A look at the mayoral election in Vancouver

Vancouverites like me will elect their new mayor next Saturday (although advance voting is open from the 10th until the 17th). After 3 terms, Gregor Robertson (Vision Vancouver) decided not to run again (his party is not even running anyone for that matter!), which led to a fairly open race this year.

I haven't made projections for municipal elections in the past, except for one article last year for the Montreal race. It's quite different from regular projections since I don't need to project seats or anything. While it might seem easier (it technically is), there are a number of other differences making mayoral projections more tricky. I get back to them below.

But first, for those of you who don't have the time to read a long text, here are the current projections for the mayoral election of Vancouver. The vote range is the 95% confidence interval.


So, how did I come up with these numbers? I mostly used the few polls we got.

We got only two firms polling this race, Research Co (formerly Insight West) and Mainstreet Research. Although the latter only polled once in early September (back when Vision Vancouver still had a candidate). I asked on Twitter and Mainstreet told me they weren't sure if they'd release another poll. Research Co. will, but they want to release as late as possible.

Not only have we had few polls, municipal polls aren't usually as accurate as provincial ones. That could partially be due to the fairly small sample sizes (around 400 for Research Co., 862 for the Mainstreet one). When I took a look last year at previous elections in Montreal and Calgary, I found that the corresponding effective (i.e: empirical) margins of error were close to 10%! This is much worse accuracy than other Canadian polls. Polls did better for the previous Toronto mayoral election and they were not too bad last year in Montreal. Still, there is no question that I need to include more uncertainty into my simulations.

There is also a very large number of undecided. Provincial or federal elections usually only have around 10% of undecided by the end of the campaign. The Mainstreet poll had over 40% of voters still not sure while the most recent Research Co. has them at 35% (and 3% that wouldn't vote). This alone should convince you of the level of uncertainty that exists. Polls usually allocate these undecided proportionally (which is equivalent to either assuming the undecided will vote as the decided voters or that they won't vote at all; both assumptions being quite unrealistic but that's the typical method used by Canadian pollsters for any election).

So, how will these undecided ultimately vote? Your guess is as good as mine! But there are enough of them to allow Ken Sim to finish ahead of Kennedy Stewart despite being about 10 points behind originally. We could also imagine that Sim, being the official NPA candidate (the main party in Vancouver and favorite according to the Mainstreet poll), could benefit from a bigger "get out the vote" campaign and machine than Stewart who is running as an independent (he's a former NDP MP from Burnaby). Or Shauna Sylvester will benefit from polling better among the 55+ who are more likely to vote.

My job here isn't really to guess which scenario will happen but instead to model this uncertainty. While I hate when people say "don't trust the polls, anything can happen", I have to admit they aren't completely wrong (the most Quebec election, earlier this month, was a good example of how wrong polls can be). So I went with a mix of the polls and various allocations of the undecided, along with the general uncertainty that comes from the fact that polls aren't perfect measures.

So I went with a poll average where half the undecided would break proportionally (in average; During my simulations I varied this ratio from 0 to 100%) and the other half would be uniformly distributed among the candidates. For the simulations, I also used margins of error of 10% to include enough uncertainty (just to put that in perspective, this means having a simulated sample size of around 100 people only!). Side note: the Mainstreet poll included the candidacy of Campbell for Vision Vancouver before he decided to withdraw. I thus adjusted this poll to reflect the fact he's not candidate anymore and his withdrawal is likely going to help Stewart and Sylvester more (If you compare the two Research Co. polls before and after Campbell withdrew, you'll observe these two candidates going up). Doing so made the Mainstreet numbers fairly close to the Research Co. ones, so it seems the two pollsters are agreeing this time and we won't have a repeat of the Calgary race (although they didn't fully agree on where Ken Sim or Hector Bremner were).

As you can see, despite a ton of uncertainty included in my model, Kennedy Stewart is clearly favourite. A 10 points lead isn't completely safe, especially with that many undecided, but it remains a lead that is hard to overcome. Stewart is ahead in every poll over the last two months.

A surprise is possible but this exercise should put things in perspective: it'd take a fairly massive polling failure for Ken Sim to finish ahead. Still, the polls used in these simulations aren't super recent (except for the latest Research Co. which was given a bigger weight), something to keep in mind. I'll update as soon as we get new numbers.

Remember as well that my model doesn't explicitly account for turnout. But the very large margins of error (plus the various allocations of the undecided) should at least give us the range of possible outcomes, if not the exact probabilities.


Google Trends

We can try to use other indicators of the state of the race. One is Google Trends. I have been using it for a few years now and while I do not think it can replace polls (not even close), it does usually provide some information (for instance during the recent Quebec election, it was clearly showing that Quebec Solidaire was popular).

If we look at the last 30 days, we get the following:



Kennedy Stewart is still ahead but it's much closer behind him. Please notice that I have used the "search term" method which is inferior to the topic search one. But the latter is impossible because most of the mayoral candidates aren't even known to Google (if you search for Justin Trudeau for instance, Google Trends will know it's the Prime Minister of Canada).

Is the race closer than what the polls are showing? Maybe. It might be more indicative of the search habits of younger voters however (which would explain why Hector Bremner is higher). Still, given the limited data we have, I found it interesting. At the very least, this gives us a confirmation that Kennedy Stewart is most likely ahead.

Post mortem Québec 2018: une élection historique et un échec majeur des sondages

Voilà, les Québécois ont fait leur choix et ont décidé de donner à la CAQ et François Legault une large majorité. Exactement ce que mes projections avaient prévu. Cependant, les sondages ont passé une très mauvaise soirée. Tout comme le nouveau-venu dans le monde des projections, Qc125. Regardons cela rapidement.


1. Sondages

Le tableau ci-dessous vous montre les erreurs moyennes absolues et combien de partis étaient dans les marges d'erreur des sondeurs. En gros tout le monde a sous-estimé la CAQ et surestimé le PLQ.



Research Co. est en fait le meilleur sondage avec seulement 625 observations! Forum arrive deuxième. Mainstreet fait un peu moins bien en manquant le PQ.

Mention spéciale pour Crop qui avait le PLQ à 36% le 17 septembre lol. J'avais critiqué ce sondage et je maintiens mon opinion. Aussi, assez faible qu'une firme Québécoise ne fasse pas de sondage en fin de campagne. Mais enfin.

Ma propre moyenne bat tous les sondages. À remarquer que Qc125, curieusement, réussit l'exploit de faire une moyenne qui se retrouve pire que tous les sondages! Je crois qu'il a malheureusement écouté les mauvais conseils de Claire Durand qui pense que le PLQ est toujours sous-estimé en raison des "discrets" et qu'il faut ainsi répartir ceux-ci (indécis et refus) avec la méthode 50-25-25, soit 50% au PLQ et 25% chacun au PQ et CAQ. J'ai répété à plusieurs reprises que je trouvais cette hypothèse (car c'est bien une hypothèse) stupide dans un context où la CAQ est en tête et le PQ est à moins de 20% et aussi un vote Libéral qui ne sortait pas selon le vote par anticipation. Jean-Marc Léger sur TVA l'expliquait bien: le vote Libéral est sous-estimé quand il y a une "menace" de la souveraineté. Or ce n'était pas le cas cette fois-ci et les anglo sont restés chez eux. Le 50-25-25 marche la moitié du temps mais pour une raison que j'ignore on considère cette règle comme une règle d'or...

Je suis très fier d'avoir anticipé que le PLQ ferait probablement moins bien que les sondages. je me suis fait attaqué sur Twitter par de pseudo scientifiques mais au final j'avais raison! Pourtant j'avais de bonnes raisons de penser cela.

J'avais évoqué à plusieurs reprises que les sondages par comté de Mainstreet n'étaient pas cohérents avec leur sondages provinciaux (pas mal sûr que je suis le seul site à avoir parlé de cela). Je montrais bien que ces sondages par comté avaient la CAQ bien plus élevée et le PLQ bien plus faible. Lors de mes projections finales, j'avais fait un ajustement partiel pour en tenir compte. C'est ainsi que j'ai été celui qui avait la CAQ le plus élevée. J'aurais dû croire ces sondages encore davantage. En faisant un ajustement complet (-3 pt au PLQ, +1.5 à la CAQ), on aurait obtenu de loin la moyenne la plus proche. Et les différences entre sondages provinciaux et par comté étaient encore plus nettes pour les comtés sondés vers la fin. Le PLQ était carrément 4 points en desous et la CAQ 2.5pts au-dessus. Ainsi ils nous montraient bien le résultat de hier soir. Il fallait simplement avoir le courage de faire confiance à ces sondages au lieu des sondages provinciaux. J'ai coupé la poire en deux personnellement.

C'était déjà le cas en Ontario. À l'avenir je vais ainsi ajuster davantage avec ces sondages Mainstreet.

Est-ce la pire performance des sondeurs? Non! Si on fait l'erreur quadratique moyenne (MSE en anglais), on obtient 13.5. Plus c'est élevé et plus c'est mauvais. En Alberta en 2012, cette MSE avait été de plus de 39! (le Parti Conservateur était carrément sous-estimé de 10 points!). La CB en 2013 était aussi pire. Mais c'est la pire au Québec, bien pire que 2012 (MSE de 8.6). Donc une mauvaise soirée mais pas la pire à vie.


2. Projections

Tel que mentionné plus haut, j'étais le plus proche entre pour la CAQ parmi les trois principaux sites (CBC/308, Qc125 et moi). Mon erreur moyenne en sièges est de 4.5 sièges, comparé à 7.3 pour Qc125 (qui a des fractions de sièges, ce que je trouve un peu bizarre même si je comprends la logique et 4 pour CBC (qui avait QS à 10 sièges, bravo).

J'ai aussi correctement prédis 109 comtés sur 125, soit la même performance qu'en 2014! Amusant.

Bien sûr il nous faudrait comparer avec les vrais pourcentages. Le problème ici c'est que j'utilise en partie les sondages par régions. Ainsi, devrais-je utiliser les vrais % par région? Dur à dire. Si je conserve mes ajustements régionaux mais j'utilise les pourcentages à l'échelle de la province, j'aurais eu 80 CAQ, 34 PLQ,4 PQ et 7 QS, pour une erreur moyenne de 4 (et 16 erreurs au niveau des comtés également). Mais mes ajustements par régions aident probablement trop la CAQ. Si je les retire dans le reste du Québec, j'aurais 78 CAQ, 35 PLQ, 5 PQ et 7 QS.

J'ai manqué 3 sièges QS (Rouyn, Sherbrooke et Jean-Lesage). Dans tous les trois j'avais que QS était proche et avaient des chances. Mais QS est toujours bon pour gagner davantage de sièges que prévu grâce à leur travail de terrain. Je ne m'en veux pas trop de les avoir manqué, c'est la vie.

Je vous remercie de m'avoir suivi, ce fût le meilleur mois à vie sur mon blogue en terme de traffic, meilleur que quand j'avais le soutient du Journal de Montréal! Votre participation dans les commentaires a été très appréciée. Je vais prendre une petite pause là car c'est crevant une élection. Et je reviendrai bientôt pour l'élection fédérale (et le référendum en CB dans quelques semaines en fait). Merci!

Projections finales pour Québec 2018: une majorité CAQ

Après 40 jours de campagne, enfin le jour J! En me basant sur tous les sondages disponibles (y compris ceux par circonscription), je projette que la Coalition avenir Québec de François Legault va remporter une majorité.

Ce billet est très long. Je vais donc présenter les projections générales en premier. Viennent ensuite quelques points importants. Finalement, vous avez l'analyse au complet (sondages, sièges, etc).

1. Projections



Les scénarios possibles




Les projections par circonscription




La carte électorale


2. Analyse rapide

- Cette élection est celle du changement. Non seulement les Québécois sont sur le point d'élire un gouvernement autre que PLQ ou PQ depuis des décennies, mais ces deux partis vont probablement vivre une soirée cauchmarde (et faire le plus mauvais résultat de leur histoire). À l'inverse, Québec Solidaire va enfin devenir un parti à l'échelle de la province et progressera probablement davantage que la CAQ.

- La CAQ va probablement remporter une majorité avec une pourcentage de voix très faible. C'est ce qui peut arriver avec un mode de scrutin stupide et un vote (francophone) divisé (CAQ en tête à 35% environ, les 3 autres partis se bataillant pour la 2e place à 20%). De plus les sondages montrent que la CAQ est en progression dans les régions dont elle a besoin (Estrie, Outaouais, le Nord, etc; Pas seulement le 450 et la région de Québec!). Le vote PLQ est trop concentré pour être vraiment compétitif.

- Prédiction non scientifique mais je pense que QS va remporter au moins un comté totalement surprise. Je ne parle même pas ici de Sherbrooke ou Jean-Lesage (qui seraient des surprises mais pas des énormes surprises). Aucune idée lequel ce sera cependant. Mais QS a progressé incroyablement en régions et, tel que mentionné ci-dessus, se retrouve maintenant quasiment au même niveau que le PQ!

- Le PLQ va vivre une mauvaise soirée mais après autant d'années au pouvoir (si on oublie la petite pause de 2012 à 2014), c'est un peu normal. La soirée va être vraiment catastrophique pour le PQ. Au point où je ne suis pas sûr si ce parti a vraiment un avenir. La tendance depuis 20 ans est super négative et à voir les 18-34 ans, il n'y a pas vraiment de raison de penser que cela va changer dans les prochains 20 ans. Je ne dis pas que le PQ va mourir mais je pense qu'il est très probable que ce parti se transforme en tiers parti qui ne peut pas prendre le pouvoir.

- La majorité CAQ pourrait sembler acquise mais ce n'est pas le cas. Il y a assez de courses serrées où une légère surestimation de la CAQ dans les sondages (ou sous-estimation PLQ ou PQ) ou alors une bonne sortie de vote du PLQ/PQ et la coalition se retrouve minoritaire. Il y a pas mal de comtés liés entre eux: si la CAQ devait faire moins bien que prévu dans l'un, elle le ferait aussi dans les autres et 69 sièges pourraient assez rapidement devenir 62.

- Petit point émotionnel pour moi: si Legault tient sa promesse de changer le mode de scrutin, ce seront probablement mes dernières projections au Québec. Pas besoin d'un modèle complexe si le pourcentage de sièges est étroitement lié au pourcentage de votes.



3. Les sondages

4 graphiques (toute la province, la région de Montréal, celle de Québec et le reste). Vous pouvez trouver tous les sondages ici. Pour mes graphiques, j'inclus les sondages payants de Mainstreet (j'en inclus un aux trois jours, soit à chaque renouvellement complet de l'échantillon).



L'histoire de cette élection, qui a été somme toute assez stable, est la CAQ qui commence en tête, perd du terrain (surtout après le 1er débat remporté par Lisée) mais se reprend sur la fin. En gros il semble que les Québécois ont continué de vouloir du changement mais ont exploré leurs choix. Au final, ils ont décidé qu'ils voulaient Legault. Ceux qui ne l'aime pas ont plutôt choisi de rejoindre QS. Ce parti a cependant plafonné un peu trop tôt (faut dire que dès que QS a atteint les 18-19%, tous les partis l'ont attaqué).

Le PQ et Lisée n'ont pas vraiment fait une mauvaise campagne (du moins jusqu'au dernier débat) mais leur offre politique n'était simplement pas assez attrayante. Et ils sont aussi victimes de la volonté de changement par rapport aux vieux partis. Il reste que le PQ, il y a encore 2 ans, était mieux placé pour représenter l'alternative que la CAQ. C'est un énorme échec pour ce parti car ils auraient pu gagner ce scrutin.



Dans la RMR de Montréal, on voit que les Libéraux ont en fait plutôt bien fait. Non seulement y sont-ils supérieurs à partout ailleurs, mais ils ont augmenté durant la campagne. Pour la CAQ ce n'est pas forcément un mauvais signe. Si ce parti avait haussé essentiellement dans le 450, son vote serait très inefficace. Il se peut que la CAQ ne perce pas sur l'île mais ce ne sera pas la fin du monde pour Legault et son équipe.



La région de Québec est celle qui a viré CAQ avant les autres (au moment en gros de la partielle dans Louis-Hébert). La CAQ y est restée stable durant la campagne alors que QS faisait une progression nette. Au final, attendez-vous à ce que la Coalition remporte la plupart des sièges. QS va remporter Taschereau assurément alors que Jean-Lesage pourrait causer la surprise.



Le reste du Québec est la région la plus importante pour Legault s'il veut obtenir une majorité. Il se doit d'aller chercher des sièges au PQ (et PLQ) qui lui permettront d'atteindre la barre de 63. Il lui faut gagner par exemple au Saguenay ou en Gaspésie. Le Nord+Abitibi+Saguenay représentait pas mal la dernière forteresse Péquiste et elle semble sur le point de basculer. Pour le parti de Jean-François Lisée, ce pourrait être la source du cauchemar.


4. L'incertitude

Les sondages ne sont pas parfaits (analyse ici), tout comme les projections sont parfois fausses (voir ici). Il est ainsi important de garder en tête qu'il existe toujours de l'incertitude en politique.

Au-delà des simulations, remarquons bien qu'il s'agît d'une élection hors normes où les deux partis en progressions sont ceux ayant terminé 3e et 4e la dernière fois. Alors que le PLQ et surtout le PQ sont sur le point de faire une contre-performance historique. De plus nous nous retrouvons avec un Québec essentiellement divisé en 4. Cela fait en sorte que les surprises vont arriver, la question est juste de savoir où.

Sur ce, souvenez-vous que les simulations sont calibrées afin de représenter l'incertitude historique. Cela veut dire que je tiens déjà compte de la possibilité que ces sondages aient tort!

Après, beaucoup vont parler de la fameuse "prime à l'urne" des Libéraux. C'est moitié mythe moitié réalité. Oui le PLQ était sous-estimé en 2014 et surtout en 2012, mais ce n'était pas le cas en 2007 ou 2008. Claire Durant recommande d'allouer les "discrets (terme inventés par les politologues Québécois pour les indécis et les refus de répondre) avec la méthode 50-25-25, soit 50% au PLQ et 25% à la CAQ et au PQ. Je trouve cela absurde cette année, surtout dans le ratio CAQ et PQ (aussi, QS n'est plus à 7% et mérite probablement quelques indécis!). On verra bien demain si les Libéraux me donnent tort, mais je ne le crois pas (lisez la prochaine section sur une majorité).

Mon modèle en général accorde un peu davantage d'indécis au gouvernement sortant (et aucun aux petits partis), en accordance avec ce que mes recherches sur les élections antérieures ont montré. C'est le cas cette fois-ci, même si l'effet est au final neutralisé par les ajustements dûs aux sondages par comté (voir ci-dessous).

En termes d'incertitude, voici les distributions de sièges possibles pour chaque parti:



Une observation: beaucoup vont dire que rien n'est joué, que tout est possible, que le vrai sondage c'est le jour de l'élection, etc etc. Ouais, sure (en bon français), mais en termes de chiffres, ce n'est pas une élection très incertaine. La domination de la CAQ dans le vote francophone lui donne un avantage certain.

Cela étant dit, la majorité CAQ, même à 69 sièges, n'est pas garantie. Si tant le PLQ que le PQ font sortir leur vote dans les comtés clés, la CAQ pourrait se retrouver minoritaire. Mes projections finales ont la CAQ avec un vote très efficace mais les simulations montrent une moyenne plus basses. Mes projections sont cependant au final très cohérentes avec les sondages par comté (quasiment toutes les courses serrées vont au même parti que dans ces sondages).

Peut-être une meilleure manière est de regarder la distribution des chances de gagner pour chaque parti. Par exemple, combien de sièges sont quasiment assurée (90% et plus de chances) pour la CAQ? Le graphique ci-dessous vous montre cela:


Les Libéraux ont beaucoup de sièges assurés (100%; Merci l'Ouest de l'île) mais la CAQ en a beaucoup de quasi assurés (90% et plus). Le PQ n'est absolument pas dans la course dans 97 comtés!

Finalement, la seule réelle incertitude demain est de savoir si la CAQ aura une majorité. Voici un graphique vous montrant les chances d'une majorité en fonction du pourcentage de votes pour la CAQ (on peut aussi le faire avec l'écart par rapport au PLQ et au PQ).



33% semble le chiffre magique en moyenne.


5. Pourquoi une majorité?

5.1 Tendances récentes

La CAQ semble en légère progression sur la fin (comparez les deux derniers sondages de chaque firme). Mainstreet me confirmait que c'était le cas ce dimanche (juste pas publié). Le PQ semble en baisse alors que QS termine bien (encore une fois, confirmé par Mainstreet). Surtout, et tel que vous pouvez le voir ci-dessus, la CAQ est en hausse là où elle en a besoin: le reste du Québec (en régions si vous préférez).


5.2 Taux de participation par anticipation

Si l'on regarde le taux par anticipation, on voit une légère baisse par rapport à 2014. Ce n'est pas un bon signe pour la participation générale. Les Canadiens et Québécois votent de plus en plus par anticipation. Ainsi, je prédis une baisse de la participation générale.

Pour les projections cependant, ce qui m'est important est où cette participation change. Le tableau ci-dessous vous montre quelques tendances très claires.


Les régions pro-PLQ (surtout en 2014) sont toutes en fortes baisses. Si les Libéraux avaient pu compter sur une hausse marquée de la participation des non-francophones (peur du référendum) en 2014, ce ne sera pas le cas cette fois-ci. Mainstreet a également fait des tests spécifiquement sur cette question et ils ne s'attendent pas à ce que le PLQ récolte davantage de votes que ce que prédisent les sondages (pas de vote PLQ caché).

Les régions en hausses (ou moindre baisses) sont toutes pro-CAQ ou sont celles où la CAQ pourrait faire une percée (Estrie, Gaspésie). Pour moi ce tableau indique que le vote Libéral n'est probablement pas sous-estimé, bien au contraire.

La question de l'impact de la montée de QS est plus difficile à juger. QS est particulièrement populaire auprès des 18-34 ans. On verra si ce group votera demain.


5.3 Sondages par comtés

Mainstreet a fait une tonne de sondages par circonscription. 69 pour être exact. La CAQ y est projetée gagnante dans 42 cas, le PLQ 11 et le PQ et QS à 3. Il y a aussi 10 courses serrées. Par rapport aux projections, ces sondages ont toujours eu quelques différences systématiques:

- PLQ plus bas de 3 points
- CAQ plus élevée de 1-2 points

Il y avait une situation similaire en Ontario cet été (les sondages par comtés montraient un Parti Conservateur bien devant le NPD alors que les sondages provinciaux, du moins jusqu'à la toute fin, avaient le NPD bien plus proche -même parfois en tête) et au final ces sondages avaient eu pas mal raison.

Combiné à la tendance vers la fin (pro CAQ), je crois que cela nous donne une bonne indication de ce qui va arriver lundi.

J'ai ainsi ajusté ma moyenne en fonction de ces différences. J'ai donc baissé le PLQ un peu et augmenté la CAQ. En gros j'ai fait une moyenne entre les sondages provinciaux et les sondages par comtés, avec un poids plus important aux sondages provinciaux. Au final j'arrive à la CAQ en avance de 3 points environ, ce qui me semble être logique à la vue de toutes les données disponibles. Mainstreet me disait que la CAQ était 4 points devant le PLQ dans les chiffres de dimanche par exemple. Et le sondage Forum, publié à la toute dernière minute, montre aussi cela (Forum fait en général une vraiment bonne job avec ses sondages finaux).

Il ne serait ainsi pas surprenant pour moi que le PLQ récolte moins de votes que ce que les sondages provinciaux prévoient! Oui une prime à l'urne négative pour le PLQ. Avec les anglo qui resteront chez eux, je crois que c'est très possible.


6. Autres

L'un des phénomènes uniques de cette campagne a été la domination constante de Manon Massé sur Google Trends (qui mesure le nombre de recherches). Sa domination s'est même accentuée avec chaque débat (elle a probablement remporté le 2e d'ailleurs).


Si on regarde plutôt par parti, là on voit que la CAQ est devant. On voit aussi bien quels sont les partis qui incarnaient le changement. Et je crois que cela montre aussi que l'engouement pour QS est réel.


Finalement, et pas relié à Google trends, cette campagne a eu un nombre incroyablement faible de sondages. Si ce n'était de Mainstreet et Léger, on n'en aurait quasiment pas eu. Et même ceux que nous avons eu étaient assez "faibles" avec peu de questions supplémentaires. Comparé à l'Ontario cet été où Abacus par exemple sondait les gens au-delà des intentions de vote, c'est un peu regrettable. Je comprends ceux qui sont tannées des sondages, mais en même temps ils font partie d'une campagne. C'est pas comme si on avait eu une couverture bien meilleure juste car on n'avait pas de sondage. J'aurais aimé avoir des sondages posant davantage de questions sur les enjeux, les propositions, etc.


Conclusions

Les Québécois et Québécoises sont sur le point de voter de manière historique. Le temps nous dira s'il s'agît d'un réalignement politique majeur ou juste passager. Mais mardi matin, le Québec aura un Premier Ministre qui ne sera ni Libéral ni Péquiste pour la première fois depuis 1970. Ils vont aussi donner à un parti de gauche, concentré sur l'île jusquà présent, un score plus que doublé par rapport à 2014. Cela devrait s'accompagner d'au moins 6 sièges, possiblement 10 et terminer devant le PQ.

La vraie incertitude concerne la majorité CAQuiste. Une victoire Libérale représenterait une surprise majeure (bien plus grande que la victoire de Trump par exemple). Une victoire Péquiste est impossible et je fermerai mon blogue si cela arrive (car cela voudrait dire que les sondages sont inutiles).

Mise à jour pour le samedi 29 septembre 2018

Juste les chiffres, pas de blabla. Je me prépare à faire mon analyse pour mes projections finales.

En attendant, voici mes projections les plus récentes, en tenant compte des Mainstreet, Ipsos et Léger publiés ces deux derniers jours. On attend les Angus-Reid, Forum et Research Co.



Oui une majorité reste très fragile. La moindre erreur des sondages ou sortie de vote du PQ et PLQ dans les comtés qui comptent et Legault aurait une minorité. C'est pour cela que les probabilités d'une majorité sont relativement faibles.


Par circonscription:





Le guide du vote stratégique 2018

Tout d'abord, voici les projections mises à jour avec les données du sondage Mainstreet de ce matin. C'est super serré en termes de votes mais la CAQ a l'avantage en termes de sièges en raison de son avance chez les francophones (12 pts sur le PQ, 16 sur le PLQ).



Les scénarios possibles:



Par circonscription:




Les intentions de vote ont été plutôt stables depuis quelques jours. Cela étant dit, la tendance chez Mainstreet a été à une hausse de la CAQ dans le reste de la province (hors Mtl et Qc). C'est exactement ce dont la CAQ a besoin pour une majorité ce lundi. Si le vote CAQ est efficace (et les chiffres régionaux indiquent cela, tout comme les sondages par circonscription et la participation montre aussi un vote CAQ qui sort possiblement), Legault pourrait fort bien gagner 63 députés ou plus.

Aujourd'jui, je veux faire un petit guide du vote stratégique. Personnellement je recommende toujours de voter pour le parti (ou candidat-e) que vous préférez mais je comprends le désir de voter stratégiquement. La littérature sur le sujet semble ne pas trouver beaucoup d'électeurs qui votent ainsi mais avec la progression des sondages et des projections, ce chiffre est possiblement plus élevé aujourd'hui.

Voici ainsi la liste des comtés pour chaque parti et pour qui ses électeurs devraient voter à la place.

Quelques règles: je ne touche pas les courses à trois et ne fais une recommendation que si le parti en question n'a vraiment que très peu de chances. Pas de recommendation si le parti a au moins 2% de chances. Je n'ai inclus que les comtés qui sont projetés avec une marge de 5% ou moins.

Aussi, ce guide est fourni sans responsabilité. Si les sondages ont tort, ce guide sera probablement dans l'erreur dans plusieurs comtés. Même si les sondages disent vrai, mon modèle n'est pas parfait. Et encore une fois, je ne recommende pas de voter stratégiquement.


1. PLQ




2. PQ




3. CAQ

Aucun... Les seules fois où il y a des courses PLQ-PQ, ce sont des courses à 3.


4. QS


Pour les électeurs QS, ignorez les comtés où la recommendation est le PQ si vous voulez, je comprends si l'objectif n'est pas uniquement d'empêcher la CAQ d'avoir une majorité.

Que nous apprend le vote par anticipation?

Le vote par anticipation se déroule du 22 au 28 septembre. Selon les taux de participation préliminaires, nous pouvons tirer quelques conclusions.

Avant de faire cela cependant, mes projections sont les mêmes qu'hier. Nous n'avons eu que la mise à jour de Mainstreet et cette dernière n'a pas montré de gros changement. Il semble que les intentions se soient un peu figées au cours des derniers jours. Les Québécois auraient-ils fait leur choix? Quoiqu'il en soit, voici les projections. Plus de détails dans ce billet, y compris les projections par circonscription.



Ok, la participation. Il faut savoir que le taux par anticipation est en général corrélé au taux final. Aussi, les surprises arrivent plus souvent (ou les erreurs de mes projections) dans les comtés où la participation change beaucoup d'une élection à l'autre. De manière générale, une hausse de la participation est bonne pour les partis en progression (CAQ et QS cette année).

Le vote par anticipation est en progression depuis quelques élections (ce n'est pas unique au Québec). Alors que 19.28% des Québécois avaient voté par anticipation en 2014, ils n'étaient que 16.61% en 2012. Aussi, la participation globale en 2014 avait été moindre qu'en 2012 (71.44% vs 74.6%).

Cette année, après 5 journées, la participation est de 15.89%. Il y a de bonnes chances que cela dépasse 2014. Mais si le vote par anticipation n'augmente que de très peu par rapport à 2014, je crois que l'on pourrait s'attendre à une baisse générale.

Tous les chiffres pour 2018 dans cet article sont bien sûr basés sur les taux préliminaires.


1. Les 10 comtés avec le plus haut taux pour l'instant


La région de Québec y est bien représentée. Taschereau fait son entrée dans le top 10, ce qui est de bon augure pour QS (on aura un sondage Mainstreet dans ce comté ce matin. Je mettrai à jour cet article). Jean-Lesage pourrait aussi créer la surprise.

2. Top 10 en 2014



On voit que les comtés qui votent davantage sont relativement les mêmes. Plus bas dans cet article je regarde plutôt les différences.

3. Les 10 comtés avec la participation la plus faible à date.



L'île de Montréal a 8 comtés sur 10! Mais là aussi, si vous regardez les comtés de 2014 ci-dessous, vous voyez pas mal la même liste.

4 Les 10 plus faibles en 2014



Il semble y avoir une forte persistence des comtés hauts et bas. Ainsi il nous faut plutôt regarder els variations. Nouvelle carte oblige, je dois regarder par régions.

5. Par région, 2018 vs 2014 vs 2012

En vert: les 4 régions avec la plus forte hausse (ou plus petite baisse). En orange, les 4 régions avec la plus forte baisse (ou la plus petite hausse) par rapport à l'élection précédente.

2014 avait été marquée par une forte hausse dans le West island avec les non-francophones voulant empêcher le PQ d'organiser un nouveau référendum. J'avais fait l'hypothèse en début de campagne que ces non-francophones ne voteraient pas autant cette année (et avais ajusté mes projections en accordance) et il semble que j'avais raison. 2018 est en baisse actuellement car le vote par anticipation n'est pas terminé. Cela rend le vote Libéral potentiellement plus efficace car il ne gaspille pas autant de votes dans le West island (tout en gagnant toujours tous les comtés). Un peu comme en 2012.

Au-delà de l'ouest de l'île, que peut-on retirer de ce tableau? Les 4 régions en vert sont toutes supposées virer CAQ (la Rive-Nord et le centre du Québec sont déjà CAQ cependant) et ce sont les régions qui pourraient possiblement donner une majorité à François Legault. J'en parlais hier. Possiblement un bon signe pour lui. Les régions en orange semblent indiquer que le vote Libéral ne sortira pas autant cette année.

À remarquer que Québec, malgré le fait que ce soit la région avec le plus fort taux, est aussi celle avec la 2e plus forte baisse. C'était la région où le PLQ y avait fait le plus de gain et c'est toujours la région qui semble le plus vouloir du changement selon les sondages. Est-ce le vote Libéral qui ne sort pas à Québec ou le vote CAQ? Dur à dire. Les conséquences seraient fort différentes.

Si je devais y aller d'une analyse, je dirais que la tendance actuelle pointe vers un vote Libéral qui ne sort pas et un vote CAQ qui est là. Honnêtement, je crois que ce tableau augmente les chances d'une majorité CAQ et j'en tiendrai probablement compte lors de mes projections finales. Québec et le Nord+Saguenay/Lac-Saint-Jean cependant montrent possiblement que le vote CAQ ne sort pas partout et les percées ne seront pas dans toutes les régions. Mais des percées en Estrie, Outaouais (chute PLQ) et Gaspésie seraient probablement suffisantes à Legault.

Ce tableau, selon moi, indique que les Québécois veulent du changement. Le thème de cette campagne et la raison pour laquelle les deux aprtis en hausse par rapport à 2014 (CAQ et QS) sont les partis ayant terminé 3e et 4e.

Les sondages par circonscription continuent de montrer la CAQ en terrain majoritaire

Tout d'abord, et pour ceux qui l'ont manqué hier, voici les plus récentes projections:



Vous pouvez trouver davantage de détails dans ce billet.

Aujourd'hui je voudrais faire une autre analyse des sondages par comté (de la firme Mainstreet; accès public mais payant sur le Baromètre Électoral 2018). J'en avais déjà fait une ici, mais cela remonte à plus de deux semaines. Ma conclusion le 10 septembre (soit avant les débat et la chute de la CAQ) était que les sondages par comté étaient largement plus favorables à la CAQ et très défavorables au PLQ, comparés aux sondages provinciaux et aux projections.

Est-ce toujours le cas? En gros, oui. Regardons cela de plus près.

À date (donc avant ce matin, mercredi), il y a eu 76 sondages par comtés, partout au Québec. 9 comtés ont été sondés deux fois, ce qui nous donne en fait 67 circonscriptions. En n'utilisant que le sondage le plus récent dans ces 9 comtés (et l'unique sondage dans les autres), la CAQ est en tête dans 43. Voici les résultats pour tous les partis:

CAQ 43
PLQ 14
PQ 7
QS 3

43 sur 67, c'est en gros l'équivalent de 80 sur 125. Ce ratio est resté stable depuis le début de ces sondages par comtés. Les projections à l'inverse n'ont la CAQ gagnante que dans 33 comtés, soit possiblement juste sous la majorité si extrapolée à 125. 80 sièges est un peu optimiste car les comtés sondés sont en moyenne davantage favorables à la CAQ que ceux non sondés (peu de comtés dans l'ouest de l'île, etc). Mais quand même, une majorité plus que probable.

Je sais ce que vous allez dire: des sondages par comté devraient être plus précis et valides que mes projections (basées sur les sondages provinciaux surtout). Je suis d'accord en théorie mais pas forcément en pratique. Et au-delà de qui a raison ici, il reste que les chiffres de Mainstreet dans leurs sondages par comté ne sont pas consistents avec leurs propres chiffres provinciaux.

La CAQ est systématiquement plus élevée dans les sondages par comté avec un résultat moyen de 35% environ alors que le PLQ n'y est qu'à 22% en moyenne. Je sais fort bien que ces 67 comtés ne sont pas forcément représentatifs des 125 au total, mais nous avons quand même un bon échantillon.

La sous-estimation Libérale est d'environ 3 points et elle a été stable au cours de cette campagne. Cela veut dire que mes projections, dans les mêmes comtés et essentiellement à la même date, avaient le PLQ en moyenne à 25%, pas 22% (note: oui 25% est plus faible que les intentions provinciales mais les comtés sondés ne sont pas les meilleurs pour le PLQ). Le tableau suivant vous montre les écarts moyens.



Même si je limite l'analyse aux sondages fait après le premier débat, j'obtiens toujours le PLQ sous-estimé et la CAQ un peu surestimée. Un écart total de 3-4 points est important. La course est forte différente si le PLQ récolte 30% des votes et la CAQ aussi ou si ces partis sont à 29 et 33% respectivement. C'est la différence entre une minorité (et une petite chance de gagner pour Couillard) et une possible majorité CAQuiste. Ces sondages locaux ont aussi les "autres" bien trop élevés à 7% en moyenne!

Autre remarque: Québec Solidaire est bien plus bas dans ces sondages, oscillant vers les 12-13%.

Si l'on regarde seulement les 9 comtés sondés deux fois (en général les dates sont fin août/début septembre vs la dernière semaine), on observe au moins une chute de la CAQ (ce qui est attendu selon les tendances provinciales). Selon ces sondages, la CAQ aurait perdu 3 points en moyenne alors que le PQ et QS auraient grimpé de 2.5 pts chacun (les "autres", étrangement très élevés à 7 points en moyenne, auraient baissé de 2 points environ). La tendance est ainsi là mais les différences systématiques persistent.

Si je regarde par régions, mes projections diffèrent des sondages surtout dans l'est de Montréal et dans Chaudière-Appalaches pour le PLQ. Dans ces deux régions, mes projections surestiment ce parti par 10 points environ! Pour la CAQ, elle est sous-estimée dans Chaudière-Appalaches le plus mais aussi en Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent et possiblement dans le Nord et le Saguenay (p ex, les deux sondages dans Rimouski, faits les 11 et 21 septembre, donnent tous les deux la CAQ gagnante, ce qui serait une petite surprise; Lac-Saint-Jean irait aussi à la CAQ les deux fois). Ces régions pourraient fort bien décider si Legault obtient une majorité ou pas. Meme une fois ajusté pour les biais systématiques entre sondages et projections, j'obtiens toujours que la CAQ pourrait faire mieux que prévu dans ces régions. Il faut aussi mentionner l'Estrie. Si Legault passe son temps ces prochains jours dans ces régions (au lieu du 450 ou la Mauricie ou Québec), vous saurez pourquoi.

Au final, il se peut que ces sondages par circonscription aient raison mais il est indéniable qu'ils ne sont pas tout à fait en accord avec les sondages provinciaux, y compris ceux de Mainstreet. En général, si vous croyez ces sondages par comté, il vous faut enlever 3 points au PLQ et ajouter 1 point à la CAQ. Par rapport aux projections ci-dessus, cela voudrait dire PLQ vers les 27-28% et la CAQ vers les 32%. Soit juste assez possiblement pour une majorité.