2 years later, Justin Trudeau heavily favourite for re-election

I just finished the first version of the 2019 model and we have two new polls, one from Abacus and one, today, from Mainstreet Research to try it.

Also, you can find the first version of the simulator - where you can enter your own numbers - here.

Both polls show essentially the same situation: the Liberals of Justin Trudeau are clearly ahead of the Conservatives of Andrew Scheer while the NDP is a distant third, below the 20% mark. The Liberals are actually higher than in 2015 in many provinces. This is especially the case in Quebec where the party could possibly sweep the province.

Using these two polls, the model would have the following projections:

Voting intentions; Seat projections with confidence interval; Chances of winning the most seats

The probabilities are obtained using thousands of simulations where the model accounted for the uncertainty due to polls as well as the distribution of the votes. Moreover, there is a correlation across provinces (meaning that if polls underestimate the Liberals in Ontario, they'd likely underestimate it in BC as well). This correlation is really the only reason the CPC's chances are higher than 0%. See this as a scenario where the two polls would have heavily underestimated the Tories everywhere and this party would have a very efficient vote. Not impossible given the accuracy of polls, but definitely unlikely.

If the election was tomorrow, you wouldn't need a complex model to predict a Liberal victory as well as a majority. Of course, the election isn't tomorrow but in 2 years. The CPC barely experienced a post-leadership bump after the surprising victory of Scheer. With that said, the one thing going for the Tories is the fact their base appears intact. By remaining above the 30% (and around 35% in Ontario as well as close to the 20% mark in Quebec), this party is at least in a situation to be competitive. As a matter of fact, the CPC isn't doing badly, it's just that the Liberals are dominating too much for an election to be competitive at the moment.

In the eventuality that the NDP leadership would conclude in the election of a leader who could go and steal votes from the Liberals, the Conservatives could start dreaming of a win. Or at least forcing Trudeau to a minority. At this point, I think preventing another Liberal majority could already be a good outcome for the Canadian right.

The main problem for Scheer is that his path to forming the government is narrow. He needs the NDP to split the progressive vote with the Liberals. He would also need to himself propose policies and alternatives that could attract the middle class and grab some voters who went Liberals in 2015. The Khadr story was good for the base and the fundraising efforts, but had not impact on the families in the suburbs. The Mainstreet poll shows that taxes could be one area where Scheer and the Tories could have the edge (although the poll also shows how isolated or different conservative voters are compared to the rest). Abacus is showing that among centrist voters, the Liberals currently have an edge of 43-29. If Scheer wants to become Pime Minister, he'll need to improve there (and again, expect a bigger split of the left with the NDP).

Polls also show many Canadians still don't know what to think of Scheer (there are more people unsure than people who approve of him). That is never optimal but the BC NDP is currently in power and had a mostly unknown leader just a couple of months ago (note: yes, they technically lost the election but they made huge gains in the Lower Mainland thanks to a focused campaign).

As it stands, beating Trudeau won't be possible as long as the Liberals are dominating Quebec so outrageously. With the NDP back in the 10s and the Bloc still below 20%, the LPC could win north of 60 seats in la Belle Province. Coupled with the Atlantic, this is simply too big of an edge to be beaten, no matter what would happen in Ontario or BC. On the other hand, being ahead in Quebec is never a safe thing, just ask Thomas Mulcair.

Also worth pointing out, the economic growth is currently really strong (and the population is indeed feeling it, as shown in the Abacus poll), another factor going for Trudeau. But there as well, it could change by 2019.

I'll post the simulator very soon. Remember that this is very much a version 1.0 of the model. There is no regional coefficient, no adjustment for incumbency or anything like that. It'll come later. In the meantime, you'll find here below the detailed projections. I'm sure there must be some errors here and there and will be grateful if you let me know if you find one.

Detailed projections


Sondage Mainstreet août 2017: le PQ rebondit

Note: je m'excuse pour le manque de mise à jour récemment. Mais vous savez ce que c'est avec l'été! En plus j'ai été pas mal occupé ces dernières semaines entre mon mariage, acheter une maison (et vendre mon appartement) et je voudrais avoir le nouveau modèle fédéral prêt pour la rentrée. Je consacrerai davantage de temps au blogue à partir de septembre.

Enfin une bonne nouvelle pour le PQ! Selon le dernier sondage Mainstreet, le parti de Jean-François Lisée connaît finalement un mois où il augmente dans les intentions de votes après des mois de pertes. Le PQ reste 3e à 24%. mais le simple fait de ne pas être dépassé par QS constitue déjà une victoire.

Le sondage a été fait entre le 8 et 10 août auprès de 1501 résidents du Québec. La méthode de collecte de données est par appels téléphoniques non-automatisés.

Soyons clair, ces variations d'un sondage à l'autre sont non seulement pas très importantes (quoique possiblement significatives, cela dépend du nombre d'indécis dans les deux derniers sondages), mais il faut plutôt s'attarder sur la tendance. Et cette dernière est clairement mauvaise pour le PQ. Quoiqu'il en soit, les chiffres étant ce qu'ils sont, je suis sûr que le PQ va être un peu soulagé de voir cette remontée.

Aussi, si vous regardez les chiffres avant redistribution des indécis, c'est pas mal le calme plat. Le PLQ est stable à 25%, le PQ passe de 17 à 18%, la CAQ chute de 22 à 21% et QS recule de 1 point également à 12%. Le nombre d'indécis est stable (de 23 à 24%). Cela veut dire que le +3 du PQ vient essentiellement des électeurs mous, ceux qui sont indécis mais penchent pour une option. Rien de mal à gagner des votes parmi ces derniers, mais cela met en perspective les variations observées.

En se basant uniquement sur ce sondage (qui, rappelons-le, n'inclut pas les autres partis), voici les projections. On peut parler d'une course à trois en théorie. Je dirais une course à 2.5 pour le pouvoir mais beaucoup de comtés se joueraient à trois.



Je ne vais pas vraiment analyser ces chiffres en profondeur, vous pouvez lire mes articles des mois précédents. Le PQ retrouve des couleurs et ses chances de victoires sont maintenant plus élevées. Mais la tendance reste la même: le PLQ est devant malgré une grosse chute par rapport à 2014, la CAQ reste 2e (et 1ere chez les franco en fait avec aussi un bon 19% chez les non-franco) alors que  le PQ est un peu plus bas que lors de la dernière élection, essentiellement car QS lui a volé des votes. Par rapport au mois passé cependant, il est moins clair que la hausse de QS provienne uniquement d'anciens électeurs du PQ en 2014.

Je voudrais plutôt regarder comment le PQ pourrait en fait gagner la prochaine élection. Les chiffres actuels (et des récents mois) ne lui accordent pas beaucoup de chances, mais la formation souverainiste n'est pas dans une situation si mauvaise.

Tout d'abord, je l'ai souvent dit, mais le "chemin de la victoire" pour le PQ est rendu très étroit. Oubliez les victoires avec 43% des voix, le PQ semble avoir un plafond bien plus bas (vers les 35%). Cela veut dire que si le PQ espère remporter le plus de sièges, il lui faut les conditions suivantes:

- Le PLQ bas (ce qui arrive une élection sur deux depuis 2003)
- La CAQ (ou ADQ avant) haute, volant au PLQ, mais pas trop haute.
- Obtenir entre 30 et 35% des votes.

(Note: il existe bien sûr un scénario où le PQ retourne au-dessus des 40%. Après tout, le Parti Libéral n'allait nulle part de 2006 à 2015 et Trudeau a gagné une grosse majorité. Cependant, le PQ n'a plus dépassé les 40% depuis vraiment, vraiment longtemps)

Les deux premières conditions sont remplies, il manque la 3e. Comment combler ce manque?

Si vous regardez le graphique sur le pdf de Mainstreet, il semble assez évident que les courbes du PQ et de QS sont l'inverse l'une de l'autre. En d'autres mots: le PQ baisse quand QS augmente. Cela veut dire que le PQ a un potentiel de votes qui sont maintenant chez QS. Ces votes ne sont partis que depuis quelques mois. L'effet GND a bien sûr aidé, mais cela veut dire que QS n'a possiblement pas une base très solides (ces votes pourraient repartir).

Ce n'est naturellement pas le seul potentiel pour le PQ. Lisée pourrait aller chercher ses votes chez la CAQ. Ou chez ceux qui n'ont pas voté. Je fais simplement remarquer que selon les courbes, le potentiel le plus réel semble être d'aller rechercher ces votes chez QS.

Imaginons que cela arrive. QS retourne à 10% (ce qui serait déjà une hausse par rapport à 2014), le PQ grimpe à 31%, à égalité avec le PLQ et 3 points devant la CAQ. Dans ce cas de figure, les projections seraient:

PLQ: 44 sièges et 28% de chances de gagner
PQ: 48 sièges et 61% de chances
CAQ: 30 sièges et 7% de chances
QS: 3 sièges

Ce scénario serait probablement assez facile à projecter (en gros un retour à 2012). Bien plus facile qu'un scénario avec QS à 17% mais le PQ remontant en prenant à la CAQ. Dans ce cas-là, le modèle devrait probablement être ajusté.

Ce scénario montre le potentiel et limite du PQ. Ce parti a un chemin étroit vers la victoire et la bonne nouvelle est que ce chemin est entre-ouvert actuellement. La mauvaise nouvelle est que même si ce chemin s'ouvre, les chances de victoires ne sont pas garanties (61% de chances seulement et loin d'une majorité).

Si je devais m'aventurer à faire de la stratégie, je pense que le PQ devrait essayer d'aller chercher 4-5 points de QS (par exemple en parlant à quel point QS et GND sont "trop extrêmes" pour gouverner) et ensuite s'attaquer à la CAQ pour quelques points. Le PQ continue d'avoir un avantage électoral sur le PLQ, dont tant que Lisée parvient à se rapprocher de Couillard à 2 points disons, les chances ne sont pas mauvaises.

Le PQ et QS à égalité (statistique)

Les sondages se suivent et la tendance se maintient: Le PQ continue sa baisse alors que Québec Solidaire poursuit sa progression. À tel point que selon le dernier sondage Mainstreet, ces deux partis sont maintenant à égalité statistique!

En effet, le PQ à 21% (parmi les électeurs décidant ou penchant) n'est pas statistiquement différent de QS à 19%.

Avant d'aller plus loin, une petite remarque technique. Le sondage comprend 1601 observations, incluant 23% d'indécis. Parmi ces derniers, certains "penchent" en faveur d'un parti. Mainstreet ne publie jamais cette question intermédiaire (ce qui est dommage) et ne nous montre que les données avant et après redistribution. Le problème est qu'en raison de ces "penchant" (leaning en anglais), la redistribution n'est pas proportionnelle. Pour preuve, ce mois-ci, le PQ est à 17% avant redistribution, soit 4 points devant QS à 13%. Or, cette avance de 4 points fond à 2 points après redistribution. Cela veut dire que QS a davantage d'électeurs penchant ou "mous". C'est tout à fait possible (le PQ à 17% n'a vraiment plus que les purs et durs) mais c'est un peu étrange et différent des autres sondages. Aussi, cela rend les calculs pour savoir si une différence est statistiquement significative plus compliqués. Il nous faut en effet "deviner" combien, parmi les 23% d'indécis, le sont encore après avoir enlevé les penchants.

Autre remarque technique: il doit y avoir une erreur dans le pdf. La CAQ est à 28% globalement mais à 28% chez les franco et 24% chez les non-franco. Une moyenne pondérée des franco et non-franco (donc 28% et 24%) ne peut PAS donner 28%. C'est juste impossible. Je sais que la pondération peut souvent introduire des trucs bizarres, mais ici c'est un peu trop. J'ai envoyé un courriel à Mainstreet et je mettrai à jour une fois la réponse obtenue. Il se peut que ce soit due à des arrondissements.

Mise à jour: J'ai eu ma réponse et c'est effectivement dû aux arrondissements. Et le fait qu'il s'agisse du sous-échantillon des décidés plus penchants. Donc pas d'erreur, même si cela reste un peu bizarre.

Le PLQ reste en tête à 33% alors que la CAQ est à 28%, confirmant ainsi son embellie depuis quelques mois et sa position d'alternative principale aux Libéraux. Comme d'habitude, Mainstreet n'inclut que les partis qui sont au-dessus de la marge d'erreur. Ainsi, il n'y a pas d'Option National, Parti Vert ou Parti Conservateur. C'est dommage mais je comprends leur position. J'aimerais cependant qu'ils incluent une catégorie "autre".

Chez les francophones, nous avons en fait une course à 4. Le PLQ et la CAQ sont tous les deux à 28% (après répartition), tandis que le PQ est à 24% et QS à 20%. 4 partis dans un écart de 8 points chez les francophones pourrait transformer le Québec en carte électorale imprévisible.

En termes de sièges, vous avez les projections ci-dessous (en ne se basant que sur ce sondage. Comme d'habitude, il est un peu difficile de faire une moyenne hors campagne électorale alors que nous n'avons que rarement des sondages).

Intentions de votes; Projections de sièges avec intervalles de confiance; Chances de remporter le plus de sièges

Le PLQ serait toujours le grand favori. Et je crois en fait qu'il y a de bonnes raisons de croire que les sondages actuels sous-estiment ce parti (ou que mes projections le fassent). Laissez-moi vous expliquer. Si vous regardez les sondages Mainstreet depuis quelques mois, vous remarquerez que le PLQ chez les non-franco est plutôt bas, avant répartition des indécis. Il est à seulement 47% ce mois-ci avec 32% d'indécis. Ces chiffres étaient de 41% et 41% en juin et de 51% et 32% en mai. En d'autres mots, le PLQ y est relativement bas et le nombre d'indécis y est très élevé.

Une fois les indécis (partiellement) répartis, le PLQ se retrouve ce mois-ci à 67% chez les non-franco (71% le mois passé et 77% en mai). 67% n'est pas très élevé (pour les Libéraux dans cette population, on s'entend). Ce 67% est cependant très similaire au 68% du dernier Léger chez les non-franco. La CAQ récolterait 24% des non-francophones, un chiffre assez incroyable.

Selon Claire Durand, le PLQ a en fait rafflé 93% du vote des non-francophones en 2014 (une élection marquée par les débats sur la Charte et un possible référendum, ce qui avait mobilisé cette population). Chez les franco, le PLQ aurait récolté 29%. Ainsi, le sondage Mainstreet ici nous montre un PLQ stable chez les franco par rapport à 2014 et en forte baisse chez les non-franco.

Cela peut créer deux problèmes potentiels. Le premier est que le sondage a tort et sous-estime le PLQ chez les non-franco. Par conséquent, il sous-estime le PLQ globalement (les non-franco représentent environ 20% des électeurs). Cela pourrait dire que le PLQ pourrait facilement être 2-3 points plus élevé globablement. L'autre problème, lié aux projections, serait que le PLQ soit vraiment bas chez les non-franco mais que cela ne cause aucun problème en termes de sièges. Imaginez une situation où le PLQ gagne tous les sièges dans l'ouest de l'île, mais au lieu de les gagner avec 80%, il ne les gagnerait qu'avec 50% (un peu comme la récente partielle dans Verdun où le PLQ n'a gagné que de peu). Si tel devait être le cas, mon modèle actuel sous-estimerait probablement le nombre de sièges pour le PLQ. Un PLQ stable chez les franco (avec en plus le PQ en chute libre et la CAQ pas assez en progression) et en baisse chez les non-franco pourrait en fait remporter une majorité.

Ce ne sont que des spéculations, mais il faudra possiblement en tenir compte en campagne électorale. En attendant, je suis un peu sceptique quant à la possibilité que les non-franco abandonnent vraiment le PLQ. En même temps, si cela devait arriver, force est de constater que la CAQ représente une menace réelle, bien davantage que le PQ (en raison de la position référendaire bien sûr).

Aussi, cela veut dire que la CAQ n'est peut-être pas aussi compétive que le 28% le laisse penser. Si sa progression vient des non-franco, cela ne se traduira pas vraiment en sièges.

Quoiqu'il en soit, revenons au duel PQ-QS. Le PQ conserverait un avantage certain en termes de sièges, mais QS a maintenant des chances non-nulles de remporter davantage de sièges. Les probabilités sont d'environ 2% que QS gagne autant ou davantage de comtés que le PQ. Oui c'est faible mais le simple fait que ce ne soit pas 0% est assez sidérant.

À 19%, Québec Solidaire se rapproche de la fameuse zone payante.



Nous ne sommes honnêtement pas très loin d'une "vague orange". La question est bien sûr de savoir si QS pourra se maintenir aussi haut d'ici l'élection. Après tout, ce n'est pas la même chose d'être à 19% au milieu de l'été quand les gens ne paient pas attention. Et on peut aussi se dire que si QS continue de grimper, que les électeurs vont commencer à regarder le programme de plus près (ce qui peut parfois ne pas être favorable). Mais pour l'instant, l'effet GND (ou GND and Manon Massée) reste au plus fort.

Regardez les projections ci-dessous et concentrez-vous sur les circonscriptions dans l'est de l'île de Montréal. Le PQ ne se sauve que dans Pointes-aux-Trembles et encore, son avance n'est que d'environ 4 points. Le chef du PQ, Lisée, se retrouve avec 3% de chances de gagner son propre siège dans Rosemont!

Mainstreet a un graphique intéressant, nous montrant les intentions de vote en fonction du vote en 2014. On peut y voir que le PLQ perd 20% de ses électeurs qui sont maintenant chez la CAQ alors que le PQ en perd 21% au profit de QS! En même temps, ces données sont en générale moins précises car les électeurs ont tendance à mal se souvenir de leur vote passé. Il reste que ce graphique confirme les chiffres généraux et ont du sens. Pour la CAQ, conserver 93% des ses électeurs serait phénoménal (rappelons qu'il s'agît d'un parti bien moins établi).



En conclusion, c'est l'été et la prochaine élection est encore loin (du moins en théorie, je pense sincèrement que les Libéraux doivent envisager une élection anticipée; Et oui cela est possible malgré la loi sur les élections à dates fixes). Il reste que le PQ aurait bien besoin d'une bonne nouvelle.


Si vous voulez les projections détaillées, elles sont ci-dessous. ON, les Verts et le PCQ sont à 0% dans ce sondage. Naturellement, je ne crois pas que ces trois partis soient vraiment à 0% mais ce billet était consacré au dernier sondage Mainstreet.





Nouveaux sondages Mainstreet et Léger: le PLQ toujours devant, PQ 3e

Deux nouveaux sondages cette semaine, un de Léger (techniquement commandé par le Parti Conservateur du Québec afin de mesurer les possibles appuis de Maxime Bernier - Le sondage étant fait par Léger, je le considère valide) et un de Mainstreet ce matin.

Les deux sondages s'entendent plutôt bien sauf concernant QS. Le PLQ est à 30% chez Léger, 33 chez Mainstreet. Le PQ est à 22% dans les deux alors que la CAQ est à 28-27%. QS, pour sa part, est à 13% chez Léger mais 18% chez Mainstreet! Il s'agît d'une différence importante. Et la différence est un peu surprenante car les deux firmes s'entendaient plutôt bien concernant QS lors des derniers mois (les deux l'avaient à environ 14%). Donc bon, je n'ai pas d'explication pour cette différence (Note: peut-être que l'absence des autres petits aprtis du sondage Mainstreet - voir ci-dessous- peut expliquer cela. Mais Mainstreet n'avait déjà pas ces autres partis le mois passé). Lors des projections je fais la moyenne, mais je reviendrai sur le scénario "QS à 18%".

Quelques remarques sur Mainstreet. Cette firme a largement démontré lors des élections récentes qu'elle était capable de faire des sondages. Alors soyons clair ici, si vous n'aimez pas les résultats, svpl ne faites pas simplement attaquer Mainstreet (ou l'accuser d'être une firme anglo au service de je ne sais qui). Aussi, Mainstreet présente ses résultats un peu autrement. Une firme comme Léger normalement nous montre les résultats avant et après répartition des indécis. Ces derniers étant alloués proportionnellement. Mainstreet présente les résultats avec indécis. Mais ces derniers sont ensuite répartis en deux catégories: "leaning" (je vais utiliser le terme penchant ici) et les complêtement indécis. Ils présentent ensuite les résultats parmi les électeurs décidés et les penchants, retirant le reste des indécis. Le problème c'est que Mainstreet ne montre pas le pourcentage de penchants et le pourcentage d'indécis complets. Cela fait en sorte qui si, comme moi (ou Claire Durand), vous aimez prendre les chiffres avant répartitions, vous devrez faire des ajustements un peu différents. Il arrive aussi que l'on observe des effets un peu bizarres où un parti augmente de 4 points grâce aux penchants alors qu'un autre parti, plus élevé, n'augmente que de 2% par exemple. Le pourcentage initial d'indécis chez Mainstreet est super élevé (26% dans ce sondage! Soit en fait plus que n'importe quel autre parti!). J'ai demandé et parmi ces 26%, 15% sont vraiment indécis. Le reste des 10% est dans les penchants et se retrouvent ainsi alloués à l'un des partis.

Aussi, Mainstreet n'inclut que les partis qui sont au-dessus de la marge d'erreur. Cela veut dire pas de Parti Vert, pas d'Option Nationale et pas de Parti Conservateur. Pourtant Léger a ce dernier à 4% (et 12% si Bernier en était le chef...). Je leur ai déjà demandé d'inclure le PCQ mais je comprends la réticence (s'ils commencent à inclure un "petit" parti, les autres voudront aussi être inclus). Ils m'ont cependant dit l'avoir testé ce mois-ci et le PCQ était à 1.56% chez eux. Mais les résultats présentés sont tels que PLQ+PQ+CAQ+QS=100%. C'est un peu dommage car ON+Vert+PCQ+autres=7% chez Léger! Cela rend les deux sondages bien moins comparables!

Quoiqu'il en soit, en faisant la moyenne des deux sondages, voici les projections:

Intentions de votes; Projections de sièges avec intervalles de confiance; Chances de remporter le plus de sièges


Le PLQ

Le parti de Philippe Couillard continue d'être devant (ou plutôt repasse en tête chez Mainstreet qui avait la CAQ 1ere en mai). J'ai souvent parlé du yo-yo que les Libéraux font entre élections depuis 2003 (une élection au-dessus de 40% suivie d'une élection vers les 30%) et cela semble se confirmer. Ajoutez à cela une probable prime à l'urne et vous avez les Libéraux en bonne position pour conserver le pouvoir malgré une forte insatisfaction. Le modèle semble surestimer ce parti à Québec cependant comparé aux sondages. À l'inverse, je semble le sous-estimer dans la grande région de Montréal. On verra si cela continuera dans les mois à venir. Si tel devait être le cas, je ferai de petites modifications.

Parlant du PLQ, il y a quand même 4% de chances d'avoir une majorité. À 31-32%, ce parti est un peu faible pour espérer remporter 63 sièges ou plus. Mais la division de l'électorat entre 4 (5 avec le PCQ?) partis majeurs fait en sorte que le seuil pour une majorité est plus faible qu'avant. Selon les simulations, le PLQ peut espérer une majorité s'il obtient en moyenne 36% des votes. Est-ce possible? Bien sûr que oui, il suffit d'une légère sous-estimation des sondages accompagnée d'une sortie de vote efficace. Le graphique ci-dessous vous montre le nonbre de sièges PLQ en fonction du vote (à l'échelle de la province) de ce parti. Tel que mentionné, les portes d'une majorité semblent s'ouvrir aux alentours des 36% (regardez la ligne rouge).



Le plus faible pourcentage de vois donnant au PLQ une majorité? 32%! Il faudrait bien sûr un vote incroyablement efficace pour que cela se produise.


Le PQ

Les choses ne s'améliorent pas vraiment pour le Parti Québécois. Ses partisans ne peuvent simplement attaquer Mainstreet puisque Léger a ce parti à 22% également. La formation souverainiste est en train de se faire manger sur la gauche par QS et sur la droite par la CAQ. L'élection n'est pas demain mais le temps presse pour ce parti. Le PQ est rendu au point où seuls les "purs et durs" sont encore avec lui alors que le reste des électeurs sont allés voir ailleurs. Au-delà de la tendance récente (montée de la CAQ et de QS), il y a la tendance lourde depuis 1998 avec un parti en déclin et qui n'a gagné qu'une seule fois en 20 ans - et encore, une petite minorité par 4 sièges.

Le PQ pourrait potentiellement se faire rayé de l'île de Montréal. Avec la moyenne des projections, les chances sont d'environ 4%. Les deux sièges qui semblent résister le mieux sont Bourget et surtout Pointe-aux-Trembles. Si Mainstreet a raison cependant, les chances augmentent à 14%! Imaginez une élection où le PQ serait balayé de l'île. C'était impensable il y a encore 10 ans de cela.

Jean-François Lisée est lui-même très en danger dans son comté de Rosemont. Il se peut que le chef PQ soit actuellement sous-estimé par le modèle vu que ce dernier ne lui accorde pas un bonus de chef, mais les choses ne vont pas bien quand je suis rendu à devoir parler de bonus pour que le chef Péquiste conserve son siège. D'autant plus que je suis pas mal sûr que les forces QS, emmenées par Gabriel Nadeau-Dubois, seront fort probablement très motivées à l'idée de faire perdre son siège à Lisée. Un bonus à QS pourrait en fait être raisonable.

Regardez la distribution du PQ ci-dessous, elle est beaucoup plus asymétrique que celles du PLQ ou de la CAQ. Cela illustre bien le fait que le PQ est rendu à son plancher où il remporte ses châteaux-fort mais rien de plus. Aussi, si cela vous interesse, il y a 5 simulations où le PQ récolterait moins de sièges que QS (en se basant sur la moyenne des deux sondages; Avec Mainstreet seulement, ce sont 22 cas sur 10,000).




La CAQ

Je continue de penser que ce parti a juste décidé de me donner tort. Alors que je chariais que la Coalition était à 23% peu importe ce qui arrivait, ce parti a commencé une progression il y a 2 mois environ et semble maintenant solidement en 2e position. Je suis persuadé que les troupes Caquistes sont très satisfaites de cela. En particulier, rester en 2e position est essentiel dans l'optique de se présenter comme la vraie alternative pouvant se débarrasser des Libéraux.

Le vote CAQ est relativement efficace, il reste que si François Legault veut devenir Premier Ministre, il va devoir dépasser les 30%. Le 450 et la région de Québec sont déjà sous le charme, il lui faut maintenant 1 ou 2 autres régions. La Mauricie-centre du Québec est possible également. Après, un comté sur l'île reste improbable mais pas impossible (4% de chances dans Bourget par exemple, ou 5% dans Pointe-aux-Trembles.

En passant, si l'on part du principe que la CAQ est de droite, cela veut dire que la droite (CAQ+PLQ) rafflerait 94 sièges sur 125!


QS

Alors que la progression du parti s'est arrêtée chez Léger, Mainstreet continue de voir une tendance à la hausse. Si cette firme a raison, le PQ et QS sont en fait presque à égalité statistique (ce n'est juste pas le cas si vous faites les calculs). Après son éclatante victoire dans Gouin (sérieusement, j'ai vu pas mal de gens minimiser sa victoire en parlant de la participation... get real en bon français, obtenir près de 70% des voix est toujours remarquable), il semble que ce parti ait eu raison de ne pas faire d'alliance avec le PQ. Avec 7 sièges sur l'île, la vraie question est: où peut se développer QS? Mon modèle (et la hausse des membres) semble indiquer la Gaspésie. Après, soyons clairs ici, je ne dis pas qu'il est probable que Québec Solidaire remporte des comtés dans cette région, je dis simplement que cette dernière semble être un terreau fertile pour QS (relativement à d'autres régions). Le tableau ci-dessous vous montre le nombre de comtés dans chaque région où QS a des chances au-dessus de 0%. Remarquez que bien souvent, les chances restent très faibles, du style 0.1%. Voyez ce tableau comme indicateur de ce qui pourrait arriver en cas de vague orange 2.0 (la 1.0 étant celle du NPD fédéral en 2011).

Nombre de comtés où les chances de QS sont >0%
Mtl Est
12
Mtl Ouest
2
Laval
0
Laurentides-Lanaudière
2
Montérégie
5
Mauricie
1
Outaouais
1
Nord
3
Gaspésie
3
Chaudière-Appalaches
0
Québec
2
Estrie
4

Au total il s'agît de 35 comtés. N'interprétez pas cela comme voulant dire que QS peut potentiellement remporter 35 sièges cependant! Même en n'utilisant que le sondage Mainstreet, le meilleur scénario est de 26 sièges. Cela montre cependant que QS est compétitif dans presque tous les comtés sur l'île (compétitif au sens très large).


Pour finir, voici les projections détaillées. Vous pouvez aussi utiliser le simulateur, mais il me faudra le mettre à jour pour tenir compte des élections partielles de décembre et de la récente dans Gouin (j'ai modifié mon modèle mais pas encore le simulateur).



Élection complémentaire dans Gouin: mise à jour

Élection complémentaire dans Gouin: mise à jour
C'est le jour J dans Gouin. Gabriel Nadeau-Dubois devrait être élu ce soir et fera ainsi son entrée à l'Assemblée Nationale. Tel que je l'avais déjà écrit, la victoire de GND ne fait aucun doute. La vraie question est vraiment de savoir son pourcentage de votes.

J'ai décidé de faire une mise à jour pour deux raisons. Premièrement, l'un des habitués de ce blogue, Robert Lachance, a posté des info intéressantes concernant les "likes" sur facebook pour les divers candidats. L'autre raison est la couverture médiatique entourant QS et son refus de signer l'entente OUI pour la souveraineté.

Ok, regardons cela de plus près. En utilisant la moyenne des sondages Léger et Mainstreet (et en ajustant un peu les indécis afin de tenir compte de la traditionnelle surestimation de QS dans les sondages, c'est-à-dire en attribuant 50% des indécis au PLQ et 25% chacun au PQ et CAQ ce qui fair en sorte que QS soit à 10% et non pas 13-14% à l'échelle de la province), on obtient les résultats suivant en utilisant le modèle:

PLQ: 11%
PQ: 18.5%
CAQ: 13.2%
QS: 54.9%

Mais ces projections sont pour une élection générale.

Premier ajustment: le fait qu'il y a 13 candidats, dont certains qui devraient être capable de faire plus que 0.5%. Vanessa Dion d'Option Nationale ainsi qu'Alexandre Cormier-Denis (Parti Indépendantiste) semblent les mieux placés (parmi les petits candidats). En termes de mentions "j'aime" sur leur page facebook, ils sont en effet devant le candidat PLQ! S'il y avait un lien 1:1 entre mentions et votes, ces deux candidats pourraient espérer récolter aux alentours des 8%! (Et GND 75% en passant). Ajoutons à cela Alex Tyrrell, chef du Parti Vert qui semble se présenter dans toutes les partielles (il était dans Arthabaska en décembre)!

Les souverainistes durs devraient se rabattre sur ces deux options. Aussi, on peut imaginer certains Péquistes puisque leur parti avait décidé de ne pas présenter de candidat. Mettons que 40% des électeurs qui auraient voté PQ décident d'aller voter (au lieu de rester à la maison), cela fait 11% de voix. Le 8% pour ces deux candidats est tout à coup bien plus probable. Si l'on y va avec entre 0.5 et 1% pour les petits candidats (à part les deux mentionnés) et un report de ces 11% provenant du PQ, On voit que les "autres" pourraient être à près de 20% au total! Il y a une semaine de cela, j'aurais écrit qu'une partie des électeurs PQ voteraient pour GND. Mais j'en doute maintenant.

Finalement, les partielles ont des taux de participation plus faibles (en général 50% du taux d'une élection générale). Les partielles sur l'île (SHSA et Verdun) ont même eu des taux plus bas. Surtout, il n'est pas rare de voir un ou deux partis mieux faire sortir leur votes que les autres (souvent par un manque d'intérêt). Partons du principe que QS fera sortir son vote davantage que les autres (genre 70% au lieu de 50%).

Ok, récapitulons. Je prends les projections comme base, je corrige ensuite pour le fait qu'il y a davantage de candidat (dont 2 "petits" qui pourraient bien faire) et je corrige pour le fait que le PQ n'a pas de candidat et que certains de ses électeurs se reporteront sur les autres choix souverainistes (et pas QS, pas après cette semaine et le congrès où les membres QS ont refusé de même entâmer des négociation). Finalement, je fais l'hypothèse que QS sortira davantage son vote que la CAQ par exemple.

Il y a plein d'hypothèses partout, mais voilà, on fait ce que l'on peut.

Le résultat?

GND devrait être entre 55 et 60%. Le PLQ vers les 8-10%, tout comme la CAQ. La catégorie "autres", incluant ON, pourrait atteindre les 20%! Surtout en cas de faible participation (car chaque vote comptera davantage alors).

Il existe un scénario où GND récolterait plus de 65 ou même 70% des votes. Imaginons un scénario où QS est bel et bien à 13-14% provincialement et fait sortir son vote massivement. Aussi, dans ce scénario, les Péquistent restent chez eux en l'absence d'un candidat (ou certains votent pour GND!).

Au final, je dirais qu'une victoire vers les 60% est un résultat satisfaisant pour GND. Au-dessus de 60% et ce serait une belle démonstration. À l'inverse, un résultat sous les 50% devrait être considéré comme une contre-performance. D'autant plus que QS a souvent réussi à faire mieux que prévu (dans SHSA et Verdun). Il serait un peu surprenant que le nouveau porte-parole super populaire du parti fasse pire que prévu.

Post-mortem CPC leadership: Scheer with the surprise win

Andrew Scheer is the new leader of the Conservative Party. His victory is a relatively big surprise. In terms of odds, I had him with around 20% chances (actually 25% the last time I ran the simulations but I never published these odds, so that's not fair). So that's more than what the BC Liberals had in BC in 2013 (15%) and less than what Nate Silver was giving to Trump (around 30%). This should put things in perspective.

As usual after a mistake or error of the projections, the question is: what could I have done differently? In this case, honestly, not much. Some people have called this race unpollable and while they will feel vindicated by the fact Bernier lost, I think this is an overstatement. The fact is that polls (and fundraising data) were able to predict this race fairly well. Except in one province.

So, why the surprise? The short version is that the farmers in rural Quebec managed to gather against Bernier (who wanted to end supply management). I was aware of the movement against him but data was still showing a large and comfortable lead in Quebec for Bernier. We can also mention the social conservatives (So-Cons) whose second choices ultimately helped Scheer. But the impact was much smaller than the under-performance of Bernier in Quebec. Plus, the model was actually factoring in the fact that Trost and Lemieux supporters would go more towards Scheer than Bernier.

Here below you have the results by province (the main ones) for Scheer and Bernier for the first round, compared to the latest Mainstreet polls as well as my own numbers (which were a mix of fundraising and polling data).



Mainstreet was closer (which makes sense given that they had access to data I didn't, like the number of members per riding). Still, you can see that Scheer beat the polls/projections in many places, including Ontario and BC but especially Quebec (and Bernier did worse). By the way, it's surprising that Mainstreet was closer overall but was giving lower chances of winning to Scheer than me (they were giving him 15%). I think their model simply had less uncertainty than mine. Also, remember, my model was free when their cost $100 a month just to access (at the same time, I thank them for at least providing some polls).

Let's focus on Quebec alone. In terms of points, the polls and projections (averaged) were predicting Bernier to get 3826 points and Scheer 1275, a lead of over 2500 points (in the first round and in Quebec alone). What actually happened is Bernier got only 3073 points and Scheer got 2161, a lead of of only 912!

This, right here, is why Andrew Scheer is now the leader and not Bernier. As a matter of fact, Bernier could have won with around 160 more votes in some key rural ridings in Quebec (in some, each vote represented around 2 points given the low number of members!). Things get worse for Bernier when you realize that he actually lost his own riding in Beauce to Scheer! It's literally possible that a 100 votes in his riding (plus 100 elsewhere in Quebec) could have decided this race!

So again, was it predictable? Hindsight is 20/20 but we simply did not have any indication that Bernier would win Quebec by so little. Not the polls, not the fundraising. I'm sure there are people out there saying "I called it". Well, good for them. But allow me to be skeptical. Yes we knew the farmers didn't like Bernier's plan but to think that this would be enough to cut his lead (in points) by more than half? Never.

So Bernier did worse than expected in the first round and Scheer much better. Overall however, I think the polls and projections did fairly well. Look at the last update I posted on Twitter on Saturday morning:



I think it's pretty close overall. Lemieux is too high and I knew it (I mentioned it) and Trost too low. Scheer is slightly outside of the confidence interval but remember that intervals are at 95%, not 100%.

The second part of the story is how Scheer got more 2nd choices (or 3rd, 4th, etc; I'll use the term 2nd choices or votes from now on). But as predicted, there wasn't a massive and systematic transfers towards Scheer and against Bernier. Look at this table from Andrew Coyne:



There are only really 2-3 cases where the transfers really helped Scheer: from Lemieux and Trost (and O'Toole but at this point, some of his votes were coming from Lemieux and Trost). I tweeted that Bernier's lead was stable at 6-7 points for like 6 rounds.

The model was predicting this. For instance we had that Lemieux supporters had Trost and Scheer as main second choices. Qualitatively the model was sound. Quantitatively? It was closer than the transfers observed in the actual results.

Maybe the one mistake I made was not to update enough the second choices. For instance, once Lemieux was eliminated and a lot of his supporters were with Trost, I could have made is such that even more Trost supporters would have Scheer as second choice. I didn't do that. Why? Well, first of all, these second choices were tricky to estimate and I had very limited data. Secondly, Bernier's lead was supposed to be big enough (thanks to Quebec) to survive a transfer of vote going 60% for Scheer and 40% for Bernier.

The 60-40 split is exactly the split observed yesterday after the first round until the 13th. Some of these transfers can be due to attrition (some ballots were dropped since they only had 1 or 2 choices). My simulations, in average, where increasing Sheer's points total by 9489 points between the 1st and the 13th round while Bernier's total was only increasing by 6243. In percentage, this gives 60% to Scheer and 40% to Bernier! So really, if you are looking for a reason as to why my projections failed, the redistribution of votes isn't where it happened.

At the end of the day, I think the comparison to Trump is an appropriate one as far as the level of surprise that was the Scheer victory (Note: do not read in this statement that I'm comparing Scheer to Trump. I'm not. Because I'm not a moron). Like Trump, the numbers were showing that Scheer could win, it just required a number of things to happen. A number of unlikely things based on the available information. The predictions failed to see the Trump victory because he needed to win a couple of States that were unlikely based on the polls. For Scheer, the fact that he did so well in Quebec (and Bernier so bad, relatively speaking) is by far the biggest reason the upset happened.

Also, let's remember that when my model gives a 20% chance of something happening, it means that, well, such an event should happen 1 out of 5 times. In other words, there is something wrong with a model where the favourite always win. But obviously it doesn't look (or feel) good when the upset happens.

Last update to the CPC leadership projections: Bernier still heavy favourite

Mainstreet just released its latest poll for the CPC leadership that is ending this Saturday. With that said, I'm not sure a last minute poll is that useful given that most members mailed their ballots already. But based on Mainstreet's numbers, even the last minute trend is favourable to Bernier (and not to Andrew Scheer). On the other hand, we finally have a regional breakdown provided for free (i.e: without paying $100). I decided to keep using my model with the fundraising data but it convinced me to update the projections. In particular, I realized I might have overestimated Bernier in Quebec. And since this province is so important, any adjustment made there can have dramatic consequences on the overall picture.

I thus updated my projections of earlier this week (read for the detailed methodology). The main result remains: Maxime Bernier will be the next leader of the Conservative Party.

Look, we can do the simulations, keep in mind how tricky a leadership race is and how the electoral system (and the incorrectly filled -and therefore invalid- ballots), but Bernier is by far the favourite here. It'd be shocking to me if he were to lose this weekend.



The number of points is really similar but the chances have changed. Since Scheer is higher in Quebec (and Bernier lower), it makes the race slightly more competitive. Still, make no mistake, for Andrew Scheer to win, he needs the poll and fundraising data to be wrong, very wrong.


As for the distribution of possible results in the first round, here it is:


I said it before and I'll say it again: if you don't believe my projections, simply think about it: Bernier will almost surely get around 50% in Quebec. Unless his vote is incredibly inefficient (remember, each riding is worth 100 points), it means Quebec alone will provide him with around 3500-4000 points in the first round. This alone pretty much guarantees Bernier to be ahead after the first round. This is, after all, more points than any other candidate is projected to get across the entire country, except for Scheer (and maybe O'Toole and Lemieux who are both right around 4000 in average).

Bernier will likely not win in the first round, which means that we'll go through a number of "useless" rounds where we redistribute the votes of the candidate who finished last. But there will be so few votes (or points) to redistribute that it won't change anything to the big picture. It will only get interesting around the 7 or 8th round (so when we'll likely be eliminating Trost or Raitt).

Again, if you think I'm too confident for Bernier, remember that I introduced a ton of uncertainty into the simulations. I also made some adjustments to the fundraising data based on the polls that are helping Scheer and hurting Bernier. I even didn't mostly used the next to last Mainstreet poll (instead of this one here) because it was better for Scheer (well, that's not really the why. I used the next to last poll because I don't think a last minute poll is useful when members have already voted).

The Mainstreet regional breakdown also shows that Bernier is ahead pretty much everywhere except in Saskatchewan (province of Scheer). Another indication of the fact Bernier is likely to win.

Some will argue that the first round isn't what really matters. Based on the ranked ballots used, second (and third, fourth, etc) choices are really important. This is only partially true. For a candidate to rally from behind, he needs to benefit from a systematic and massive report of the votes of other candidates. It likely won't happen here because members had to indicate all their choices at once. And sure, you can start arguing that Chong supporters might be more likely to support O'Toole than Bernier or Leitch based on policies, but remember that real life second choices are seldom that clear and "reasoned". You know, that's the same logic that a NDP voter can't have the Conservative as second choice. Except it happens.

I'll say this, I'm absolutely shocked that no candidate officially made a deal with another. Like telling his or her supporters to put another candidate as second choice. But hey, between this race and what Quebec Solidaire chose this weekend, it seems Canadian politicians don't like to make deals.

At the end of the day, I have no reason to believe Bernier isn't a popular second choice. And since he'll finish comfortably ahead after the first round, he will very likely not be caught and ultimately win. In my simulations, the only way Bernier loses is if the polls/fundraising data were wrong and wrong pretty much in every province.

Anyway, we'll see this weekend. Last time I tried to predict a leadership race (the PQ last year), I got the right winner (despite every single poll showing otherwise) but I was quite off in terms of percentages. At the same time, my biggest achievement in electoral prediction was when I had correctly called Stéphane Dion to win the LPC leadership. So far, leadership races have been good to me.