La chute de la CAQ en graphiques

À moins que vous n'ayez pas été sur internet hier, vous savez que les deux sondages publiés (un Mainstreet et un Léger, les deux seules firmes qui semblent intéressées par cette élection) montraient la CAQ en forte chute. Mainstreet avait carrément le PLQ devant pour la première fois.

Les projections sont les suivantes. Plus d'explications dans cet article, y compris les projections par circonscription.



Regardons les évolutions des intentions de vote à Montréal, Québec et le reste. Nous allons voir que la CAQ baisse partout et ça lui coûte cher en sièges. Tous les chiffres sont après répartition proportionnelles des indécis (i.e: les chiffres tels que fournis par les sondages, sans ajustement). J'ai inclus un Mainstreet à tous les 3 jours, ce qui correspond à chaque nouvel échantillon (Mainstreet fait une moyenne roulante sur 3 jours et ajoute ainsi environ 800 observations chaque jour mais retire 800 observations d'il y a 3 jours).


1. Montréal (RMR-région métropolitaine de recensement)


La seule région vraiment pro-PLQ au début de campagne. On voit ce parti en lente mais constante progression. La chute récente signifie que la CAQ a bien moins de chances de faire des gains sur l'île (par exemple Pointe-aux-Trembles est de retour au PQ, de peu). Legault peut aussi potentiellement oublier des gains à Laval.

Dans le reste du 450, la CAQ ne peut plus rêver à un carton plein, même sur la Rive-Nord. Ne vous métrompez pas, la CAQ continue de gagner une vaste majorité du 450 mais pas autant qu'avant.


2. Québec RMR


À remarquer que cette région est en fait petite et souffre de tailles d'échantillons plutôt faibles. Cela explique en partie pourquoi les deux sondages d'hier ne s'entendent pas. Mainstreet a la CAQ à seulement 32% alors que Léger continue de voir cette formation à 46% (en fait une hausse de 4 points par rapport au dernier Léger). Mainstreet a aussi QS devant le PQ!

La baisse de la CAQ signifie qu'elle ne récoltera pas tous les sièges. Taschereau s'éloigne (et devient une course QS-PLQ-PQ, dans cet ordre-là). Le Parti Québécois y ferait même des gains par rapport à 2014 (Charlevoix-Côte-de-Beaupré) simplement en baissant moins que les Libéraux. Jean-Lesage se retrouve une course à 4 (oui vraiment) alors le PLQ est confortable dans Jean-Talon.

Si Mainstreet a raison cependant, la CAQ pourrait ne remporter que 6 sièges dans cette région.


3. Reste du Québec


Cette région a la même évolution que les intentions de vote auprès des francophones, ce qui est assez logique. La chute de la CAQ y est marquée et importante en termes de sièges (surtout dans l'optique de remporter une majorité). Tout à coup la CAQ ne peut plus vraiment rêver à des gains majeurs au Saguenay ou en Gaspésie/Bas-Saint-Laurent, contrairement à ce qui était possible il y a  1-2 semaines.  Legault peut aussi faire une croix sur des victoires surprises en Outaouais (alors que les sondages par comté montraient que ce n'était de loin pas impossible).

Remarquez aussi la lente mais constante progression du PQ ici. Sans cette évolution, ce parti se dirigeait vers un scénario cauchemard le 1er octobre.

La CAQ se retrouve à dominer la région de Québec, Chaudière-Appalaches, le 450 et la Mauricie/Centre du Québec. C'est déjà beaucoup. Mais sans ces victoires dans les régions ci-dessus, gagner une majorité devient très, très difficile. Il faudrait soit que les sondages aient tort, que la CAQ brise des tendances historiques ou ait un vote très efficace. Tout ceci est possible et les simulations accordent 3.7% de chances à une majorité CAQuiste, ce n'est juste pas très probable.

Remarquez aussi comment le PLQ n'a pas vraiment augmenté récemment. Ce parti se retrouve potentiellement en position de gagner simplement car la CAQ est en chute libre et que le vote "changement" se divise entre la CAQ et le PQ (et QS en fait).

Cette élection est aussi tout à coup bien plus incertaine. Il y a actuellement 33 courses projetées serrées (moins de 5% d'écart) et une bonne partie sont carrément des courses à trois. Si l'élection était demain, les projections feraient probablement des erreurs dans bien des comtés.

Comment expliquer la baisse de la CAQ? Léger nous indique que le 1er débat a été l'évènement le plus important selon les répondants. Et Lisée a gagné ce débat alors que Legault a perdu. Il se peut aussi que les gens aient commencé à accorder de l'attention à cette campagne. 2 semaines avant le scrutin c'est à peu près quand Trudeau a commencé à prendre la tête en 2015. Le trafic sur mon blogue a aussi augmenté de manière constante depuis le 23 août mais a explosé depuis quelques jours. Il se peut que les Québécois aient réalisé qu'ils n'aimaient pas les propositions de la CAQ. Après tout, n'oublions pas que ce parti était à 22% en mars 2017. Ce même parti avait échoué à gagner Saint-Jérôme malgré avoir tout essayé. Dans les faits la CAQ est devenue l'option anti-PLQ presque par défaut après la partielle dans Louis-Hébert. Ce que j'essaie de dire ici c'est que le CAQ n'a jamais été à 36% car les Québécois adoraient Legault ou son programme. Il n'est ainsi pas totalement surprenant de voir que la CAQ puisse baisser rapidement.

Au final, peut-être la meilleure illustration de la chute de la CAQ est de comparer la distribution possible des sièges maintenant à ce qu'elle était il y a 10 jours.

En date du 18 septembre:

Le 7 septembre:


Il y a encore 10 jours de cela, l'incertitude était faible. Les trois distributions se chevauchaient à peine. La seule vraie question était de savoir si Legault obtiendrait une majorité.

Maintenant? Il est impossible de déterminer qui terminerait devant entre les Libéraux et les CAQuistes. Le PQ a aussi enfin de (très petites) chances de gagner. La distribution de la CAQ est légèrement plus étendue car son vote est moins concentré auprès des non-francophones, ce qui fait qu'une majorité est bien plus probable pour la CAQ que le PLQ (le PLQ à l'inverse ne peut pas descendre aussi bas en raison des sièges garantis dans l'ouest de l'île, etc).

Au final, cela rend le débat de ce jeudi à TVA incroyablement important. Legault avait gagné le dernier débat en 2014, ce qui lui avait permis de faire une remonté remarquable en fin de campagne. S'il devait perdre face à Lisée comme au 1er débat cependant, il n'est pas impossible que le PQ prenne encore quelques points et se retrouve nez-à-nez avec la CAQ.

N'oublions pas qu'une écrasante majorité de Québécois veulent un changement de gouvernment (60-70%). Si le PLQ commence à être projeté devant, cela pourrait changer la dynamique de campagne. Est-ce que les électeurs qui veulent ce "changement" retourneront à la CAQ? Ou migreront-ils vers le PQ? Les deux sont possibles. Plus de 30% des électeurs CAQuistes ont le PQ comme 2e choix (pareil dans le sens inverse) et sont ainsi mobiles entre les deux. Il y a aussi certains Solidaires (36% ont le PQ comme 2e choix, 13% ont la CAQ) qui pourraient voter stratégiquement vers la fin si le PQ commençait à avoir une chance.

Share this

Related Posts

Previous
Next Post »