant car QS a de meilleures chances de le remporter que le PQ. Ainsi, le candidat unique devrait logiquement provenir de la petite formation de gauche. Dans les faits, selon les plus récentes projections, QS pourrait fort bien remporter ce comté sans aucune aide.

La division se faisant en faveur du PLQ ferait en sorte que convaincre les électeurs de suivre les directives serait plus facile.


2. Jean-Lesage

Le PQ y avait terminé 3e en 2014 mais le PLQ n'était que 15 points devant. Un comté avec possiblement une course à trois la prochaine fois. QS, avec ses 12%, pourrait s'avérer fort utile pour le PQ. Cela me permet de faire remarquer que QS, pour la première fois en 2014, n'a pas progressé provincialement seulement en progressant sur l'île. Ce parti a commencé à récolter de bons résultats dans le 450 et même à Québec. Je pense que cette tendance pourrait se maintenir si QS atteignait les 10% et plus provincialement.


3. La Prairie

Dans ce comté la division se fait en faveur de la CAQ et on se retrouve dans le 450. Je ne suis pas certain que les électeurs PQ ou QS du 450 réagiraient de la même manière à un candidat unique que ceux sur l'île, surtout si ce candidat unique est là pour ravir un siège à la CAQ et pas aux Libéraux. Il reste qu'un candidat unique auraient de bien meilleures chances. La partielle dans Saint-Jérôme nous permettra de mesurer si le PQ est en hausse dans le 450 et où se situe la CAQ et QS (bien que la rive-sud et la rive-nord ne soient pas identiques électoralement). Cette information pourrait être cruciale afin de déterminer si un candidat unique dans le 450 serait une bonne idée.


4. Montarville

Situation similaire à La Prairie mais il me faut mentionner quelque chose d'important: la seule raison pour laquelle un candidat unique PQ-QS gagnerait ici est car les sondages montrent qu'en cas de candidat unique, certains électeurs CAQ se dirigeraient vers le PLQ (imaginez des électeurs 100% contre un référendum estimant que le PLQ aurait de meilleures chances que la CAQ en cas de convergence souverainiste). Mais ce scénario n'a pas autant de sens si la convergence souverainiste ne s'opère que dans quelques comtés, et surtout pas dans ceux où la CAQ est projetée en tête.


Au final cet exercice illustre un fait important: les comtés affectés par une division du vote PQ-QS changent considérablement en fonction des résultats à l'échelle de la province. Même si l'on se limite à des scénarios où le PQ serait à égalité ou perdrait par une petite marge (5 points), on n'a que 4 comtés (et réalistiquement seulement 3). À moins d'une fusion PQ-QS, ces deux partis vont devoir accepter qu'ils se partagent parfois le même électorat et que ça leur coûte quelques comtés.

Pour le PQ et QS, une entente a des avantages mais comportent aussi des risques. Je dirais que pour 2018, une petite entente où le PQ ne présenterait pas de candidat dans Laurier-Dorion et Sainte-Marie-Saint-Jacques (comté pas 100% assuré à QS si le PQ remonte) et en échange QS retire ses candidats dans Jean-Lesage et possiblement 2-3 comtés ciblés dans le 450 pourrait fonctionner. Mais on parle vraiment de 3-4 comtés au amximum. Si l'élection est serrée, ces 4 comtés pourraient faire la différence cependant.

Le PQ et PLQ presque à égalité; Un regard sur les 4 partielles à venir

Le premier sondage Léger depuis l'élection de Jean-François Lisée à la tête du PQ est enfin arrivé. Les résultats? Pas d'effet Lisée (tout comme dans le Crop du mois passé) mais un PLQ en forte chute. À 30%, le PQ reste complètement stable. Ce résultat est quelque peu surprenant puisque l'on observe en général une hausse après une course à la direction. D'autant plus que la victoire de Lisée ne s'étant matérialisée que vers la fin, on ne peut pas vraiment penser que les sondages des mois précédents avaient prévu cette victoire et que les électeurs déclaraient un choix en tenant compte du nouveau chef PQ.

Le PLQ se retrouve à seulement 31% après répartition proportionnelle des indécis. Une chute par rapport aux mois précédents (tant les récents Léger que Crop avaient ce parti plutôt vers les 35-37%). Il faut dire que le gouvernement Couillarsd a eu son lot de problèmes récemment et son taux de satisfaction est incroyablement bas (26% chez Léger).

Pour les projections, j'ai fait la moyenne des deux derniers sondages mais j'ai donné un poids de 75% au sondage Léger vu que ce dernier est plus récent (et Léger a été plus fiable que Crop ces dernières années). Vous avez les résultats ci-dessous. Comme d'habitude, je vous invite à regarder les probabilités en premier. La récente élection américaine devrait vous avoir convaincu qu'il y a de l'incertitude.

Intentions de vote; Projections de sièges avec intervalles de confiance à 95%; Chances de remporter le plus de sièges

J'ai apporté une modification importante au modèle. Lors des simulations, je tiens compte de la corrélation au sein d'une région. Par exemple, imaginez le scénario où un parti fait bien mieux que prévu dans les comtés du 450. Jusqu'à maintenant, j'avais certes l'incertitude de l'efficacité du vote mais je n'avais pas inclus formellement la possiblité d'un effet dans une région entière. Cela a pour effet de donner une mince chance à la CAQ de former le gouvernement. 0.4% est faible mais c'est mieux que 0%.

Les chances sont légèrement en faveur du PQ mais l'habituelle "prime à l'urne" du PLQ (dont je tiens compte en campagne mais pas ici) ferait probablement en sorte que la course serait parfaitement 50-50.

L'élection est cependant dans 2 ans. Regardons plutôt les 4 partielles à venir. Le tableau ci--dessous vous montre les projections actuelles (basée sur les sondages provinciaux) ainsi que les projections ajustées. Les ajustements sont faits par rapport aux résultats lors des partielles depuis 2014. J'ai regardé cela en détail et découvert que le PLQ avait une forte tendance à faire mieux que les projections (par environ 4 points mais par 6 points lorsque le candidat PLQ était dans la course - top 2 ou à moins de 10%). Le PQ a tendance à faire pire que prévu (-2 points mais 0 lorsque dans la course), similaire pour la CAQ. En gros, on observe que le PLQ fait toujour sortir son vote alors que le PQ, CAQ et QS ne le font sortir que lorsqu'ils ont une chance.



Il y a également d'autres ajustements. Dans Saint-Jérôme, la perte de PKP pourrait faire mal au PQ. Il avait en effet fait mieux que prévu dans son comté (effet estimé à 5 points). Pour la CAQ, Saint-Jérôme représente l'occasion idéale de se donner un peu d'élan. Et pour le PQ, il s'agît du test idéal pour son nouveau chef.

Dans Arthabaska, la perte de Sylvie Roy est un énorme coup dûr pour la CAQ. Selon mes calculs, on parle facilement de 10 points (qui iront probablement au PLQ) tant elle était populaire (comme la plupart des anciens députés de l'ADQ). Pour le parti de François Legault, perdre cette circonscription pourrait être une très mauvaise nouvelle. Surtout s'il ne reprend pas Saint-Jérôme.

Finalement, dans Verdun, je pars du principe que QS concentrera ses efforts dans ce comté de l'île même s'il fait techniquement partie de l'ouest de l'île. Il y a ainsi un petit bonus, mais pas aussi important que l'effet observé dans la partielle de Saint-Henri-Sainte-Anne (près de 7 points). Rappelons que Lisée avait proposé une candidature unique mais QS (et les Verts... qui ne sont même plus inclus dans les sondages) avait refusé. Je persiste à penser qu'une candidature unique avait peu de chance de remporter ce siège, mais au moins les chances du PLQ ne seraient pas de 100%.

Pour le PQ, il lui faudra conserver Saint-Jérôme et Marie-Victorin, tout en performant mieux que d'habitude (lors des partielles) ailleurs. Le parti qui joue le plus gros est la CAQ. En cas de double défaite, ce parti se retrouverait encore davantage en 3e position et sans momentum.

1er sondage post-élection de Lisée: pas grand chose à voir!

Voici notre premier sondage fait depuis l'élection de Jean-François Lisée à la tête du PQ. Il s'agît d'un Crop-La Presse paru ce matin.

Peut-être l'élément le plus surprenant est le fait qu'il n'y a pas vraiment de changement. Le plus récent Crop avait le PLQ à 37%, le PQ (sans chef) à 27%, la CAQ à 26% et QS à 9%. Presque au même moment, Léger avait, dans le même ordre, 35%, 29%, 23% et 10%. Ainsi, ce nouveau sondage ne change vraiment pas grand chose. Certes le PQ y est en hausse de 3 points, mais ce n'est même pas une hausse statistiquement significative avec ces tailles d'échantillons.

Et pourtant, Crop et La Presse y vont avec des commentaires comme ceci: "Lisée chauffe Couillard et Legault" ou "Selon le président de CROP, Alain Giguère, l'arrivée de Lisée chambarde de toute évidence l'échiquier politique. Avec de tels résultats quelques jours après son accession aux commandes du PQ, «c'est clair qu'il a le potentiel pour mettre Philippe Couillard en danger». Sérieusement! C'est hallucinant.

En tout cas, regardons ce sondage. Comment expliquer l'absence "d'effet Lisée"? Dur à dire. J'avais prédis un "boost" qui serait petit et pas comparable à un effet PKP ou Justin Trudeau. Il semble que j'avais raison. Je persiste à penser que le PQ est cependant en bien meilleure position pour remporter l'élection de 2018, mais je ne suis pas surpris de ne pas voir d'effet à court terme. Le seul effet visible est la chute de la CAQ, mais j'attends d'avoir d'autres sondages pour me prononcer. Ce parti ne semble vraiment pas réussir à décoller ou à profiter des faux-pas de ses adversaires.

Vous avez les projections ci-dessous. J'ai modifié quelque peu le modèle afin de tenir compte des diverses partielles depuis 2014. J'avais oublié de le faire et un commentateur me l'a rappelé. Merci pour cela.

Intentions de votes; Projections de sièges avec intervalles de confiance à 95%; Chances de gagner

Je ne m'attarderai pas à faire une analyse complète ici tant la situation est similaire aux mois précédents. En gros le PLQ, malgré une grosse impopularité, serait favori pour remporter une élection si elle avait lieu demain. Ses chances de majorité seraientr cependant faibles à seulement 29%.

Nous aurons bientôt plusieurs partielles, certaines dans des comtés qui représenteront de vrais tests. La CAQ se devra de bien faire dans Saint-Jérôme alors que le PQ devra compenser la perte de PKP (qui avait eu un effet personnel dans ce comté). Arthabaska sera difficile à prévoir (le modèle actuel n'a pas encore ajusté pour la perte de Sylvie Roy; Cela fera mal à la CAQ) aussi tandis que Verdun restera Libéral puisque l'entente PQ-QS dont je parlais hier ne semble pas avoir d'avenir.

Un front PQ-QS (et vert) dans Verdun?

Jean-François, fraîchement arrivé à la tête du PQ, semble déjà partant pour essayer de faire les choses autrement. Il semblerait en effet que le PQ soit ouvert à présenter un candidat unique avec Québec Solidaire et le Parti Vert dans la partielle de Verdun. Une nouvelle qui ne semble pas avoir fait beaucoup de bruit pour l'instant mais qui pourrait représenter un facteur essentiel de la campagne en 2018.

J'ai écrit à de nombreuses reprises sur ce sujet, incluant au début de l'été passé. Je serais ravi de finalement voir une telle expérience en vrai! Au lieu de toujours baser mon analyse sur des sondages.

Regardons la situation dans Verdun et ce que ce sondage, commandé par le PQ et fait par Repère Communciation Recherche, nous indique. Verdun est un comté plutôt sûr pour le PLQ. Ce parti a remporté ce siège en 2014 avec 51% des voix, loin devant le PQ à 24%. Il faut dire que plus de 24% de la population de cette circonscription est anglophone (d'après la première langue parlée) selon les données du recensement de 2011, soit le double de la moyenne provinciale.

Le tableau ci-dessous présente les résultats du sondage ainsi que les projections basées sur les récents sondages provinciaux. La taille d'échantillon du sodnage est de 503.


Sondage avant redistribution
Sondage après redistribution
Projections*
(16 octobre 2016)
PLQ
28.6%
40.2%
43.9%
PQ
15.8%
22.3%
28.6%
CAQ
6.3%
8.8%
12.2%
QS
9.9%
13.9%
11.6%
Verts
7.8%
10.9%
2.9%
Autres
2.7%
3.9%
0.7%
Indécis/refus
28.9%
-
-
*Basées sur les deux plus récents sondages Léger et Crop. Un léger bonus a été accordé au PQ (au détriment du PLQ et CAQ) car ces sondages avaient été faits avant l’élection de Jean-François Lisée.

Quelques remarques:

- Les projections et le sondage (après répartition) s'entendent plutôt bien... sauf pour le Parti Vert. Honnêtement, je n'ai aucune idée de comment ce parti pourrait se retrouver à près de 11% dans ce comté pour une élection partielle. On parle d'un parti qui n'est même plus inclus dans les sondages Léger ou Crop. Ses résultats lors des partielles en 2015 et 2016 montrent qu'il n'est certes pas mort, mais rien n'indique un sursaut pouvant expliquer ce 11%. Le sondage a un faible échantillon mais cela va au-delà des marges d'erreur. Personnellement, je crois qu'il s'agît simplement d'un outlier.

- Avant redistribution proportionnelle des indécis et refus, ces derniers représentent en fait le plus grand groupe! En d'autres mots, il y a une incertitude certaine dans ce sondage.

- Les projections sont valides s'il s'agissaît d'une élection générale. Lors des partielles, le taux de participation est plus faible et on observe généralement que certains partis ne réussissent pas à faire sortir le vote, en particulier les tiers partis qui n'ont aucune chance. Vu que ce comté est essentiellement Libéral avec une possible surprise du PQ, je m'attendrais à ce que ces deux partis fassent mieux que les projections alors que la CAQ devrait faire bien pire. Quant à QS, une partielle sur l'île de Montréal devrait faire sortir le vote.

- Selon les projections, le candidat PLQ aurait plus de 99% de chances de gagner alors que le PQ aurait besoin d'un miracle.

Cette partielle devrait ainsi être super plate tant il y a peu d'incertitude quant au résultat final. Mais si le PQ et QS offrent un candidat unique, les choses deviennent plus compliquées.


Un candidat unique PQ-QS (et Vert)

Comme je l'ai déjà mentionné, j'ai écrit sur ce sujet à de nombreuses reprises. Mes conclusions restant essentiellement les mêmes:

- Un accord entre le PQ et QS ne garantirait pas une majorité à ces partis, ni même de former le gouvernement. Cependant, cela augmenterait significativement leurs chances.

- La grande perdante d'un tel accord serait la CAQ, pas forcément le PLQ. En effet, plusieurs électeurs de la Coalition s'en iraient soit chez le PQ-QS (battre les Libéraux) ou au PLQ (battre l'union souverainiste).

- Toutes les données montrent qu'un accord PQ-QS serait suivi par une très large majorité de leurs électeurs, en particulier au sein du PQ. En 2013, Léger montrait déjà que 80% des électeurs PQ et 62% de QS voteraient pour ce candidat unique. Et plus tôt cette année, Léger montrait un taux d'adoption encore plus élevé avec 87% auprès du PQ et 75% chez QS. Ce sondage dans Verdun ne fait pas exception car il raporte que 90.9% des partisans du PQ se reporteraient sur ce candidat unique alors qu'ils seraient 75.1% chez QS. On peut débattre de la validité de telles questions hypothétiques dans des sondages, il reste que je n'ai encore jamais vu une seule indication qu'un tel candidat unique ne serait pas soutenu par une très large majorité des électeurs PQ et QS.

Selon ce sondage, un candidat unique PQ-QS recueillerait 15.8% des votes avant répartition des 29.5% d'indécis et refus, ou 35.4% après répartition proportionnelle. Le PLQ, quant à lui, resterait devant avec 27% (avant redistribution) et 38.3% (après). À noter que le PLQ chute un peu lors de cette question, ce qui n'a pas vraiment de sens. Suis-je sensé croire qu'il y a vraiment des électeurs qui voteraient PLQ si le PQ et QS présentaient chacun un candidat, mais iraient rejoindre un possible candidat unique? Personnellement, je dirais que le PLQ devrait au minimum rester stable, ou vraisemblablement augmenter un peu car certains électeurs du PQ et QS rejetteraient une telle entente (et ne voteraient pas par exemple).

Le résultat du candidat unique laisse aussi un peu perplexe. Tel que mentionné juste ci-dessus, 90.9% des électeurs du PQ suivraient et 75.1% des électeurs de QS. Si vous faites les calculs: 90.9% de 15.8% plus 75.1% de 9.9%, cela donne 21.8% avant répartition. La question devient: qu'advient-il des 9.1% de Péquistes qui ne voteraient pas pour ce candidat unique? Et les 24.9% de QS? On peut imaginer que certains ne voteraient pas, d'autres se reporteraient sur un autre candidat. J'imagine en particulier qu'il y a une part non-négligeable de Solidaires qui ne pourraient se résoudre à voter PQ.

Le sondage n'a pas fait ses calculs ou hypothèses cependant. De ce que je vois, ils ont simplement poser la question des intentions de vote une nouvelle fois, mais avec un candidat unique PQ+QS. Et ce faisant, les résultats ont le PQ à 15.8% avant répartition (d'un nombre très similaire d'indécis) et 35.4% après. Cela ne marche pas avec le 90.9% et le 75.1%. Si l'on ajoute les votes PQ et QS de la question sans candidat unique, on obtient 25.7% avant redistribution et 36.2% après. Ainsi, si l'on se concentre sur les chiffres après répartition, on voit le candidat unique à 98% de la somme des deux candidats! C'est un résultat bien trop élevé pour être crédible. À moins que je ne sois stupide et que j'aie manqué quelque chose (si c'est le cas, soyez gentils et indiquez-le moi dans les commentaires), ce sondage a quelques problèmes.

Essayons de le corriger (après tout, après n'avoir pas suivi les sondages pour ma prédiction dans la course PQ, je n'ai pas peur de faire cela!). Tout d'abord, j'ai redistribué les indécis/refus du sondage de manière non-proportionnelle car cela surestime toujours les petits partis. La redistribution est proportionnelle entre le PLQ, PQ et QS, les trois partis qui vont s'impliquer dans la course (La CAQ sera déjà occupée dans Saint-Jérôme et Arthabaska). J'ai ensuite fait la moyenne entre ce sondage et mes projections.

Ensuite, prenons ces chiffres et répartissons les votes PQ et QS selon les taux de suivi de ces électeurs (donc le 90.9% et 75.1%; des chiffres crédibles d'après toutes les données que nous avons). La moitié de ceux qui ne se reportent pas sur le candidat unique ne votent pas (hypothèse sans réel fondement; Désolé mais je ne vois pas vraiment de moyen d'estimer cela avec les données actuelles et je veux juste tenir compte du fait que certains ne voteraient pas). L'autre moitié est redistribuée proportionnellement (sauf pour les électeurs PQ qui ne se reportent pas sur le PLQ).

Au final, soyons clairs, cette partie n'est pas la plus solide et il y a de nombreuses hypothèses. Mais cela reste mieux que d'imaginer que le candidat unique récolterait 98% de la somme des votes. L'hypothèse principale ici est vraiment que la moitié des électeurs qui ne se reporteraient pas sur le candidat unique ne voteraient pas. Le reste, ce sont des détails pas importants.

Cela me donne les résultats suivants:

Projections
PLQ
46%
Candidat unique PQ-QS
35%
CAQ
10%
Verts
6%

On voit deux choses différentes par rapport au sondage. Tout d'abord, l'écart PLQ-candidat unique est d'environ 10 points, pas 3. Et encore, je n'ai pas fait l'hypothèse que certains électeurs de la CAQ seraient tentés de voter PLQ pour contrer l'union souverainiste de gauche. Le PLQ augmente car certains électeurs décident de ne pas voter. Deuxièmement, les Verts sont bien plus bas et même si, presque par magie, le PQ et QS réussissaient à convaincre ces électeurs de se ralier, cela ne suffirait pas pour battre le PLQ.

Je n'ai pas fait de simulations avec ces redistributions, mais une avance de 10-11 points donne généralement plus de 90% de chances de gagner. En ajoutant l'incertitude de ce candidat unique et d'une partielle, les chances du PQ-QS seraient cependant supérieures à 10% (et bien supérieures au moins de 1% sans candidat unique). Cela resterait ainsi un comté relativement sûr pour le PLQ, mais moins qu'avant. Pour que cette entente PQ-QS réussisse à prendre ce siège, il faudrait plusieurs facteurs en même temps: un PQ plus élevé que prévu (effet Lisée?), QS aussi plus élevé (probable si l'on regarde la partielle dans Saint-Henri-Sainte-Anne l'année passée), les électeurs des deux partis qui acceptent et suivent l'entente à hauteur de 90% et le PLQ qui ne fait pas sortir son vote.

Est-ce une mauvaise idée?

Non! Je crois qu'il est grand temps que les partis au Québec pensent stratégiquement. Au moins tant et aussi longtemps que le mode de scrutin ne sera pas changé. Il y a un mécontentement important contre le gouvernement Couillard et il y a une partie non-négligeable de la population qui est prête à voter pour un candidat unique contre le PLQ. On l'a même vu au sein du PQ avec la victoire marquante de Lisée qui avait comme stratégie de battre le PLQ avant de penser à un référendum (je simplifie ici).

Je ne pense pas qu'une alliance PQ-QS (je ne vais pas inclure les Verts ici car l'union n'est pas naturelle et le Parti Vert est très faible actuellement) réussirait à prendre la circonscription de Verdun et je ne crois pas que l'élection serait aussi serrée que ce que ce sondage indique. Mais comme test, on ne fait pas beaucoup mieux. Si cela réussit, une alliance en 2018 deviendrait presque automatique (sans pour autant être facile). Si elle échoue mais on voit que les électeurs ont suivi le mot d'ordre (i.e: le PLQ gagne mais pas aussi facilement que prévu), ces deux partis auront au moins une expérience réelle sur laquelle ils pourraient baser des négotiations. Et si cela échoue, ils pourront oublier l'idée et cela n'aura aucune influence en 2018.

J'espère sincèrement que le PQ et QS proposeront un tel candidat unique car cela me fournirait enfin une expérience réelle. Et si ces deux parties ont la moindre envie de faire une telle alliance en 2018, ce test pourrait s'avérer fort utile. Car une entente est facile sur le papier mais bien plus compliquée en vrai. La simple sélection du candidat commun pourrait donner lieu à des débats musclés entre les deux partis.