29 Mai 2012: Effets de la crise étudiante

29 Mai 2012: Effets de la crise étudiante
Le conflit opposant les étudiants et le gouvernement du Québec semble ne pas en finir. Bien que les rumeurs d'élections soient moins présentes que lors des derniers mois, on ne peut pas cependant complètement écarter une élection estivale. Certaines rumeurs parlent d'ailleurs d'une élection en cas d'absence d'accord d'ici peu.

Il est ainsi intéressant de regarder l'effet de ce conflit sur les intentions de vote et des projections. Ces effets sont principalement de deux sortes.

1) Effets sur les intentions de vote provinciales. Si on regarde ces intentions de vote au cours des 2-3 derniers mois (que ce soit chez Crop ou Leger), on peut voir que le grand perdant semble être la CAQ. Le PLQ est resté très stable avec une légère remonté récemment alors que le PQ a grimpé vers février-mars mais a depuis chuté légèrement. Le fait que la population Québécoise semble très divisée sur ce conflit et sur la loi spéciale explique probablement pourquoi le PQ et PLQ sont restés relativement stables.
La CAQ était en perte de vitesse avant que cette crise étudiante ne prenne l'ampleur qu'elle a actuellement, donc il serait faux d'attribuer à ce conflit toute la responsabilité de la chute du parti de François Legault. Ce que l'on peut dire cependant, c'est que la CAQ n'a en tout cas pas su tirer profit de ce conflit. Pourquoi? Probablement que de se ranger essentiellement derrière la position du gouvernement n'a pas aidé. Je ne suis pas stratège politique, mais en cas de crise majeure comme c'est le cas actuellement, un tiers parti (qui plus est en perte de vitesse) devrait probablement être plus original et proposer quelque chose de nouveau afin de se démarquer. En soutenant le PLQ, la CAQ n'offre pas vraiment de raisons aux électeurs de voter pour un parti différent des deux principaux. L'autre "gagnant" de cette crise semble être, dans une certaine mesure, QS. Ce parti est naturellement opposé à la hausse des frais de scolarité et c'est typiquement le type d'enjeux sur lequel un parti de gauche, présent surtout à Montréal, peut se positionner pour faire des gains. Depuis cette crise, QS qui semblait en perte de vitesse est revenu aux alentours des 10% provincialement.

2) Effets régionaux. Si la crise actuelle ne semble pas avoir permis à l'un des principaux partis de tirer son épingle du jeu, il se peut que ce conflit qui est essentiellement concentré à Montréal, ait eu des effets plus localisés. Si tel est le cas, c'est une mauvaise nouvelle pour le modèle vu que ce dernier est basé sur les tendances régionales historiques. Pour utiliser un exemple que j'ai déjà mentionné, imaginez que le PQ grimpe à 40% mais pas en gagnant des votes francophones mais en grimpant, soudainement, chez les anglophones. Le modèle serait ainsi faux car historiquement, les gains du PQ seraient répartis principalement dans les comtés francophones. Ainsi, si cette crise étudiante a des effets locaux allant à l'encontre des tendances régionales passées, cela créera des problèmes.
Dans ce cas précis, les sondages semblent indiquer un clivage Mtl-Reste du Québec relativement important concernant cette crise. Par exemple, on voit clairement dans le dernier Crop que la population hors de Mtl soutient bien davantage le gouvernement, tant sur la question des frais de scolarité que sur la loi spéciale. Au final, il se peut que le PLQ et PQ soient stables nationalement, mais que beaucoup de variations locales existent. Typiquement le genre de variations que le modèle ne gère pas bien. Si tel est le cas, il faut ainsi corriger certaines projections du modèle.
Si on utilise les chiffres du dernier Crop-La Presse et compare les moyennes régionales au sondage (Mtl métro, Québec métro), il semble en effet que le modèle surestime le PLQ à Montréal et le sous-estime dans la région de Québec. Cela est une illustration de changements au niveau régional, mais neutres au niveau national. Cela signifie que le PLQ est potentiellement plus vulnérable que le modèle ne le laisse présager dans beaucoup de circonscriptions de Montréal-Est. En même temps, il semblerait que la CAQ ait un adversaire plus redoutable que prévu dans la région de la capitale nationale. Il me faudra peut-être corriger le modèle afin de tenir compte de cela.

Une autre possibilité serait que le vote étudiant soit bien plus fort lors de la prochaine élection (en particulier s'il y a des élections cet été). Il est en effet facile d'imaginer que les étudiants voudront punir le gouvernement et voter pour une alternative. Dans ce cas-ci, les gagnants seraient le PQ et QS (ainsi que le Parti Vert). Vincent Marissal mentionne les comtés de Rosemont, Hochelaga et Sainte-Marie-Saint-Jacque qui pourraient tourner QS. Pourtant, même à 10% provincialement, QS reste projeté loin derrière selon le modèle. En grande partie car le PQ pendant ce temps-là reste bien au-dessus des 30%. Cependant, un vote étudiant massif supportant QS pourrait changer la donne. Après tout, le modèle assume implicitement une participation similaire aux élections passées. Il faudrait une mobilisation majeure cependant car QS est actuellement projeté aux alentours des 20% dans ces circonscriptions, un bon 20-25 points derrière le PQ. Le problème? La répartition régionale du dernier Crop-La Presse montre QS à 9% provincialement et 11% dans le Mtl-métro. Si le vote QS était vraiment si concentré sur l'île et dans ces quelques comtés, on devrait voir une différence plus importante que cela.

22 Mai 2012: Legermarketing confirme un Québec très divisé + note sur les sondages en ligne

Il semble que le Crop de la semaine passée, critiqué de toutes parts, contredise en effet les résultats des autres sondeurs. Après Forum (voir mon billet précédent), voici que Legermarketing nous montre que le Québec est bel et bien divisé concernant la loi spéciale. Pour rappel, le Crop montrait un large soutient à la solution du gouvernement.

Comment expliquer cela? Tout d'abord, le sondage Crop n'a pas été réalisé entièrement après l'adoption de la loi spéciale, contrairement à Legermarketing (En même temps, le Forum avait été fait avant le 18 mai également...). Deuxièmement, je suppose que les questions étaient peut-être quelque peu différentes. Au final, dur de clairement expliquer et contrairement au JdM, je me garderais une petite gêne avant de déclarer le sondage Léger comme un exemple de méthodologie comparé au sondage Crop.

Avant de faire un petit commentaire sur les sondages faits en ligne, il faut souligner que les intentions de votes du dernier Léger sont très similaires à celles du dernier Forum. C'est la première fois depuis des mois que les deux sondeurs s'entendent!

Au sujet de tout ce débat concernant la méthodologie et les échantillons non-probabilistes faits en ligne. Je commence à être vraiment fatigué de ce débat et de tous ces soudain statisticiens qui semblent s'y connaître tant que ça sur le sujet. Vous rappelez-vous la dernière fois qu'il y avait eu une violente réaction face à un sondage faits en ligne? Il s'agissait du sondage Crop lors de la dernière élection fédérale. Le premier sondage montrant le NPD en tête et le Bloc en chute libre. Au final, il s'était avéré que Crop avait bel et bien raison et était simplement le premier à capturer cette tendance. Les sondages faits en ligne via un panel non-aléatoire fonctionnent fort bien et sont utilisés partout dans le monde. Vous pouvez facilement trouver des papiers montrant que les résultats sont similaires. Donc svpl, si vous voyez un sondage dont les résultats ne vous plaisent pas, ne le discréditez pas automatiquement simplement car il ne s'agît pas d'un sondage fait par téléphone.
D'autres parts, concernant les marges d'erreurs, je suis encore davantage fatigué d'entendre et de lire des trucs du genre "un tel sondage n'a pas de marge d'erreur". C'est faux et totalement faux! Simplement car l'échantillon n'est pas parfaitement aléatoire ne signifie pas qu'il n'y a pas de marges d'erreurs. Ce que cela signifie c'est qu'il faudrait les calculer correctement. Ce qui ne semble pas être faits et les maisons de sondages se contentent de rapporter la marge d'erreur "équivalente à un sondage probabiliste". C'est faux et un peu fainéant. Mais en même temps, la fameuse marge d'erreur rapportée est elle-même incorrecte. En effet, pour un sondage sur les intentions de votes, la marge d'erreur dépend elle-même su niveau de soutient de chaque parti. Ainsi, la marge pour le PLQ à 32% est différente (et plus grande) que la marge pour QS à 10%. En France, les sondages sont rapportés correctement et vous avez une différente marge pour chaque parti.
Pour revenir aux sondages internet, il faudrait naturellement calculer ces marges d'erreurs correctement, mais cela n'est pas encore fait. Un bon texte sur le sujet peut être trouvé ici. Ceux qui pensent qu'il n'y a pas de marge, svpl lisez-le.

Au final, je n'ai vraiment pas de gros problème avec les sondages internet et leurs marges d'erreurs. Cependant, tout ce débat me rappel un moment d'un épisode de Community (qui est de loin ma série préférée) dont voici la vidéo. Je vous promets que je ne commencerai pas à poster des vidéos à tous les jours, mais cela me semblait appropriée cette fois-ci.

20 Mai 2012: Sondage Forum montre un Québec divisé

Le dernier sondage Forum montre que les Québécois sont divisés presque parfaitement entre le PQ et le PLQ. L'électorat est également divisé concernant la loi spéciale sur les grèves étudiantes (45% dans chaque camp). Je ne commenterai pas l'enjeu même de cette grève et les vices et vertus de la loi spéciale dans ce billet, mais seulement des intentions de votes.

Tout d'abord, rappelez-vous qu'il s'agît d'un sondage Forum. Cette firme n'utilise pas de panel en ligne mais la bonne vieille méthode du sondage téléphonique (automatisé cependant). Après tout le bruit concernant le dernier sondage Crop et sa méthodologie cette semaine, je vous laisse choisir si vous estimez que les sondages internet sont fiables. Personnellement, je n'ai pas de réels problèmes avec eux. Sauf qu'il faut le mentionner dans ce cas car Forum a le PQ/PLQ plus élevés que Crop/Léger et la CAQ bien inférieure depuis des mois. S'il s'agissait de 1-2 sondages, on pourrait parler de variations naturelles dans les marges d'erreurs, mais quand les résultats sont continuellement différents mois après mois, il faut bien reconnaître que la méthodologie entre en ligne de compte dans ce cas-ci.

[MàJ: Je viens de trouver ce sondage Segma Recherche qui montre des résultats forts similaires à ceux du sondage Forum, sauf pour le PLQ. N'ayant pas les détails de la méthodologie, j'ignore si cela nous aide à décider quelle méthodologie est la plus juste]

Toujours concernant cette question de méthodologie, nous avons potentiellement une autre illustration de son importance. En effet, le fait que les Québécois soient divisés 45%-45% concernant la loi spéciale est en fort contraste avec les résultats du sondage Crop-La Presse mentionné ci-dessus. La différence est marquée est ne saurait être expliquée par la date des sondages vu que les deux ont été faits presque au même moment. L'autre explication (mise-à-part le panel en ligne/sondage téléphonique) peut provenir de la question utilisée. N'ayant pas tous les détails, je ne me prononcerai pas sur cela pour l'instant. Au final cependant, les différences sont cohérentes. En effet, les sondages en ligne montrent la CAQ plus élevée et un appuie supérieur à la position du gouvernement. Cela semble faire du sens vu que les partisans CAQ sont globalement en faveur de la loi spéciale, alors que les partisans PQ y sont opposée.

Si vous regardez l'évolution au cours des derniers mois (dans les sondages Forum), vous remarquez que tout le monde est fort stable. Ainsi, il semblerait que le conflit étudiant n'ait pas un grand impact. Le fait que ce conflit semble être majoritairement concentré à Montréal peut fournir une explication à cela. En effet, l'électorat le plus volatile au Québec n'est traditionnellement pas situé sur l'île, du moins pas récemment (le 450 est un bien meilleur candidat).

En termes de sièges, la lutte est très chaude entre les Libéraux et la formation souverainiste. La CAQ est loin derrière et un réel joueur que dans quelques régions. Le PLQ est impliqué dans 27 luttes serrées et il en gagne 16, alors que le PQ est 10 pour 24. Comme vous pouvez le voir, s'il s'agissait de projections finales en campagne électorale, il serait quasiment impossible de prédire qui gagnerait. Tant le PQ que le PQ pourrait non seulement former le gouvernement, mais ils pourraient tous deux être minoritaires ou majoritaires. Le titre anglophone de ce blogue n'aurait jamais été aussi bien choisi...

Les projections détaillées sont ici. À noter que Forum n'inclut pas Option Nationale et que j'ai manuellement ajouté ce parti à 1% (ce qui fait que le PQ perd Nicolet-Bécancour de peu).

Finalement, avec ces intentions de votes, le PLQ devrait conserver les deux circonscriptions où des élections partielles auront lieux le 11 juin prochain.

Nouveau simulateur en ligne, maintenant avec ON

Nouveau simulateur en ligne, maintenant avec ON
Un court billet pour vous faire savoir que la nouvelle version du simulateur est maintenant en ligne. Quelques modifications mineures (qui peuvent changer quelques luttes très serrées), mais surtout l'inclusion d'Option Nationale. ON n'est cependant incluse (pour le moment du moins) que dans la circonscription de son chef (Aussant dans Nicolet-Bécancour). Pour rappel, l'inclusion d'ON demandait une longue liste d'hypothèses et est principalement motivée afin de tenir compte de la division du vote PQ/souverainiste dans ce comté, ce qui ouvre la porte à la CAQ.

Vous pouvez mettre ON à 100% provincialement, mais cela ne donnera quand même qu'un seul député à ce parti. C'est naturellement illogique mais cela devra suffire pour le moment. Si ON dépasse les 1-2% dans les sondages et/ou si ce parti est invité au débat des chefs, je l’inclurai peut-être partout. Mais je ne garantis rien pour le moment.

9 Mai 2012: élections complémentaires le 11 juin

9 Mai 2012: élections complémentaires le 11 juin
Jean Charest a décidé que les deux élections complémentaires dans Argenteuil et LaFontaine auront lieu le 11 juin prochain. Regardons les projections actuelles pour ces deux circonscriptions.

Argenteuil a été remportée par facilement par les Libéraux en 2008, avec 50% des voix. Ce comté n'a pas été affecté par le redécoupage de la carte électorale. En regardant les dernières projections, voici où se situent les partis:

PLQ: 37.9%
PQ: 25.6%
CAQ: 23.6%
Vert: 7%
QS: 5.9%

Il semble donc que les Libéraux soient hors de danger dans Argenteuil. Il faudrait en effet que le PQ ait environ 8-points d'avance sur le PLQ au niveau provincial afin de remporter cette circonscription. En fait, la CAQ aurait davantage de chances de remporter ce siège. En effet, ce parti semble avoir besoin d'une avance (sur le PLQ) un peu moins grande que le PQ. Bien sûr, le problème est qu'actuellement, ni le PQ, ni surtout la CAQ n'ont une avance de 6-8-points sur les Libéraux. Cependant, les élections complémentaires peuvent réserver des surprises, surtout en raison de la faible participation. Néanmoins, un résultat autre qu'une victoire libérale serait une grosse surprise. La seule façon pour battre les Libéraux serait que le PQ ou la CAq arrive à concentrer tout le vote de protestation envers Jean Charest. Mais à l'heure actuelle, ces deux partis vont probablement simplement se diviser ce vote. Je pense que l'intérêt de la soirée sera davantage 1) par quelle marge le PLQ remportera ce comté. Une petite victoire est Charest oubliera probablement complètement l'idée d'élections ce printemps/été. Une large victoire et les rumeurs s'intensifieront selon moi. 2) Qui du PQ ou de la CAQ terminera 2e.

Dans LaFontaine, le PLQ avait remporté ce siège encore plus facilement avec près de 70% des voix! Même en étant à seulement 28-30% provincialement, le PLQ ne court aucun risque, malgré les scandales dans lesquelles son député sortant était impliqué. Les projections sont:

PLQ: 56.9%
PQ: 13.9%
CAQ: 14%
Vert: 7.9%
QS: 7.4%

Là aussi, l'intérêt sera davantage de regarder si la CAQ peut terminer 2e.

Au final, le 11 juin ne semble pas être une journée risquée pour Jean Charest. Cependant, la lutte entre le PQ et la CAQ pour la médaille d'argent sera digne d'intérêt. Si la CAQ parvient à terminer 2e dans ces deux comtés, cela changera quelque peu le momentum entre ces deux partis. À l'heure où le PQ semble en perte de vitesse, Pauline Marois voudra surement faire bien dans ces élections. Quant à Legault, ces deux complémentaires sont l'occasion de relancer son parti qui traîne derrière depuis quelques mois maintenant, après avoir dominé les intentions de votes pendant toute la deuxième partie de 2011.

Une autre bataille intéressante sera entre les "petits" partis. Selon les projections, les Verts peuvent terminer devant QS dans ces deux circonscriptions, ce qui avait déjà été le cas en 2008. Étant donné l'exposition médiatique plus importante dont jouie habituellement Qs (sérieusement, je ne me souviens même pas d'avoir vu ou lu une nouvelle concernant le Parti Vert depuis... longtemps), ce parti ne peut pas vraiment se permettre de terminer dernier dans les deux élections.

4 Mai 2012: 2 nouveaux sondages

Pour la première fois depuis un bon bout de temps, nous avons plusieurs sondages réalisés presque au même moment. Cela nous permet de faire des projections ressemblant davantage à ce que l'on voit durant une élection, en faisant une moyenne des sondages.

Le dernier Crop montre le PLQ à 31%, le PQ chutant à 25% et la CAQ relativement stable à 24%, alors que Qs est à 8%. Le dernier Legermarketing nous présente lui le PQ toujours en tête avec 31%, devant le PLQ à 28% et la CAQ à 24%. Les Verts sont à 4%, QS à 9% et Option National double son score pour passer à 2%.

Les deux sondages semblent donc en accord sur tout, sauf le PQ. Et la différence est importante. Non seulement s'agît-il de 6-points, mais ce sont 6-points dans la zone "payante", c'est-à-dire la zone au-dessus de 25% où chaque point se transforme généralement en beaucoup de sièges. Pour la formation souverainiste, la différence entre ces deux résultats représente la différence entre former le gouv (et probablement être majoritaire) ou former l'opposition officielle.

Pour ces projections, j'ai naturellement fait une moyenne des deux sondages et vous avez donc ces résultats. Les projections détaillées sont ici en pdf.

Ces deux sondages nous permettent de parler de la marge d'erreur dans les projections. D'autres sites proposant des projections ont tendance à avoir une marge très large. L'avantage (pour eux) est naturellement que les vrais résultats seront pratiquement toujours dans cette marge, même par exemple lors de la dernière élection en Alberta où tous les sondages sous-estimaient les Conservateurs par 10-points! Personnellement, j'estime qu'il faut avoir confiance en son modèle et proposer des marges d'erreurs plus précises. Bien sûr, si les sondages sont faux, les projections le seront également, mais après tout, c'est pour cela que je propose le simulateur afin de permettre à tout le monde de faire ses propres projections.

Ainsi, si je devais fournir des intervalles pour ces projections, je procéderais non pas en appliquant les marges d'erreurs du sondage, mais en regardant les luttes serrées. Utiliser les marges d'erreur des sondages est peut-être intuitif, mais fournit des variations trop grandes. Par exemple, l'idée serait de mettre le PLQ au maximum (ex: 31%+3%) et le PQ au minimum (28%-3%). Si vous faites cela, vous obtenez naturellement un gouvernement Libéral majoritaire. Mais comme je l'ai dit, tout le monde peut deviner de telles marges sans un modèle complexe. C'est un peu comme si vous faites de la prédiction de la croissance du PIB et vous dites: la croissance sera entre -2% et +4%. Avec une telle marge, vous êtes sûr d'avoir raison 99.9% du temps. (Note: avec davantage de sondages, la technique d'appliquer les marges d'erreurs aux intentions de votes devient davantage faisables. En effet, avec plusieurs sondages, on peut faire la moyenne et les marges d'erreurs deviennent plus petites)

Regarder les luttes serrées fournit, selon moi, une meilleure idée de l'incertitude qui existe. Ces luttes où la victoire se décide par moins de 5% sont vraiment difficiles à prédire et plusieurs facteurs peuvent intervenir. Imaginez par exemple un parti qui a une machine à faire sortir un petit peu meilleur dans un comté, ou un candidat vedette, etc. Un modèle qui n'est en fait pas idiot serait de faire les projections dans toutes les circonscriptions qui ne sont pas des luttes, et d'ensuite attribuer ces luttes avec un pile ou face d'une pièce de monnaie.

Pour ces projections, le PQ par exemple est projeté à 48 sièges. Cependant, ce parti est aussi impliqué dans 33 luttes serrées, dont il sort victorieux 13 fois seulement. Bien sûr, projeter le PQ gagnant dans 100% des luttes serrées n'est pas réalistique, aucun parti ne peut faire cela. Mais on peut imaginer un parti remporter 75% de ces luttes (si vous regardez les élections provinciales et fédérales passées, vous voyez que 75% n'est jamais atteint, mais 65% est possible, donc ici je vais un peu au-delà de ce chiffre). Inversement, le PQ pourrait ne remporter que 25% de ces luttes dans une soirée malchanceuse. Si vous faites cela pour tous les partis, vous obtenez les marges suivantes:

PLQ: 42-57 sièges
PQ: 43-60
CAQ: 19-30
QS: 1-2

Une chose intéressante: le PLQ et le PQ sont tous les deux projetés à 35 sièges "sûrs". Ensuite, la marge du PQ est plus étendue car ce parti est impliqué dans davantage de luttes. Encore une fois, la raison est en fait assez simple: aux environs de 30%, le PLQ reste non-compétitif dans une bonne partie du Québec francophone. Au final, ce que vous voyez c'est que si des élections avaient lieu demain, il serait fort difficile de prédire le gagnant. La seule certitude semble l'impossibilité d'un gouvernement majoritaire.

Bien sûr, dépendamment de vos préférences politiques, vous pouvez choisir de ne croire que l'un de ces sondages. Dans ce cas, je vous invite à utiliser le simulateur pour faire vos propre projections et à les partager (sur facebook ou autre).