Nouvelle carte électorale: les effets au Québec

J'ai déjà posté mon analyse sur les effets de la nouvelle carte électorale (en anglais). Ce billet s'intéresse au Québec. Bien que cette province n'ait reçu que 3 sièges additionnels (afin de garantir que le poids du Québec à la Chambre des Communes ne soit pas inférieur à son poids démographique), la plupart des comtés existant ont été redessiné.

Pour cette analyse, je me sers des intentions de votes d'après les deux plus récents sondages Ekos et Abacus. Comme je le mentionnais dans mon analyse en anglais, les résultats et effets de la carte varient grandement en fonction de quel parti est en tête dans telle ou telle province, mais pour l'instant, partons du principe que la moyenne Ekos/Abacus nous donne les intentions de vote actuelles. Pour le Québec en particulier, les pourcentages ont été relativement stables au cours des derniers mois.

Le tableau suivant montre le nombre de sièges ainsi que les chances de remporter le plus de sièges dans la Belle Province avec l'ancienne et nouvelle carte.

PCC PLC NPD Verts Bloc
Ancienne Sièges 8 27 35 0 5
Chances de gagner (la province) 0.0% 24.8% 75.0% 0.0% 0.2%
Nouvelle Sièges 8 27 38 0 5
Chances de gagner (la province) 0.0% 19.1% 80.8% 0.0% 0.1%


En moyenne, le NPD est le parti qui bénéficierait le plus, avec des hausses de respectivement 3 sièges et 5 points de %. Si le 3 gains ne sont pas forcément majeurs (après tout, avec l'incertitude du mode de scrutin, il est fort possible que le Bloc et le PLC soient en fait les partis qui augmentent leur nombre de sièges), mais la hausse de 5% des chances de remporter le plus de sièges est  moins négligeable. Rappelez-vous ce que cela signifie: avec les même pourcentages pour les intentions de votes, le NPD a davantage de chances de remporter le plus de sièges. À remarquer aussi que le NPD est projeté en tête en terme de sièges malgré un retard d'environ 2 pts dans les intentions de votes (29.9% vs 31.7% pour les Libéraux). La concentration du vote PLC chez les non-francophones se fait naturellement ressentir.

Au final, au même titre que j'arrivais à la conclusion que la nouvelle carte électorale ne change pas vraiment la donne au niveau fédéral, la même chose peut être dite pour le Québec. Le NPD semble un petit peu avantagé, mais rien de très remarquable. Si les intentions de votes devaient changer (par exemple une remontée du Bloc aux dépends du NPD), les effets pourraient être fort différents. Ce qui renforce on point central: la carte en elle-même ne change pas grand chose, les effets observés sont davantage le fruit du mode de scrutin.

Share this

Related Posts

Previous
Next Post »