7 Novembre 2013: Élections partielles et l'effet Coderre

Forum vient de publier un nouveau sondage (ou plutôt 4 sondages) pour les élections partielles à venir. En gros, peu de changement par rapport au précédent sondage, si ce n'est la chute du Parti vert dans Bourassa suite à la démission de leur "candidat vedette" George Laraque. Je suis déçu de voir cela car si le dernier sondage disait vrai, Laraque aurait pu se targuer de bénéficier d'un effet personnel fort important et j'aurais voulu voir si cela tenait lors de l'élection.

Quoiqu'il en soit, mon analyse précédente s'applique encore. La seule autre différence concerne la légère chute des Conservateurs dans Toronto Centre. Soit il s'agît d'un effet local, soit le CPC a chuté quelque peu en Ontario depuis les récents sondages.

J'aimerais me concentrer sur la partielle dans Bourassa. Ce comté était détenu par le maintenant nouveau maire de Montréal, Denis Coderre. Son remplaçant, Emmanuel Dubourg, est sondé largement gagnant. Le dernier sondage lui donnant même une avance de 56% contre 19% au NPD.


Si l'on "inverse" le modèle, c'est-à-dire que l'on essaie de trouver les intentions de vote provinciales qui donneraient de tels chiffres dans ce comté, on obtient que le PLC serait actuellement aux alentours des 35% dans la belle province. Le NPD serait juste derrière à 27-30% et le Bloc troisième avec 20-22%. Ces chiffres correspondent assez bien au dernier sondage Abacus par exemple.

Mais il se peut qu'en fait le PLC soit bien plus élevé au Québec. Coderre était un des candidats bien connus et réputé pour le PLC. Il devait ainsi probablement bénéficier d'un effet personnel. Maintenant que cet effet n'est potentiellement plus là, pour que le candidat Libéral soit sondé si haut, il faudrait que le PLC soit au-dessus des 35%. Mais pour estimer cela, il nous faut tout d'abord estimer si Denis Coderre bénéficiait bel et bien d'un bonus.

La principale difficulté ici est que Denis Coderre a occupé son siège depuis 1997. Cela rend la tâche plus difficile que dans le cas Philippe Couillard où le chef Libéral avait changé de comté entre deux élections, nous permettant vraiment de comparer et identifier un possible effet. Néanmoins, essayons quand même. L'effet peut être de deux natures: 1) Un "swing" différent. Par exemple, quand le PLC chute de 10 points provincialement, Coderre ne chutait que de 5 points. 2) Un effet constant, du style: Coderre était toujours 10 points au-dessus de la moyenne PLC dans la région.

J'ai testé les deux en utilisant les résultats 2004-2011. Voici un tableau récapitulatif:


Denis Coderre
Moyenne PLC dans Mtl Est
Variation Coderre
Variation moyenne PLC
2004
50.03
37.11


2006
43.41
30.45
-6.6
-6.7
2008
49.79
33.83
6.4
3.4
2011
40.9
24.33
-8.9
-9.5

En gros, Denis Coderre était en gros 13-15 points au-dessus de la moyenne de son parti dans la région (Montréal Est). Par contre, en termes de variations, Coderre ne semblait pas être plus ou moins volatile que son parti. Il avait augmenté davantage en 2008, mais ce n'est pas assez pour que l'effet Coderre soit significatif statistiquement.

Alors la question qui se pose: maintenant que Coderre n'est plus dans ce comté, est-ce que le nouveau candidat PLC a directement perdu cet avantage de 13-15 points? (en d'autres mots, le candidat PLC dans Bourassa serait maintenant dans la moyenne de ce parti dans cette région) Si tel est le cas, en étant sondé à 56% dans Bourassa, il faudrait que le PLC soit en fait vers les 45% au Québec, largement devant le NPD et le Bloc.

En conclusion, soit Emmanuel Dubourg bénéficie d'un effet similaire à Denis Coderre (appelons cela la loyauté Libérale) et le PLC est aux alentours des 35% provincialement. Soit Dubourg ne bénéficie pas du même effet et son parti est en fait plutôt à environ 45% dans la Belle Province.

Cela peut sembler trivial, mais ce n'est pas le cas. Dans le premier cas, Justin Trudeau et le PLC remporteraient beaucoup de sièges au Québec, mais la lutte serait chaude avec le NPD et le Bloc (en termes de sièges). Dans le second cas de figure, le Québec verrait une vague rouge qui porterait Justin Trudeau aux portes d'une majorité. La vérité est probablement entre les deux et le nouveau candidat Libéral, bien que pas aussi populaire que l'ancien député, continue d'avoir un avantage par rapport à la moyenne dans la région. Apres tout, Emmanuel Dubourg n'est pas un inconnu et peut largement être qualifié de candidat vedette.

Share this

Related Posts

Previous
Next Post »