Sondage Mainstreet août 2017: le PQ rebondit

Note: je m'excuse pour le manque de mise à jour récemment. Mais vous savez ce que c'est avec l'été! En plus j'ai été pas mal occupé ces dernières semaines entre mon mariage, acheter une maison (et vendre mon appartement) et je voudrais avoir le nouveau modèle fédéral prêt pour la rentrée. Je consacrerai davantage de temps au blogue à partir de septembre.

Enfin une bonne nouvelle pour le PQ! Selon le dernier sondage Mainstreet, le parti de Jean-François Lisée connaît finalement un mois où il augmente dans les intentions de votes après des mois de pertes. Le PQ reste 3e à 24%. mais le simple fait de ne pas être dépassé par QS constitue déjà une victoire.

Le sondage a été fait entre le 8 et 10 août auprès de 1501 résidents du Québec. La méthode de collecte de données est par appels téléphoniques non-automatisés.

Soyons clair, ces variations d'un sondage à l'autre sont non seulement pas très importantes (quoique possiblement significatives, cela dépend du nombre d'indécis dans les deux derniers sondages), mais il faut plutôt s'attarder sur la tendance. Et cette dernière est clairement mauvaise pour le PQ. Quoiqu'il en soit, les chiffres étant ce qu'ils sont, je suis sûr que le PQ va être un peu soulagé de voir cette remontée.

Aussi, si vous regardez les chiffres avant redistribution des indécis, c'est pas mal le calme plat. Le PLQ est stable à 25%, le PQ passe de 17 à 18%, la CAQ chute de 22 à 21% et QS recule de 1 point également à 12%. Le nombre d'indécis est stable (de 23 à 24%). Cela veut dire que le +3 du PQ vient essentiellement des électeurs mous, ceux qui sont indécis mais penchent pour une option. Rien de mal à gagner des votes parmi ces derniers, mais cela met en perspective les variations observées.

En se basant uniquement sur ce sondage (qui, rappelons-le, n'inclut pas les autres partis), voici les projections. On peut parler d'une course à trois en théorie. Je dirais une course à 2.5 pour le pouvoir mais beaucoup de comtés se joueraient à trois.



Je ne vais pas vraiment analyser ces chiffres en profondeur, vous pouvez lire mes articles des mois précédents. Le PQ retrouve des couleurs et ses chances de victoires sont maintenant plus élevées. Mais la tendance reste la même: le PLQ est devant malgré une grosse chute par rapport à 2014, la CAQ reste 2e (et 1ere chez les franco en fait avec aussi un bon 19% chez les non-franco) alors que  le PQ est un peu plus bas que lors de la dernière élection, essentiellement car QS lui a volé des votes. Par rapport au mois passé cependant, il est moins clair que la hausse de QS provienne uniquement d'anciens électeurs du PQ en 2014.

Je voudrais plutôt regarder comment le PQ pourrait en fait gagner la prochaine élection. Les chiffres actuels (et des récents mois) ne lui accordent pas beaucoup de chances, mais la formation souverainiste n'est pas dans une situation si mauvaise.

Tout d'abord, je l'ai souvent dit, mais le "chemin de la victoire" pour le PQ est rendu très étroit. Oubliez les victoires avec 43% des voix, le PQ semble avoir un plafond bien plus bas (vers les 35%). Cela veut dire que si le PQ espère remporter le plus de sièges, il lui faut les conditions suivantes:

- Le PLQ bas (ce qui arrive une élection sur deux depuis 2003)
- La CAQ (ou ADQ avant) haute, volant au PLQ, mais pas trop haute.
- Obtenir entre 30 et 35% des votes.

(Note: il existe bien sûr un scénario où le PQ retourne au-dessus des 40%. Après tout, le Parti Libéral n'allait nulle part de 2006 à 2015 et Trudeau a gagné une grosse majorité. Cependant, le PQ n'a plus dépassé les 40% depuis vraiment, vraiment longtemps)

Les deux premières conditions sont remplies, il manque la 3e. Comment combler ce manque?

Si vous regardez le graphique sur le pdf de Mainstreet, il semble assez évident que les courbes du PQ et de QS sont l'inverse l'une de l'autre. En d'autres mots: le PQ baisse quand QS augmente. Cela veut dire que le PQ a un potentiel de votes qui sont maintenant chez QS. Ces votes ne sont partis que depuis quelques mois. L'effet GND a bien sûr aidé, mais cela veut dire que QS n'a possiblement pas une base très solides (ces votes pourraient repartir).

Ce n'est naturellement pas le seul potentiel pour le PQ. Lisée pourrait aller chercher ses votes chez la CAQ. Ou chez ceux qui n'ont pas voté. Je fais simplement remarquer que selon les courbes, le potentiel le plus réel semble être d'aller rechercher ces votes chez QS.

Imaginons que cela arrive. QS retourne à 10% (ce qui serait déjà une hausse par rapport à 2014), le PQ grimpe à 31%, à égalité avec le PLQ et 3 points devant la CAQ. Dans ce cas de figure, les projections seraient:

PLQ: 44 sièges et 28% de chances de gagner
PQ: 48 sièges et 61% de chances
CAQ: 30 sièges et 7% de chances
QS: 3 sièges

Ce scénario serait probablement assez facile à projecter (en gros un retour à 2012). Bien plus facile qu'un scénario avec QS à 17% mais le PQ remontant en prenant à la CAQ. Dans ce cas-là, le modèle devrait probablement être ajusté.

Ce scénario montre le potentiel et limite du PQ. Ce parti a un chemin étroit vers la victoire et la bonne nouvelle est que ce chemin est entre-ouvert actuellement. La mauvaise nouvelle est que même si ce chemin s'ouvre, les chances de victoires ne sont pas garanties (61% de chances seulement et loin d'une majorité).

Si je devais m'aventurer à faire de la stratégie, je pense que le PQ devrait essayer d'aller chercher 4-5 points de QS (par exemple en parlant à quel point QS et GND sont "trop extrêmes" pour gouverner) et ensuite s'attaquer à la CAQ pour quelques points. Le PQ continue d'avoir un avantage électoral sur le PLQ, dont tant que Lisée parvient à se rapprocher de Couillard à 2 points disons, les chances ne sont pas mauvaises.

Share this

Related Posts

Previous
Next Post »