Le PLQ est en train de disparaître du 450 (sauf à Laval)


La banlieue de Montréal, aussi connue sous le nom "le 450", est la région électorale la plus volatile au Québec depuis plusieurs élections. En d'autres termes, c'est en général dans cette région que les partis varient le plus d'une élection à l'autre et peuvent perdre ou faire des gains de sièges.

Le Parti Libéral du Québec y a fait élire 15 députés en 2014. 6 à Laval et seulement 9 dans le reste du 450. En termes de sièges, ce n'est pas une si mauvaise performance. Le PLQ n'est de loin pas allé chercher sa majorité dans le 450 mais il n'avait non plus pas été complètement effacé de la carte.

Cependant, le PLQ baisse dans le 450 à chaque élection depuis 2003 en termes de pourcentages de votes. Je parle ici d'une tendance lourde et qui tient compte de la tendance à l'échelle de la province. Globalement, le PLQ a fait le yoyo depuis 2003, alternant en général entre être au-dessus des 40% (2003, 2008 et 2014) et juste en-dessus de 30% (2007, 2012). Son résultat dans le 450 fluctue aussi logiquement.

Afin d'isoler la tendance propre au 450 (sans Laval), j'ai pris les différences entre les pourcentages de voix dans cette région et à l'échelle de la province. Par exemple en 2014, le PLQ a obtenu 30% des votes sur la Rive-Nord et Rive-Sud, comparé à 41.5% à l'échelle de la province. Cela nous donne une différence de -11.5 points, ce qui est indiqué dans le graphique ci-dessus.

Comme vous pouvez le voir, la tendance est très nette pour le PLQ dans le 450. J'ai répété l'exercice pour tous les partis dans toutes les régions et c'est l'une des tendances les plus nettes depuis 2003 (dans bien des cas, il n'y a pas vraiment de tendance). Le 450 n'a jamais été la meilleure région pour le PLQ (même lors de la majorité de 2003) mais elle devient de plus en plus hostile à ce parti. Si vous voulez une autre façon de comprendre l'effet, sachez seulement qu'en 2008, le PLQ avait déjà obtenu environ 41-42% dans tous le Québec mais était à 35% dans le 450. Comparé à 2014, on voit une chute assez nette.

La CAQ (ADQ avant 2012) est la grande gagnante du déclin du PLQ. La tendance est particulièrement positive sur la Rive-Nord. Aussi, alors que la CAQ (ADQ) était traditionellement très volatile dans le 450 (donc elle baissait davantage qu'en moyenne), 2014 a été différent. En effet, alors que la CAQ perdait 4 points provincialement, elle ne baissait que de 3 dans le 450. Il s'agît d'un renforcement du parti de François Legault dans cette région clé (et est, en passant, l'une des raisons de la sous-estimation du nombre de sièges CAQ lors des projections lors de la dernière élection).

Heureusement pour le PLQ, la tendance est à la hausse à Laval (de +5.7 en 2003 à +11.4 en 2014), ce qui compense un peu ce qui arrive dans le reste du 450. Il reste que si ces tendances persistent pour la prochaine élection, le PLQ pourrait bien se retrouver dans une situation périlleuse. Ce sera d'autant plus le cas si le PLQ récolte moins de votes à l'échelle de la province. Dans ce cas-là, ce parti pourrait bien se retrouver avec très peu de sièges dans le 450 et cela pourrait lui coûter le pouvoir.

Share this

Related Posts

Previous
Next Post »