6.12.2012: BC NDP still ahead, but Liberals are coming back

6.12.2012: BC NDP still ahead, but Liberals are coming back
I'm focusing a lot on BC recently. It's the next scheduled election and it allows me to try new things. If you have read my recent posts, you already know that one improvement to the model is to now account which parties are gaining and which ones are losing compared to the last election. For instance, are the Liberals going down because the NDP is up, or is it because the Conservatives are increasing? Depending on the situation, the geographical swing will not be the same. In BC, if the Liberals lose most of their votes to the CP, then they will drop massively in the interior. On the other hand, if they lose votes to the NDP, they will also be in danger in Vancouver and the lower mainland for instance.

The next improvement is to add uncertainty to the model. I still mostly see my job as transposing percentages into seats. But obviously, in order to do so, we need the correct percentages. I use the average of the polls to estimate the percentages, but as we've seen in recent elections, it can be quite wrong. Of course, for the more advanced readers of this blog, I also include the simulator (not yet for BC though, it's coming soon) which allows you to enter your own percentages.

But at the end, a lot of readers, especially during a campaign, simply come here and look at the projections. If I only display seats, it doesn't tell them whether this outcome is likely or not. So let's look at the sources of uncertainty and how I try to take them into account.

1. The polls.

The polls give us a snapshot of the current vote intentions. But these are given with ucnertainty. First of all, there is the natural statistical variation. Even if two polls are conducted using the same methodology during the same period, they will not necessarily give us the same results. And this is normal, especially with samples of only around 1000 respondents. The margins of errors are here for that (well, 19 times out of 20). So how can I include that in the projections? Well, I first average the polls (with some wights depending on whether I trust this pollster more, or if the sample size is bigger, if the poll is more recent, etc etc). Coupled with the sample size or these polls, this gives me a multinomial distribution. After that, I now simulate a large number of draws from this distribution. In other words, if I have the Conservatives at 35% in average, with a sample size of 1000, this party could be at 32% or 38%. Same for the other parties. So I randomly draw a 1000 times from this disbribution. In average, the Conservatives will still be at 35%, but they will sometimes be much higher or much lower. For every draw, I then run the projection model. In clear: I now run a 1000 projections instead of just doing it once as before.

Notice that there is a second source of uncertainty with polls: the methdology and "house effects". Not all polls are equal and some use internet-based survey, others use antomated phone calls, some reach landlines only, etc etc. The various methodologies have an impact on the results. In order to correct for this, I use weights or adjust the polls directly. But for now, let's ignore this fact.

2. The distribution or efficiency of the vote.

Even if we had the exact and correct vote intentions (or percentages), we still couldn't correctly predict all the ridings with 100% accuracy. Even by using the results of the election, I can't have perfect projections (I can be mostly right in average, but I'll sometimes overestimate a party by 2 points, and sometimes underestimate it by the same margin). Even after taking the region or the incumbency effect into account, there is still some variation. A party can be lucky and gets its vote out where it matters. During the last Quebec election, the Liberals not only got a result much higher than what the polls predicted, but their vote was very efficient. Indeed, they won a large number of the close races they were involved in.

Therefore, in order to account for this source of uncertainty, I add a random term to each projection, for each party in each riding. This random term is drawn from a truncated Normal distribution, with a range of -3% to 3%. Over the 85 ridings, the added random terms cancel out each other (for instance, I could project that the Liberals would be slightly higher than expect in one riding for one simulation, but this party will then be projected lower than expected in another one). Because the added random terms have mean zero, it doesn't change the average, but it allows for additional outcomes. Again, think about the Liberals in Quebec earlier this year: they almost won the election thanks to the fact they received more votes than what was expected by the polls, but their vote was also efficient in the sense that it got out where it counted.

By running a 1000 simulations (I could run much more, but for now, 1000 seems right and enough), I actually have a 1000 projections in each riding. The projections vary a lot, thanks to the variations in vote intentions (the percentages) and the disribution of the vote (the added random term). At the end, the most likely scenario is still the one I use to display on my site. This is the one where we simply average the polls. But we now have a full distribution of outcomes and we can calculate probabilities.

Why is that useful? Well, let's look at the latest Ipsos poll for BC. They have the NDP at 48%, the Liberals at 35% and the Conservatives at 8%, with the Green at 7%. If I simply enter these percentages into the model, I get the following projections:

BC NDP: 61 seats
BC Liberals: 22
2 independants

So a comfortable majority for the NDP despite the Liberals coming back to the mid 30's. I could then show you the projections in each riding, like here. But it wouldn't give you any sense of uncertainty. For instance, is there a chance that the Liberals could win? Or what are the chances the NDP will win a particular riding?

In order to answer these type of questions, we need the 1000 simulations. Here you can find the probability of winning a riding for each party. Please note that right now, for the simulations, I exclude the potential 2 independants. It'll be fixed soon. As you can see, most ridings are currently projected to go to one party a 100% percent of the time. What this means is that even by fluctuating the parties within their margins of error, and even by adding the additional source of uncertainty with the efficiency of the vote, a lot of ridings just aren't currently competitive. This is because the NDP's lead is just too big at the moment (and the Liberals and Conservatives are splitting each other). But if the Liberals were to climb back a couple more points, we could have a lot more close races.

Maybe a little bit surprising is the fact that the Conservatives aren't projected to win a single riding. Not even out of a 1000 simulations. This is because at only 9%, they are way too far behind the other two parties. Even in Kelowna where they are projected at 24%, there isn't a single scenario where they'd win this riding. So even by being at the top of their margins of error (around 10-11% province-wide) and having a greater than expected swing there thanks to vote efficiency, they would still not win it. Please, notice that this is using this poll from Ipsos Reid only. And this is for now. A lot of things can happen between now and next May.

Nevertheless, despite the general lack of competitive ridings, out of a 1000 simulations, we got a couple of interesting scenarios. For instance, there is one scenario where the Liberals would get pretty close, with 38 seats. How is that possible? Well, in this simulation, they would beat the polls and receive 38.5% of the vote, while the NDP would do worse than the polls with 44.5% (i.e: both parties are at the very extreme of their margins of error, even slightly further). On top of that, the Liberals would be very efficient in their vote, allowing them to turn 38.5% into as many as 38 seats, while the NDP would only get 47. Still a majority, but a much closer election. But a very unlikely scenario, one that happened one out of a 1000 simulations. But one scenario that can be totally excluded given the current information.
With the percentages from the Ipsos Reid poll though, there isn't a scenario where the NDP doesn't win (and doesn't win a majority. One way to see this is to see that the NDP has enough ridings they are projected to win a 100% of the time). However, if the NDP was to drop at 45% for instance, then there would be outcomes, from the 1000 simulations, where the Liberals could win. It'd would be rare and thus unlikely, but not impossible.

It was a long post, but I needed it to show you how the added uncertainty works. During the election, from now on, instead of simply displaying the seats, I'll display the probability of winning the election (as well as possibly, the probability of a majority governement). It might not be very useful in BC if the NDP keeps its current lead, but it'd be very useful for the next Quebec, Ontario or federal election.

Nov. 30th 2012: BC Liberals gain ground, NDP still largely ahead

Nov. 30th 2012: BC Liberals gain ground, NDP still largely ahead
I now have improved on the first version of the BC model. In particular, I now have some regional coefficients for the BC Conservatives as well. To achieve so, I looked at the 2009 results and observed where the BC Conservatives were higher. Still assuming that they took their votes from the BC Liberals, I managed to come up with some regional variations for the share of votes that the CP will take from the Liberals. In particular, the model now assumes that the Conservatives will take more votes in the interior that they would in Vancouver for instance. It make sense and I'm happy not to have to assume a uniform effect for the Conservative throughout BC.

There was one new poll last week, from Angus-Reid. The NPD is still largely ahead and would win a comfortable majority. However, the BC Liberals gained 3 points. At 29%, they are still far from being competitive, but I'm guessing they will any good news they can get. For the race to really become competitive, the Liberals have to go back above 35%. In order to do so, the first task would likely be to bring the Conservatives down. Even though this party is now polled at only 12%, far below where they were a couple of months ago, it is still a big increase since the 2009 election (where they got 2% of the votes with 24 candidates). An increase made essentially at the expense of the incumbent party. As with my previous projections, I still have no seat for the Conservatives. They are however highly competitive in some part of the interior, in particular in Kelowna.


Fell free to comment and let me know if you see anything that doesn't make sense. The model is still not completed. But it's getting there.

November 21st 2012: New BC model

November 21st 2012: New BC model
Canadians from many provinces will likely have an election sooner than later. Among them, we can think of Québécois (who just elected a minority governement) as well as Ontarians (minority governement with a Premier who just resigned). However, the next election actually scheduled is the upcoming BC one, in May 2013. This is why I'm very pleased to publish the first projections using the new (and first) BC model.

Keep in mind this a version 1.0. In other words: very preliminary. Making accurate projections requires a lot of work. So far, I've used past election data to estimte regional coefficients and I found a way to introduced the (almost new) BC Conservative party. Nevertheless, a lot of fine tuning will be required before the election (and before I actually release the model to the public as a simulator).

If you want to know the details of the model (in particular, how I introduced the BC Conservatives despite a lack of data from the past elections), read further down. For now, I'll simply talk about the projections themselves.

I'm using the latest poll from Angus-Reid. Polling in BC has been relatively stable over the last year, especially for the NDP who has consistently enjoyed a healthy lead. The BC Liberals have experienced some ups and downs with the Conservtives, who even took second place for a couple of months. The Liberals are currently second though. But being second with a 25 points deficit isn't much to brag about.

Combine the very large lead of the NDP, the fact that Liberals and Conservtives are essentially splitting each other, and the electoral system, and you get the following projections:

NDP: 73 seats
BC Liberals: 10
BC Conservatives: 0
Green: 0
Independents: 2

The NDP would win by a landslide. At this point, and except if all polls are completely wrong, the NDP would not only retake power after 3 liberals governements, but they would hold a comfortable majority. The BC Liberals would fall hard and most of the 10 seats they are currently projected to win aren't safe. The Conservatives would come close a couple of times, but ultimtely would likely fall short. They need to go back over the 20% mark in order to win seats. Please remember that these are seats projections without much uncertainty added. By the time of the election, I'll also provide an idea of the seats range for each party. So don't take the 0 seat for the Conservatives as clear evidence that this party wouldn't elect a single MLA. It simply means that this party isn't currently in a position of becoming even the official opposition. As for the two independents (in Detal South and Prince River North), I'm simply assuming they stay stable from the past election; I'll most likely revise this assumption later).


Ok if you're still reading, it means you're interested in the details of the methodology. As usual, I used past elections in order to estimate regional coefficients in order to transpose the provincial swing into riding-level ones. BC is a little bit annoying because they changed their electoral map between 2005 and 2009. Not only that, but a complete transposition of the results (like the 2005 results with the 2009 map) isn't even possible because the boundaries of the voting reas have changed as well. For this reason and the fact that the provincial swings between 2005 and 2009 were very small, I only used the 2001 and 2005 elections to estimate the coefficients. I could use the 2009 as well by working at the regional level, but as I've said, the swings were so small that it wouldn't influence the coefficients very much. Unfortunately, while models from this site usually include an incumbency effect, it isn't currently the case in the BC model. The reason is because after the 2001 election, the Liberals had all but two seats. So it's almost impossible to disentangle the regional effects from the incumbency one (in some regions, the Liberals had all the seats, making the estimation impossible). An incumbency effect could be estimated using 2005-2009 but again, different maps, so no actual riding-level swing to use.

One tricky part for the upcoming election is to include the BC Conservatives. While this party technically existed back in 2005 and 2009, they were at that time a very marginal party. It's only recently that they have enjoyed polling well into the high 10's or low 20's. Therefore, past elections won't be very useful in order to help us project this party. However, the one evidence we have from polls is that the Conservatives are taking their support almost entirely to the Liberals (just look at the graph in the Angus-Reid polls to see that). Therefore, I proceed this way: first, I use the coefficients to project the NDP, Green and Liberals. Then, the Conservatives take a specific percentage of the Liberal vote. For instance, if the Conservatives are at 20%, they would take 20/45 of the Liberals votes from the last election (45% being the result for the liberals in 2009). There is thus no regional specific coefficient at the moment.

I spent the last couple of weeks trying to improve the methodology for every model. In particular, on top of regional and incumbency effects, I want to be able to account for where the votes is coming from. Specifically, if the Liberals lose votes to the NDP, it is different than when they lose votes to the Conservatives. The regional variation won't be the same. It's the same as what happened in Quebec at the federal level. When the Bloc was losing votes to the Conservatives, the Bloc was decreasing a lot in Quebec city. On the other hand, when the Bloc was losing votes to the NDP, they were pretty stable in Quebec city (where the NDP wasn't increasing as well as elesewhere in Quebec). It's the same logic applied here. The regional coefficients estimted from 2001 and 2005 show us the regional variations that would occur if the Liberals were decreasing and the NDP increasing. But the Liberals are mostly losing votes to the Conservatives this time around. So it's reasonable to expect the swings to look differents than if the BC Liberals were losing 20 points to the NDP only. Therefore, I account for this fact in the BC model. Namely, the liberal swing of -20 points is split between a loss of 6-7 points to the NDP and a loss of the remaining points to the Conservatives. The 6-7 Lib/NDP swing is thus transposed using the coefficients, while the remaining 13-14 points Lib/Conservatives swing is transposed using the assumption that the Conservatives are taking the same share of liberal votes everywhere. Of course, it'd be nice if the share of lib votes taken by the Conservatives was regionally adjusted, but for now, it's hard to really estimate this without pure guessing.

I'll keep working on the model. You cn also expect the full details os the new federal model soon. Then, it's gonna be time to start working on models for Quebec and Ontrio.

4 Novembre 2012: un petit mot sur Aussant et les projections

4 Novembre 2012: un petit mot sur Aussant et les projections
Lors de la dernières élections, j'ai souvent fait part de la difficulté d'incorporer ON, un nouveau parti, aux projections. Le problème étant bien sûr l'absence de données antérieures. Mais la tâche était encore plus compliqué pour son chef, Jean-Martin Aussant, étant donné sa plus grande visibilité.

Au final j'avais utilisé pas mal d'hypothèses pour accorder un bonus au chef d'ON. Et au final cela avait plutôt bien fonctionné dans le sens que nous avions Aussant comme étant compétitif dans son comté, et ce fut le cas.

L'hypothèse principale était qu'Aussant allait représenter environ 8-10% des votes de son parti si ce dernier restait aux alentours des 2-3%. Regardons alors les résultats officiels. Aussant a récolté 7869 sièges alors que son parti en a eu 82,855. Ce qui veut dire qu'Aussant a représenté à lui seul 9.5%.

Ainsi, mon système n'a pas trop mal fonctionné. Un peu de chance, mais pas seulement. Cela pourrait être utile à l'avenir.

25 octobre 2012: Justin Trudeau donnerait 40 sièges au PLC (Vraiment?)

25 octobre 2012: Justin Trudeau donnerait 40 sièges au PLC (Vraiment?)
Je travaille toujours sur les prochains modèles. Je me concentre actuellement sur le modèle fédéral non pas car c'est celui qui sera utilisé en premier (les prochaines élections fédérales seront normalement en 2015) mais car les élections fédérales fournissent beaucoup de variations différentes (NPD qui grimpe, PCC qui monte et qui baisse, etc) et cela me permet d'expérimenter avec un modèle plus sophistiqué. En particulier, le prochain objectif est de tenir compte d'où vient la variation. Par exemple, si le PLC augmente de 2 points au Québec, la situation est fort différente si ce 2 points provient du NPD ou du PCC. Lorsque le Bloc perdait des plumes aux Conservateurs (entre 2004 et 2006), le Bloc baissait beaucoup à Québec. À l'inverse, lorsque le Bloc perdait ses votes au profit du NPD, la formation souverainiste était relativement plus stable à Québec. Cela a du sens et j'ai bon espoir de pouvoir tenir compte de cela à l'avenir.

Quoiqu'il en soit, voici les projections pour le Québec en utilisant le sondage Crop de ce matin. Ce dernier montre un étonnamment très gros boost pour le PLC si Justin Trudeau en était le chef (ce qui est relativement très probable à l'heure actuelle). Je dis étonnamment car 1) un boost de 15-20 points est rare pour un nouveau chef et 2) j'avoue être très surpris de voir la popularité de Justin Trudeau auprès de l'électorat Québécois. Je peux comprendre que certains fédéralistes de l'Ouest de l'île lâchent le NPD pour retourner au PLC, mais de là à voir ce parti premier avec 36%, il y a une grande marge!

Sièges projetés au Québec avec Justin Trudeau à la tête du PLC:

PLC: 40
NPD: 27
PCC: 6
Bloc: 2

Svpl, souvenez-vous que ces projections sont ultra préliminaires. Le modèle n'est de loin pas terminé. Néanmoins, cela donne une relativement bonne idée des gains potentiels pour les Libéraux au Québec. En reprenant la première place (ce qui n'était plus arrivé depuis... 2000?) et en reléguant le NPD à 30%, le PLC serait en mesure de devenir le premier parti au Québec en termes de sièges, un phénomène qui n'était plus arrivée depuis des décennies. Voici les projections détaillées. Comme vous pouvez le voir, même la présentation des résultats est préliminaire. Pour comparaisons, sans Justin Trudeau, les sièges seraient:

PLC: 12
NPD: 54
PCC: 7
Bloc: 2

Une différence de 16 points qui se transformeraient en +28 sièges. Et pour le NPD, une chute de 8 points et  27 sièges. Brutal.

L'arrivée de Trudeau permettrait aux Libéraux de non seulement reconquérir presque toute l'île de Montréal, mais également de redevenir compétitif ailleurs. D'autant plus que la hausse du PLC se fait presque entièrement aux dépends du NPD. Le PCC perds certes 5 points mais ses sièges ont été remportés avec de telles majorité qu'ils restent projetés pour ce parti.

Nous verrons bien si cette tendance se maintient au cours de la course à la chefferie et après. Si le PLC peut bénéficier d'une telle hausse au Québec et en Ontario, alors il se pourrait que ce parti ait enfin trouvé son "sauveur" après avoir utilisé un nombre important de chefs au cours des 7 dernières années.


28 Septembre 2012: Quelques nouvelles

28 Septembre 2012: Quelques nouvelles
Je tenais juste à poster cet article du Devoir concernant les erreurs des sondages. Un article fort intéressant et un grand merci à Raymond, fidèle de ce site, pour me l'avoir indiqué.

Si vous voulez savoir ce que je fais actuellement, je travaille au nouveau modèle fédéral. Maintenant que je peux utiliser les résultats de 2004, 06, 08 et 2011, cela me permet de faire davantage de choses. En particulier, je peux tenter d'estimer l'effet sur le vote PCC (p. ex) lorsque le PLC monte. Avant, avec seulement 3 élections, je ne pouvais pas faire cela (pour des raisons techniques liées à la méthode statistique utilisée). Une fois ce modèle terminée, je me mettrai rapidement au nouveau modèle pour le Québec.

L'autre chose est que pour la prochaine élection, au lieu de simplement publier les sièges, je ferai des simulations en variant les partis dans les marges d'erreurs (et autres correctifs si cela s'avère nécessaire) afin d'obtenir une distribution des sièges. Ainsi, au lieu de publier que les projections finales sont, p. ex, PQ à 63 sièges, ce sera plutôt: le PQ à 75% de chances de gagner. Remarquez que même en appliquant les marges d'erreurs, on aurait pas pu prédire le PLQ si élevé la dernière fois.

5 septembre 2012: la division du vote entre le PQ et QS

5 septembre 2012: la division du vote entre le PQ et QS
Note: ceci sera vraisemblablement mon dernier billet pour quelques temps. La campagne étant finie, ce blogue ne sera plus mis-à-jour quotidiennement. Ma préoccupation principale sera avant tout de préparer le modèle pour la prochaine élection, surtout que celle-ci pourrait être dans pas long.

Mardi soir, lorsque le nouveau député Péquiste Jean-François Lisée s'est fait demandé pourquoi sa formation ne pouvait faire mieux que 32% et 54 sièges, il a directement évoqué la division du vote. Mais est-ce vraiment le cas?

Dans ce billet, je regarde le nombre de comtés où le PQ a perdu et l'écart a été moindre que 50% des votes QS+ON. J'y vais à 50% car c'est une bonne approximation des deuxièmes choix des électeurs de ces partis. Il serait faux d'aller à 100% car si QS et ON n'existaient pas, ce n'est pas vrai que le PQ récupérerait 100% de leurs votes.

Alors, combien? La réponse est 11! C'est très proche des simulations que j'avais faites durant la campagne. Eh oui, si QS et ON n'existaient pas (sauf dans Mercier et Gouin), il est vraisemblable que le Parti Québécois aurait remporté 65 sièges, le PLQ seulement 42 et la CAQ 16. On pourrait même ajouter 4 comtés où bien que l'avance soit supérieure à 50% des votes QS+ON, cela aurait été proche (Groulx, Mégantic, Nicolet-Bécancour et Montarville).

Les 11 comtés en questions sont: Jean-Lesage, La Prairie, L'Assomption, Laurier-Dorion, Maskinongé, Papineau, Richmond, Saint-Henri-Saint-Anne, Saint-Jérôme, Trois-Rivières et Verdun.

La division du vote a donc bel et bien nuit au PQ davantage qu'en 2008. Est-ce Pauline Marois pensait que QS et ON allaient s'écraser? Ou n'envisageaient-ils jamais que le PLQ se retrouve si élevé? Il faudrait le leur demander.

Je voudrais cependant exprimer un avis un peu plus personnel ici: s'il est vrai que le PQ a souffert de la division du vote hier soir, il faut aussi se souvenir que le PLQ et la CAQ se divisent le vote fédéraliste (et de droite) dans bien des comtés. Aussi, le Parti Québécois serait mal placé de se plaindre de cette division du vote alors que ce parti refuse une réforme du mode de scrutin ou un accord électoral avec ces formations. Si j'étais Pauline Marois, je tenterais au moins d'approcher ces deux partis et de proposer des retraits mutuels de candidats dans des comtés ciblés pour les prochaines élections. Ce n'est pas traditionnel en politique Québécoise, mais il faut bien que quelqu'un essaie pour une fois.

5 septembre 2012: Post-mortem détaillé

5 septembre 2012: Post-mortem détaillé
Quelle soirée électorale! Entre la surprise Libérale (ce parti était même en tête pendant une partie de la soirée), la relative déconvenue/malchance de la CAQ et l'évènement tragique lors du discours de Pauline Marois, on peut dire qu'il y a eu de l'action.

Ce billet compare en détails les projections aux résultats réels.

Commençons par le phénomène évident: le PLQ a fait bien mieux que prévu. En finissant 2e à 31%, seulement 1 petit point derrière le PQ, le parti de Jean Charest aurait bien pu terminer la soirée en tête! Une performance bien supérieure à ce que les sondages prédisaient. Oui oui il y avait des sondages montrant le PLQ plus élevé, en particulier le fameux Forum du milieu de campagne ou celui d'hier. Mais en même temps, ces sondages montraient la CAQ bien inférieure à 27% et le PQ loin de son 32%. Donc c'est pas comme si on avait vraiment pu prévoir. Il semble que Claire Durand avait partiellement raison, mais même là ses calculs ne sont pas parfaits. Au final, je l'ai toujours dit et répété, ma job n'est pas de deviner les pourcentages mais de les transposer en sièges. Bien sûr, je me dois d'essayer de deviner ces pourcentages sinon je n'aurais pas vraiment de quoi écrire des projections et ce blogue se résumerait à avoir un simulateur! J'avoue que c'est toujours un peu agaçant quand les sondages ne fournissent pas la bonne image de la réalité. Je comprends que c'est difficile et qu'il y a beaucoup de facteurs qui ne sont pas de ma faute, mais je préférerais naturellement pouvoir fournir des projections finales proches de la réalité, sans avoir un parti sous-estimé de 4-5 points.

Pour tester si le modèle a fonctionné, il faut utiliser les pourcentages de l'élections, c'est-à-dire PQ à 31.9%,  le PLQ à 31.2% et la CAQ à 27%, ainsi que QS à 6%, le Parti Vert à 1% et ON à 1.9%. En termes de sièges, cela donnerait ceci globalement (entre parenthèses les résultats finaux du DGEQ):

PQ: 51 (54)
PLQ: 48 (50)
CAQ: 24 (19)
QS: 2 (2)

Ainsi, on voit que globalement, c'est plutôt pas mal. La CAQ est certes sur-estimée de 5 sièges, mais l'intervalle pour ce parti allait de 16 à 30. Ainsi, on peut dire que la CAQ a objectivement été malchanceuse dans le sens que son vote s'est retrouvé extrêmement inefficace. C'est assez fou d'ailleurs de voir le parti de François Legault juste derrière les deux autres partis en termes de voix mais si loin en termes de sièges. Mais au final, c'est satisfaisant de voir que le modèle aurait correctement prédit que le PQ et PLQ seraient en lutte pour la victoire alors que la CAQ serait loin derrière. Un effet du mode de scrutin bien transposé dans le modèle. En passant, parlant de mode de scrutin, je n'ai jamais caché que je ne suis pas un fan du système actuel. Je suis un grand partisan d'une réforme (personnellement, j'aime beaucoup le système compensatoire allemand). On m'a gentiment demandé de parler de cette pétition en ligne et je vous en fais part ici. C'est non-partisan donc je ne vois pas le problème. Il me semble qu'après hier soir, on devrait au moins reparler d'une possible réforme, mais je sais bien que cela n'arrivera pas.

Une autre façon de voir l'inefficacité de la CAQ est de regarder le pourcentage de succès dans les comtés remportés par moins de 5%. Alors que le PLQ en a gagné 11 sur 16, la CAQ n'en a remporté que 8 sur 20. Ainsi, on le voit, la CAQ était là, compétitive, juste derrière. Mais juste derrière avec ce mode de scrutin signifie perdant.

Au niveau des circonscriptions, avec les pourcentages de l'élection, le modèle aurait correctement prédit 105comtés sur 125, donc 20 erreurs. C'est une performance ok. Une bonne performance est d'avoir 10-15 erreurs, cela tombe à bon entre 15-20 et devient ok au-delà de 20. En tenant compte du fait qu'il y avait une nouvelle carte et deux nouveaux partis, c'est peut-être pas si pire comme on dit en bon Québécois. Aussi, sur les 20 erreurs, il y en 6 qui sont dans des luttes serrées et où le modèle avait correctement prédit une telle lutte. Il y a donc 14 comtés où le modèle avait juste tort en ce qui concerne le gagnant (remarque: il faudrait aussi compter les fois où le modèle a eu le bon gagnant mais des écarts ou pourcentages différents, mais c'est moins grave et je n'ai pas encore eu le temps). Parmi ces erreurs, il y a par exemple Argenteuil où, malgré un taux de participation très différent de l'élection partielle, les résultats y ont été remarquablement similaires.

Je vous invite à regarder les résultats comté par comté, il y a vraiment beaucoup de circonscriptions où les projections sont très proches, y compris dans de nombreuses luttes serrées correctement prédites. C'est une chose de projeter le bon gagnant, mais personnellement, ma satisfaction vient davantage quand les pourcentages sont proches. Quand vous y pensez, réussir à prédire correctement autant de comtés en se basant simplement sur les pourcentages provinciaux est assez remarquable. Je suis aussi content d'avoir eu QS plutot juste dans Laurier-Dorion et SMSJ, ou Jean-Martin Aussant dans Nicolet-Bécancour.

J'ai souvent dit qu'une des clés de cette élection serait de savoir où sont allés les anciens adéquistes. Il semble en effet que cela a grandement influencé certains comtés. Malheureusement, il ne semble pas y avoir une tendance claire si ce n'est que les anciens députés Adéquistes ont tous conservé une part très importante de leurs votes. À l'inverse, la victoire Libérale dans Beauce-Sud aurait été vraiment difficile à prévoir en regardant 2008 et la variation depuis lors.

Dans les faits, le modèle a bien fonctionné sauf en Montérégie. Cette région semble avoir réagi différemment cette année que par le passée. En particulier, la CAQ n'y a pas vu sa hausse provincial amplifiée autant que c'était le cas pour l'ADQ. Alternativement, le PQ et PLQ y ont plutôt bien résisté. Mais au-delà de ça, il semble y avoir davantage d'effets locaux (ou des candidats). Dans cette seule région, le modèle aurait fait 8 erreurs, un taux bien plus élevé que partout ailleurs.

Au fait, en utilisant un modèle uniforme (donc qui ne tient pas compte de la région ou du candidat sortant) et en faisant l'hypothèses ADQ=CAQ, un tel modèle aurait donné les résultats suivant: PQ: 59, PLQ: 45 et CAQ 20.

Pour conclure, que faudra-t-il améliorer pour le prochain modèle? La première chose sera de mieux identifier la CAQ. Cela sera grandement simplifié grâce aux données de cette élection. Aussi, les sondages locaux étaient plus justes que d'habitude et 2-3 erreurs auraient pu être évitées en incorporant davantage cette information. À l'avenir, je pense faire une moyenne entre mes projections et les sondages locaux lorsqu'il y en a.

Post-Mortem rapide et préliminaire

Post-Mortem rapide et préliminaire
La grosse surprise de la soirée est bien sûr le PLQ qui performe bien au-dessus des sondages, y compris ceux d'hier (surtout celui d'Ekos...). Les projections basées sur les sondages ont naturellement sous-estimé ce parti. Mais c'est normal, le modèle serait vraiment faux s'il prévoyait le PLQ à 45-48 sièges alors qu'il est sondé à 26-27%.

Dans les faits, si vous aviez les "bons" pourcentages, voici les projections (écrit à 21h45):

PQ: 59
PLQ: 45
CAQ: 19
QS: 2

Cela ressemble pas mal à ce qui est affiché actuellement sur les écrans de Radio-Canada ou de TVA. Si vous utilisez le simulateur, vous trouvez naturellement des erreurs dans des comtés, c'est normal. Mais globalement, le modèle était capable de transposer les intentions de votes provinciales en sièges. Je suis donc fort satisfait à première vue. En particulier, on voit que le modèle pouvait retranscrire les distorsions du mode de scrutin avec la CAQ à peine derrière en termes de voix, mais finissant loin derrière dans les sièges. Il y a peu, j'avais estimé que dans cette zone payante, chaque point de pourcentage représentait au moins 5 sièges et on le voit bien avec la CAQ ce soir.

Je ferai un post-mortem détaillé demain matin.

4 septembre 2012: À quoi vous attendez-vous?

4 septembre 2012: À quoi vous attendez-vous?
Puisqu'il n'y a vraiment plus rien à faire mais attendre les résultats (et étudier toutes les 2h le taux de participation), commençons une discussion ici.

À quoi vous attendez-vous? En particulier, s'il devait y avoir une surprise par rapport aux sondages et/ou projections, lesquelles vous surprendraient le moins?

Par exemple, le PLQ va-t-il faire mieux que 33% Certains d'entres vous pensent que oui.

Seriez-vous davantage surpris par un sursaut Libéral ou un effondrement complet?

Faites-moi part de vos commentaires.

3 septembre 2012: Projections finales: un gouvernement Péquiste.

3 septembre 2012: Projections finales: un gouvernement Péquiste.
[Mises-à-jour pour tenir compte du dernier sondage Forum] Avec ce sondage de dernière minute, Forum nous montre le PQ en terrain majoritaire. Je sais que beaucoup d'entre vous, et moi aussi, faisons moins confiance à Forum. Cependant, ce sondage a le mérite d'être fait la veille du vote et d'avoir une grande taille d'échantillon. Ainsi, il se peut qu'il capture une tendance de dernière minute, tout comme Forum l'avait fait pour l'élection en Alberta. Je l'ai ainsi inclus à la moyenne des autres sondages de la semaine passée. Afin de ne pas biaiser mes estimations en faveur de Forum, je compte chacun de leurs deux derniers sondages avec un poids de 50%.

Si la tendance des sondages se maintient, le prochain gouvernement du Québec sera formé par le Parti Québécois de Pauline Marois. Il est difficile de projeter si ce gouvernement sera minoritaire ou majoritaire. Les projections actuelles (voir sur la droite, sous "Projections finales") penchent en faveur d'une majorité, mais ça ne tient pas à grand chose. Une sortie de vote un peu plus efficace d'un parti, une légère erreur des sondages ou encore un peu de chance dans les luttes serrées, tous sont des facteurs possibles qui décideront si Pauline Marois obtient une majorité. [MàJ due au sondage Forum]: si je n'utilisais que le sondage Forum, le PQ serait naturellement projeté largement majoritaire. Cependant, il est trop risqué de tout baser sur un seul sondage. En tenant compte de ce sondage de dernière minute, on voit cependant une tendance à laquelle je m'attendais un peu: le PQ plus élevé et la CAQ plus basse que prévue. Inclure le dernier sondage Forum, même à 50%, fait en sorte d'augmenter un petit peu le PQ (de 32.7% à 33.1%), une hausse marginale mais qui, combinée à la baisse de la CAQ, fait passer quelques comtés de l'autre bord. Au final, toute l'analyse ci-dessous tient encore. La seule vraie différence est que le PQ est un petit peu plus confortablement projeté avec une majorité. Mais pas suffisamment pour que je projette cela officiellement. Je dirais maintenant que les chances d'une majorité ne sont plus de 50/50, mais de 55/45.

Dans un premier temps, regardons pourquoi il est très improbable que le PQ ne termine pas premier et forme ainsi le gouvernement. Le PQ a été remarquablement stable tout au long de cette campagne. Il détient une avance dans les intentions de votes, mais également dans l'enthousiasme de ses électeurs ou la fermeté de leurs choix. Ainsi, il est pratiquement impossible que le PQ se réveille avec une mauvaise surprise du style son vote n'est pas sorti ou beaucoup ont changé d'avis au dernier moment. Si l'on fait la moyenne des trois derniers sondages et calcule une marge d'erreur, on a que l'intervalle pour le Parti Québécois est entre 31.70% et 34.45%. Même en étant dans le bas de cette fourchette (et donc le PLQ et/ou la CAQ se retrouvant dans le haut de leurs propres intervalles), le PQ finirait quand même largement premier, avec une minorité cependant. L'autre moyen d'introduire de l'incertitude dans les projections est de regarder les luttes serrées. Même en perdant toutes les luttes serrées, le PQ finirait encore et toujours premier.

En plus de cela, les sondages locaux ont tous montré une avance Péquiste égale ou supérieure à ce que l'on pouvait projeter, sauf dans de rares exceptions (ex: Hull). Je ne fais pas particulièrement confiance aux sondages locaux, mais cela nous permet de nous conforter dans le fait que le PQ est bel et bien en tête. Le seul problème potentiel pour le PQ est le fait que ce parti se retrouverait techniquement sous les résultats de 2008. Cela signifie que dans quelques comtés, le candidat péquiste pourrait avoir une mauvaise surprise.

Ainsi, il est vraiment très peu probable que le gouvernement soit d'une autre couleur que celle du PQ après demain soir. Oui les sondages font parfois des erreurs, mais ils ne sont en général pas si loin de la vérité. En plus, le PQ avait été passablement sous-estimé en 2008. Si l'histoire devait se répéter, le PQ gagnerait non seulement mais aurait une confortable majorité.

Regardons maintenant la course pour l'opposition officielle entre le PLQ et la CAQ. C'est serré et le PLQ a actuellement une petite avance, en raison du grand nombre de comtés "assurés" avec lesquels ce parti se retrouve sur l'île. La CAQ a bien la région de Québec mais cela ne compense pas complètement. Le PLQ pourrait aussi être sous-estimé si la fameuse "prime à l'urne" des Libéraux refaisait surface après n'avoir pas existé depuis au moins deux élections (en 2008, le PLQ avait même fait moins bien que prévu), ou si les calcules de Claire Durand s’avéreraient corrects. Personnellement, je pense qu'il est en fait plus probable que le PLQ se retrouve un peu en-dessous des sondages. Après 9 ans au pouvoir et un taux d'insatisfaction record, Jean Charest ne devrait pas pouvoir compter sur de tels effets de dernière minute. En chutant à un niveau historiquement bas (et jamais observé depuis... ?), le PLQ risque l'effondrement dans bien des régions et comtés. Pensez Bloc Québécois ou PLC en Ontario lors des dernières élections fédérales.

Quant à la CAQ, c'est le parti qui a profité le plus de la campagne. Les médias exagèrent cependant sa hausse. Après tout, la CAQ était déjà à 27% dans un sondage Léger le 10 août. On ne parle ainsi pas de vague ou raz-de-marée. Le parti de François Legault est aussi derrière le PQ chez les francophones et dans la région clé du 450. Ainsi, à moins d'un gros bonus de dernière minute, la CAQ ne devrait pas dépasser les 30 députés au mieux. Les sondages locaux montrent en plus que ce parti est parfois significativement en-dessous des projections. Au final, François Legault et son parti pourraient bien faire les frais du mode de scrutin et se retrouver avec bien moins de sièges qu'espéré, y compris pour ses candidats vedettes dans le 450.

Pour le PQ, et par rapport à la possible majorité, vaut-il mieux que le PLQ ou la CAQ performe mieux que prévue? La réponse est le PLQ. Il vaudrait mieux en effet que le PLQ soit par exemple 1 point au-dessus des sondages et la CAQ 1 point en-dessous. La progression Libérale ne coûterait que peu de sièges au PQ car le vote Libéral reste fortement concentré. À l'inverse, une baisse de la CAQ permettrait à Pauline Marois d'avoir le champ libre dans le Québec francophone hors de la Capitale Nationale.

Regardons maintenant les "petits" partis. Québec Solidaire a fait je crois une bonne campagne et a même progressé vers la fin dans les sondages. Certes QS avait été sondé plus élevé avant les élections, mais c'est souvent le cas pour les tiers partis. Ainsi, le fait que QS ait réussi à rester vers les 6-8% après un mois de campagne (et les appels du PQ à ne pas diviser le vote) est remarquable pour cette petite formation. À l'heure actuelle, ses deux co-portes-paroles devraient être élus dans leurs comtés. De plus, la concentration du vote QS dans l'Est de Montréal et le travail intensif dans quelques comtés cibles pourraient permettre à ce parti d'obtenir 3 ou 4 députés. Il s'agît d'une situation moins probable, mais pas impossible. Laurier-Dorion en particulier pourrait passer à l'orange si les conditions s'alignent pour QS. Ce comté pourrait aussi décider d'une majorité ou d'une minorité péquiste.

Option Nationale a elle aussi plutôt réussi sa campagne. Ce n'était pas gagné d'avance pour ce nouveau parti. Pas d'invitation au débat, une présence médiatique moindre, etc. Pourtant, ON est à 2-3% de manière constante dans les sondages. Il se peut que ce nombre soit un peu sur-estimé par rapport aux résultats demain soir cependant. Projeter ON n'est pas facile car c'est un nouveau parti. Au final, soyons honnêtes, ce  parti ne peut faire élire, au maximum, qu'un seul député: son chef Jean-Martin Aussant dans Nicolet-Bécancour. Je dirais qu'en gros, Aussant a une réelle chance si son parti fait plus de 2%. Sinon, il devrait représenter à lui-seul un pourcentage très fort de son parti (genre 15-20% de tous les votes ON devraient être pour lui, une performance qui serait une première dans le Québec récent). La bonne nouvelle pour lui est que ce comté est vraisemblablement une lutte entre lui et la CAQ. Ainsi les électeurs Péquistes pourraient voter stratégique et se reporter sur ON.

Finalement, les Verts sont quasi-inexistant et ne feront élire aucun député. Dans les faits, l'effet principal de ce parti pourrait être dans les comtés où ils ne présentent pas (ou plus) de candidat. Dans certains cas, le candidat Vert serait projeté à 4-5% et il faudrait savoir ce qui arrivera à ces votes. Les deuxièmes choix des électeurs Verts ne sont pas fiables car les sondages Léger n'avaient environ que 20 observations pour ce parti. Ainsi, les 2e choix changent beaucoup entre le premier et le dernier sondage par exemple.

Quoiqu'il arrive demain, j'espère que vous avez apprécié mes articles et mes projections durant ces 5 semaines. J'ai essayé du mieux que je pouvais d'écrire des articles variés et originaux, en plus des traditionnelles articles décrivant les projections. J'ai beaucoup aimé les nombreux commentaires, surtout ceux des lecteurs réguliers. Cela crée une sorte de petite communauté où les débats ont été, la plupart du temps, courtois et sans partisanerie excessive.

Note: ces projections sont basées sur les derniers sondages. Je ne fais pas de la magie, si les sondages se révèlent être tout faux, mes projections le seront également. Si vous pensez savoir les bons pourcentages, le simulateur est là pour ça. De plus, même en ayant les bons pourcentages de voix, il faut s'attendre à 10-15 circonscriptions avec des erreurs. La plupart dans des luttes serrées.

3 septembre 2012: Tout le monde dans la zone payante

3 septembre 2012: Tout le monde dans la zone payante

Avec les trois principaux partis au-dessus de 25% (et sous les 35%), cela fait en sorte qu’ils se retrouvent tous dans ce qui est généralement appelée la “zone payante”, cette fameuse zone où chaque point de pourcentage supplémentaire se transforme en de nombreux sieges en plus. Le mode de scrutin est tel que de passer de 5 à 15% peut parfois ne pas se transformer en victoires dans des comtés. À l’inverse, dès qu’un parti dépasse les 25%, on voit une progression rapide dans les  sièges.

Cette année par exemple, une perte de 1 point du PQ au profit de la CAQ transférerait cinq sieges du premier au second, entraînant par la meme occasion Pauline Marois dans une situation minoritaire. Le meme transfert de voix du PQ au PLQ ferait là encore perdre 5 sièges au PQ, des sieges qui iraient au PLQ et à la CAQ. Finalement, 1% de transfert de la CAQ au PLQ résulterait là encore en 5 sièges de perdus. Vous pouvez essayer d’autres scenarios similaire dans le simulateur.

Lorsque chaque point de pourcentage se tranforme en au moins 5 sièges supplémentaires ou perdus, la moindre sur- ou sous-estimation dans les sondages pourrait nous donner des surprises lors de la soirée électorale. Cela démontre également que la majorité actuellement projetée pour le PQ est des plus fragile.
Prenons un exemple concret: le Parti Vert du Québec. Ce parti n’a pas une presence médiatique très forte et est actuellement sondé entre 1 et 3%. Sauf que ce parti ne présente des candidats que dans un peu moins de 60 comtés. Les sondages ne tiennent pas compte de cela et il est raisonnable de penser que bien des personnes sondées ne savent meme pas s’il y aura un candidat Vert sur les bulletins de vote de leur comté. Cela signifie que le 2% du Parti Vert dans les sondages pourrait bien se transformer en seulement 1.5% (voire moins encore) le jour du vote puisque beaucoup d'électeurs Verts ne pourront pas voter selon leur premier choix. Une difference qui ne fera aucune difference pour ce parti, mais un 0.5% qui pourrait être important pour les trois principaux partis.

2 septembre 2012: Nouveau sondage Léger montre la même situation que les autres

2 septembre 2012: Nouveau sondage Léger montre la même situation que les autres
C'est agréable pour une fois d'avoir tous les sondeurs du même avis. Le dernier Léger montre en effet les mêmes chiffres que le précédent, et des intentions de votes très similaires (et souvent carrément les mêmes) que les deux derniers sondages Crop et Forum. Ceci est remarquable car les périodes de collecte de données sont différentes, et les méthodologies aussi (internet pour Léger, téléphone pour Crop et système téléphonique automatisé pour Forum).

J'ai mis-à-jour les projections générales sur la droite. La situation reste vraiment la même: le PQ bien en tête, avec 50/50 de chances de remporter une majorité, le PLQ et la CAQ derrière luttant pour la deuxième place.

Le sondage Léger nous montre une chose surprenante: alors que tous les partis ont augmenté la part de leurs électeurs qui déclarent leurs choix comme étant définitifs, la CAQ a en fait baissé sur ce point. Ce n'est pas vraiment un bon signe. Cela signifie que le Parti de François Legault coure encore le risque de perdre des voix, sans pour autant pouvoir compter sur beaucoup de non-définitifs des autres partis. Bien sûr il reste les indécis mais ceux-ci sont plutôt faibles chez Léger. Ils sont cependant près de 19% chez Crop. Comme déjà  discuté dans les commentaires sur un billet précédent, cela peut s'expliquer par la méthodologie: Léger utilise un panel internet, Crop fait ses sondages par téléphone. Il est ainsi normal de rejoindre davantage d'indécis par un coup de téléphone aléatoire. Cependant, rappelez-vous également qu'il est fort possible que ces indécis ne votent simplement pas. Après tout, vous n'avez jamais un sondage avec 30-40% des répondants déclarant ne pas avoir l'intention de voter.

1er septembre: Projections avec les pourcentages calculés par Claire Durand

1er septembre: Projections avec les pourcentages calculés par Claire Durand
Claire Durant est une grande spécialiste des sondages. Son blogue est toujours un plaisir à lire. Durant cette campagne, elle a un bon argument concernant la sous-estimation du vote PLQ. Je vous laisse lire ses articles mais en gros, la variation observée chez le PLQ depuis le début de la campagne provient en grande partie de variations chez les non-francophones. Or, la proportion de non-franco dans les échantillons varie considérablement et dans certains cas (Forum) n'est même pas corrigée par la suite. Selon elle, une meilleure méthode serait de faire: 0.2 (proportion de non-franco)* intentions de votes pour le PLQ chez les non-franco fixées à 70%+0.8* intentions de votes PLQ chez les franco (environ 20-25% depuis le début de la campagne).

De plus, Mme Durant préfère cette fois-ci attribuer les discrets (ceux qui refusent de s'identifier) non proportionnellement. Elle les attribue à 50% au PLQ, et à 25% au PQ et CAQ. Ces deux effets combinés donnent des intentions de votes très, très différentes de celles des sondages. Ainsi le PLQ serait à 35% (oui oui!), le PQ à 29% et la CAQ à 26%.

Transposés en sièges, cela donnerait... PLQ majoritaire avec 63 sièges. Une situation complètement différente que celle attendue. Si cela devait arriver le 4 septembre, la choc serait surement encore plus grand que lors de l'élection en Alberta plus tôt cette année.

Est-ce que je pense que ce scénario est probable? Non. Bien que j'aime beaucoup l'analyse de Mme Durant, je ne peux m'empêcher de regarder le comportement des chefs et des électeurs et conclure que le PLQ ne bénéficie pas actuellement de 6 points d'avance sur le PQ. De plus, ces intentions de vote corrigées ne correspondraient en rien aux sondages locaux que nous avons eu. Je crois personnellement que les sondages seront cette fois-ci plutôt proches des résultats. Le fait qu'ils soient tous en accord me renforce dans ma position. Dans les faits, si je devais m'attendre à une surprise le 4 septembre, ce serait à une performance plus faible que prévue de la CAQ, mais je n'ai pas une analyse détaillée pour justifier cela. Je me base essentiellement sur les nombreux sondages locaux montrant la CAQ plus basse que prévue, ainsi que le haut taux de non-définitifs chez la CAQ.

Au final, chapeau à Mme Durand si cela se produit. Je considère personnellement que ma job est de transposer les % en sièges, pas de deviner les %. Mais bien sûr j'aimerais bien ne pas être complètement dans le champ pour mes projections finales lol.

1er septembre 2012: Terrebonne retourne au PQ

1er septembre 2012: Terrebonne retourne au PQ
Il y a eu deux sondages (un de Repère ici et un de Crop) faits dans le comté de Terrebonne et les deux montrent le PQ largement en avance sur le candidat vedette de la CAQ, le Dr Barrette. J'accordais un bonus à ce dernier car je pensais qu'il s’agissait d'un candidat vedette. Le bonus avait été ajouté en début de campagne lorsque la CAQ n'était qu'à 23-24% globalement et ne remportait encore que peu de victoires dans les Laurentides. Or ce n'est plus le cas et si le Dr. Barrette est sondé si bas alors que son parti est largement plus élevé (surtout dans le 450 selon Crop), je crois qu'il est plutôt sage de dire qu'il ne bénéfice en rien d'un avantage particulier.

J'ai ainsi supprimé le bonus et les projections "brutes" redonnent ce comté au PQ (vous pouvez le voir dans le simulateur ou lors de la prochaine mise-à-jour des projections générales). Pas avec une avance aussi forte que dans les deux sondages, mais je ne vais quand même pas retirer des points au candidat vedette de la CAQ lol

31 août 2012: Le paradoxe Outaouais pour les Libéraux

31 août 2012: Le paradoxe Outaouais pour les Libéraux
La région de l'Outaouais est traditionnellement une région favorable au PLQ. Entre 2003 et 2008, le parti de Jean Charest y a remporté les cinq comtés, souvent avec des majorités confortables. Cependant, le PLQ n'y a pas été stable, loin de là. Entre 2003 et 2007, c'est même la région où le PLQ y avait perdu le plus de points. En effet, alors que la baisse provinciale était de 13 points, le PLQ avait baissé de 16 points en moyenne en Outaouais. Et lorsque le PLQ avait progressé de 9 points entre 2007 et 2008, ce parti avait en général augmenté davantage dans les 5 comtés de cette région.

C'est ce que j'appelle le paradoxe de l'Outaouais pour les Libéraux. Une région où le PLQ y est élevé et peut balayer tous les comtés, mais en même temps être susceptible de baisser considérablement. Étant donné la baisse énorme que le PLQ connaît d'après les sondages, il est fort possible que l'Outaouais soit une région catastrophique pour Jean Charest mardi soir.

31 août 2012: Nouveau sondage Crop montre le PQ minoritaire

31 août 2012: Nouveau sondage Crop montre le PQ minoritaire
Le dernier sondage Crop nous montre un gouvernement PQ minoritaire (entrez les chiffres dans le simulateur pour vous en convaincre). Ce sondage est somme toute très stable. Tous les sondeurs semblent maintenant s'entendre sur la situation: le PQ en tête, à 32-33%, la CAQ deuxième à 28% et le PLQ troisième à 26%. Je sais que certaines personnes se concentrent vraiment sur le terme minoritaire ou majoritaire, mais dans les faits, que le modèle donne le PQ à 63 ou à 62, la situation est la même. Je comprends que la situation serait fort différente le mardi au soir, mais le modèle est là pour vous donner une idée générale de l'état de la situation, dans chaque comté. Un comté en plus ou en moins, c'est pas mal imprévisible. Il faut ainsi retenir ceci des projections actuelles: le PQ formerait le prochain gouvernement. Ce dernier serait minoritaire ou majoritaire, c'est vraiment serré. Le PLQ et la CAQ se disputeront la deuxième place.

Ce sondage montre aussi une montée de QS qui se retrouverait carrément à 9%. Après le 8% du sondage Forum d'hier, il semble y avoir une vraie tendance là derrière. À 9%, QS est dans la course dans Laurier-Dorion. Je pense qu'il est maintenant pas mal établi que le 4 septembre, la formation d'Amir Khadir et Françoise David pourra espérer entre 2 et 4 députés. Ça prendra de gros efforts de ce parti, tout comme élire Khadir en 2008 n'avait pas été facile, mais c'est tout à fait possible. 4 comtés qui pourraient bien nous tenir éveiller mardi prochain et qui auront potentiellement un impact sur le résultat final.

J'ajouterai ce sondage à la moyenne générale après le dernier Léger que l'on devrait avoir durant la fin de semaine. J'imagine que ce seront les derniers sondages avant l'élection de mardi, à moins que Forum ou une firme anglophone n'en publie un autre.

Au fait, quand l'expert de Crop parle d'un "plancher de 30 sièges" pour la CAQ, je le trouve vraiment optimiste. Oui la CAQ est élevée, surtout à Québec et dans le 450, mais je ne mettrais pas son plancher aussi haut. N'oublions pas également que le PQ détient une bonne avance chez les franco, alors que l'ADQ en 2007 avait terminé première chez les franco. Cela devrait remettre les choses en perspectives.

31 août 2012: Quelques commentaires

31 août 2012: Quelques commentaires
Tout d'abord, je me dois de parler un peu du sondage Forum vu que je n'ai pas eu le temps de le faire hier. Comme je l'ai déjà mentionné, la bonne nouvelle (du moins en ce qui a trait à la prévision de cette élection) est que Forum a maintenant des résultats similaires aux deux autres sondeurs. Après les résultats pour le moins étranges de la semaine passée, cela fait du bien d'avoir les sondeurs qui s'entendent. J'ai ajouté ce sondage à la moyenne et mis-à-jour les projections générales ci-contre. Grâce à ce sondage, le PLQ conforte légèrement sa 2e place (j'ai aussi fait une petite modification dans Hull en raison du sondage local. J'ai légèrement augmenté le résultat du candidat PLQ, au détriment du candidat CAQ). À remarquer que la répartition régionale du vote du sondage Forum est vraiment, vraiment proche de mes projections, en particulier dans le grand Montréal et la région de Québec.

Un tableau que j'aime beaucoup (et que Forum est le seul à fournir) est celui présentant les intentions de votes selon le vote de 2008. Comme d'habitude on remarque que la CAQ ne récupère pas tout l'ADQ, mais seulement environ 60%. Un chiffre que je trouve très surprenant est le 24% d'électeurs QS en 2008 qui voteraient maintenant PQ. Étant donné que Québec Solidaire est sondé bien plus haut qu'il y a 4 ans, on pourrait s'attendre à un meilleur taux de rétention de ce parti. En fait, à regarder ce tableau, on en arrive à la conclusion suivante: Le PQ a perdu un peu de votes chez la CAQ mais compense par les ajouts provenant de QS et de l'ADQ. Le PLQ en revanche perd des plumes en faveur de la CAQ mais n'a pas vraiment de sources pour compenser, d'où la chute dans les intentions de votes provinciales. Quant à QS, ils perdraient pas mal de leurs électeurs au PQ et à la CAQ, mais compensent par des afflux d'un peu partout.

Je m'amuserai aujourd'hui à faire des projections où, au lieu d'utiliser mon modèle habituel qui se base sur les intentions de votes globales, je redistribuerai les votes de 2008 dans chaque comté selon le tableau Forum. On verra si cela fait beaucoup de différence.

Outre le sondage Forum, mon texte aujourd'hui sur le blogue élection du JdM montre qu'il est plutôt rare qu'un parti augmente dans un comté quand ce parti baisse au niveau provincial (ou vice versa). L'article sera disponible ici dès 9h, heure du Québec. Je trouve cela pertinent car quand je vois les nombreux sondages locaux où le PQ serait en fait plus élevé qu'en 2008, je me dis que cela serait étrange quand c'est arrivé si rarement par le passé. À moins bien sûr que le PQ soit sous-estimé dans les sondages nationaux.

Plus tard dans la journée, je parlerai de ce que j'appelle le paradoxe Outaouais pour le PLQ. Il s'agît en effet d'une région où ce parti est en général fort élevé, mais c'est aussi une région où Les libéraux sont très volatiles.

Une note sur les commentaires

Une note sur les commentaires
Je ne modère pas automatiquement les commentaires car je fais confiance aux individus. Cependant, il semble y avoir eu un virage pour le pire dans les commentaires récemment. Pas tous, loin de là, mais c'est en particulier le cas pour le billet sur le sondage Forum.

Je tiens à conserver ce site le moins partisan que possible. Je n'ai rien contre un bon débat, même partisans, entre lecteurs de ce blogue, mais quand cela tourne aux insultes et attaques gratuites, je ne peux tolérer cela.

Ainsi, à partir de maintenant, je me réserve le droit de retirer les commentaires que je jugerai non-appropriés. Vous pouvez toujours venir ici et commenter, et même défendre vos couleurs, mais faites-le dans le respect. Il y a largement assez de sites internet où vous pouvez vous livrer à des commentaires plus partisans. Ceci est un site de projections.

Merci de votre compréhension.

30 août 2012: Nouveau sondage Forum, en accord avec Crop/Léger pour une fois!

30 août 2012: Nouveau sondage Forum, en accord avec Crop/Léger pour une fois!
Un début de billet pour vous mentionner le dernier sondage Forum qui, une fois n'est pas coutume, montre la même chose que les autres sondeurs. Ben hâte de lire leur justification pour la chute de 7 points du PLQ cependant lol La vraie explication devrait être: "notre dernier sondage était dans le champ", mais ça n'arrivera pas. À noter la taille énorme de l'échantillon, 2600.

Je ferai une analyse détaillée plus tard, j'avoue que j'avais déjà quelque chose de planifié pour cette après-midi. En attendant vous pouvez toujours utiliser ces chiffres dans le simulateur.

29 août 2012: Quelques modifications pour QS

29 août 2012: Quelques modifications pour QS
Québec Solidaire n'est pas le parti le plus facile à projeter. Les "grands" partis sont plus faciles car au cours des 3 dernières élections, ils ont connu de grandes variations. Ça aide considérablement pour estimer les coefficients régionaux. Pour QS, si la variation 2003-2007 était "ok", la variation entre 07 et 08 est presque zéro. Cependant, entre ces deux élections, QS avait néanmoins réussi à concentrer son vote plus efficacement. Cela avait permis à Amir Khadir de se faire élire, à Françoise David de se rapprocher et à d'autres candidats de presque doubler leurs scores dans leurs comtés.

Ainsi, pour QS, gagner ou non un comté est plus une question d'organisation locale et de campagne ciblée, que de gruger des points au niveau provincial. Le modèle donne certes déjà une prime à ce parti dans Montréal Est, mais cela pourrait ne pas être suffisant.

Regardons en particulier les deux comtés que QS pourraient remporter en plus de Mercier et Gouin (qui sont, selon moi, acquis à la cause de QS): Laurier-Dorion et Sainte-Marie-Saint-Jacques.

Dans Laurier-Dorion, entre 2007 et 2008, QS est passé de 8% à 13%. En utilisant simplement la variation provinciale de 0.14%, on n'aurait jamais pu prédire un tel saut. Le bonus de QS provient intégralement du PQ qui était passé de 36% à 34% malgré une hausse au niveau provincial.

Dans Sainte-Marie-Saint-Jacques, la hausse principale est survenue entre 03 et 08. Entre 2007 et 2008, la hausse est d'environ 1 point, donc supérieure à la moyenne nationale mais pas incroyablement amplifiée.

Dans les deux cas, QS se retrouve donc au-dessus de ce qu'on aurait pu prédire. La question est vraiment de déterminer si ce parti peut refaire le coup cette fois-ci et concentrer une bonne part de sa hausse dans ces deux comtés.

QS m'a gracieusement fourni leurs pointages dans ces deux comtés. Un grand merci pour ça (en passant, chers membres du PLQ, je suis preneur des pointages n'importe où mais en particulier dans Sherbrooke! Bon je sais bien que ce site n'est pas très fréquenté par les Libéraux lol). Je ne suis pas naïf, je sais fort bien que des pointages de parti, ce n'est pas la même chose que de vrais sondages ou qu'une élection. Néanmoins, les chiffres observés me laisse à croire que Québec Solidaire est effectivement plus élevé que prévu dans ces comtés.

Prendre Sainte-Marie-Saint-Jacques serait une énorme performance cependant. On parle d'un comté où le PQ y avait presque remporté une majorité absolue! Laurier-Dorion est une autre histoire par contre. On peut déjà se souvenir de la surprise il y a quelques années quand le PQ avait remporté cette circonscription lors d'une partielle. De plus, un facteur favorable à QS est le fait qu'il ne suffit que d'environ 30% pour remporter ce siège, en raison de la division du vote.

Au final, j'ai ainsi décidé de donner un bonus de 5 points dans chaque comté, pris essentiellement au PQ. Ajoutez à cela le 4-5% projeté des Verts, une projection probablement trop généreuse pour ce parti que je crois sur-estimé dans les sondages. Les électeurs Verts ont d'ailleurs QS (et la CAQ) comme principaux deuxième choix. Dans ce comté spécifiquement, je peux imaginer qu'il y aura du vote stratégique chez ces partisans. Il y a aussi ON, mais ses électeurs semblent plus partagés entre QS et le PQ. Ainsi, il est difficile de prédire ce qui arriverait en cas de vote stratégique.

Avec ce bonus, QS est maintenant projeté au-dessus des 20%. Cela n'est toujours pas suffisant pour remporter le comté, mais cela rend la formation de Françoise David et Amir Khadir plus compétitive. La semaine prochaine, ce sera définitivement l'un des comtés à surveiller. J'accorde aussi un avantage de 5 points à QS dans SMSJ, mais cela laisse quand même le PQ bien en tête. Toutefois, QS peut être très efficace et surprenant lorsqu'ils décident de se concentrer dans un comté, alors on ne sait jamais. En plus, il n'y a pas de candidat Vert dans SMSJ. Or, s'il y en avait un, les projections le placerait à environ 5-6%. Si j'ai fait le choix de ne pas redistribuer les votes du parti Vert dans chaque comté, je le fais dans celui-ci. Il est difficile d'estimer le report des votes Verts (dans le sondage Léger, nous avons... 16 répondants Verts dans le tableau sur les 2e choix lol), mais je redistribue 40% à QS. Choix arbitraire mais qui permet à ce parti de gagner 1-2 points et qui serait logique avec du vote stratégique. Le reste du parti Vert est distribué proportionnellement.

Les projections seront mises-à-jour prochainement, mais le simulateur le sera ce soir.

29 août 2012: Député sortant ne se représentant pas

29 août 2012: Député sortant ne se représentant pas
À voir les différences dans les deux sondages faits en Outaouais dans Hull et Papineau, et après avoir lu un commentaire m'indiquant que ce n'était pas le même député sortant dans Papineau, cela m'a donnée l'idée d'estimer cela. Après tout, à l'heure actuelle, la variation dans un comté est une fonction de la variation provinciale, de la région et du fait d'avoir remporté le comté lors de la précédente élection. Cependant, cette dernière variable ne dépend pas du fait que la personne élue se représente, c'est vraiment le parti.

Je suis donc retourné à mes estimations et j'ai regardé si cela faisait une différence quand le député sortant ne se représentait pas. Après quelques essaies, j'en suis venu à la conclusion que le mieux était d'inclure une variable dichotomique (variable qui ne prend que deux valeurs, 1 et 0, ou succès et échec si vous préférez) pour indiquer qu'un parti avait perdu son député entre les deux élections. Je ne peux faire cette analyse que pour le PLQ et le PQ. l'ADQ n'ayant jamais connu cela.

Au final, il y a donc deux effets. Le premier est de combien la variation provinciale est atténuée/augmentée dans les comtés détenus par le parti en question. L'autre est indépendant de la variation provinciale et est davantage un ajustement pour tenir compte du départ du député sortant.

Pour le PLQ, tenir compte du fait que le député sortant ne se représente pas ne fait virtuellement aucune différence. Un député Libéral ne se représentant pas ne coûte en moyenne que 0.5 point à son parti. Le fait d'avoir remporté cette circonscription lors de la dernière élection n'est pas non plus très significatif. Cela réduit un peu la variation, ce qui signifie que le PLQ est plus résistant dans ces comtés, mais de très peu. Ainsi, les électeurs Libéraux semblent bel et bien voter pour le parti (ou le chef) et non pour le candidat local. Et une fois qu'on a tenu compte de la région, il semble que cela soit suffisant.

Pour le PQ, le fait de détenir un comté fait en sorte que la variation y est en fait amplifiée! Ce qui est très étrange (le PQ a perdu davantage entre 03 et 07 dans les comtés remportés en 2003, et a augmenté davantage entre 07 et 08 dans ceux gagnés en 2007). Rappelez-vous que cet effet est estimé en tenant compte de la région. Par contre, un député péquiste qui ne se représente pas entraîne une perte de 3 points de pourcentages en moyenne. Le fait que le PQ ait davantage de députés dans les régions rurales pourrait expliquer cela. En effet, l'importance du candidat est en général plus grande en région qu'à Montréal par exemple.

Faites attention cependant, ces effets sont des moyennes. Il y aura toujours des cas spéciaux où un parti ne remportait un comté seulement grâce à la popularité de son candidat (pensez RdL avec Mario Dumont). Il se peut aussi que l'effet soit parfois positif lorsque le député sortant est remplacé par un candidat vedette.

Pour cette année, cela signifie que le PQ sera potentiellement affecté dans quelques comtés, dont Crémazie. Mais l'avance dans ce comté est suffisant pour que le PQ se permette de perdre quelques points. Cela pourrait faire plus mal dans Nicolet-Bécancour cependant.

29 août 2012: Sondages locaux et commentaires

29 août 2012: Sondages locaux et commentaires
Une petite vague de sondages faits dans quelques circonscriptions.

Commençons par celle du Premier Ministre, Sherbrokke. Les deux sondages précédents faits par Segma montraient le PQ largement en avance, le nouveau Forum nous montre au contraire une lutte serrée. Les projections ont le PQ devant, avec une avance entre ces deux firmes. Je suppose que c'est un bon signe vu que Segma semble toujours sur-estimer un peu le PQ alors que Forum sur-estime le PLQ.

Le même sondage Forum nous montre que Saint-François a une légère avance du PQ. Là encore moins que les projections, mais Forum a probablement le PLQ bien plus élevé provincialement. Finalement, le dernier sondage Forum dans Orford montre une autre lutte serrée avec avantage PLQ, alors que le modèle a une lutte serrée avec avantage PQ.

Ces sondages Forum nous laissent à penser que le PLQ est peut-être plus élevé au niveau provincial qu'on ne pourrait le croire.

Ensuite Trois-Rivières. Nous avions déjà eu un sondage Segma montrant la candidate Péquiste en tête, un nouveau sondage Cible recherche-TVA nous confirme cela. À remarquer que les projections sont plutôt proches du sondage Cible recherche mais pas tant que ça du Segma, en particulier pour la CAQ. Mais la CAQ semble systématiquement plus basse chez Segma que partout ailleurs (pour vous en convaincre, regardez les sondages de débuts de campagne faits dans les comtés du Saguenay-Lac-Saint-Jean et comparez les appuis de la CAQ à la répartition régionale de Léger... À noter cependant ce (petit) sondage Baromètre qui montrait au contraire le PLQ en tête (et après on se demande pourquoi je n'aime pas les sondages locaux! lol). Petit échantillon mais vous savez quoi? C'est la seule firme qui rapporte les marges d'erreur correctement, donc bon...

Ensuite un sondage Segma dans Taschereau montrant une bonne avance péquiste, ce qui confirme mes projections et devraient en surprendre plus d'un puisque, pour des raisons qui me sont quelque peu inconnues, tout le monde semble s'attendre à une défaite péquiste dans ce comté.

Dans Brome-Missisquoi, il semble bien que Pierre Paradis soit en danger, pointant carrément à la 3e place, mais c'est très serrée.

Finalement, allons un peu en Outaouais où les résultats sont un peu contradictoires. Dans Hull, le PLQ semble fort bien résister (j'en avais parlé dans les commentaires au billet d'hier). À l'inverse dans Papineau, le PQ détiendrait une bonne avance. Comment expliquer que dans un comté dans cette région le PLQ résisterait si bien mais dans l'autre il s'écroulerait (dans les deux comtés ce parti avait récolté 51% en 2008, mais dans Hull, il ne perdrait que 12 points alors qu'il en perdait 24 dans Papineau)? Soit des effets locaux, soit que ces sondages locaux ont une volatilité un peu trop grande à mon goût.

28 août 2012: projections mises à jour avec le dernier Crop

Avec le nouveau sondage Crop de ce matin, il semble clair que le PLQ n'a plus aucune chance de remporter le scrutin la semaine prochaine. La CAQ continue sa progression et peut maintenant envisager non seulement d'empêcher une majorité péquiste, mais également de devenir l'opposition officielle.

Les projections sont disponibles en cliquant sur l'image ici à droite, sous "projections générales". À remarquer que j'ai modifié un tout petit peu le modèle afin de refléter la relative faiblesse de la CAQ dans le centre du Québec (les sondages locaux à Trois-Rivières ou Saint-Maurice montrent en effet que la CAQ ne performe pas aussi bien que prévu dans cette région).

Mon article sur le blogue élections 2012 du JdM. Comme d'habitude, je compléterai ce billet avec davantage d'analyse un peu plus tard.

[Mise-à-jour]
Comme je viens de le dire en entrevue à midi info, il y a actuellement 37 luttes serrées. C'est un nombre un peu plus élevé que lors des précédentes élections et largement suffisant pour décider le sort de cette élection. Et pour la première fois de cette campagne, la CAQ est impliquée dans davantage de luttes que le PLQ (26 contre 22), un signe de la compétitivité accrue de ce parti. Est-ce que la CAQ réussira là où l'ADQ avait échoué, à savoir remporter une majorité de ces luttes serrées? Si oui, la CAQ a une réelle chance de terminer deuxième.

Pour le PQ, toute sa stratégie de campagne semble avoir été faite afin de ne pas perdre d'appuis, mais pas forcément d'en gagner. En gros, rester à 32-34%, ce qui devrait être suffisant pour reprendre le pouvoir. Je l'ai déjà dit mais cette stratégie fonctionne tant et aussi longtemps que les deux autres partis se divisent. Le PLQ à 30% est de toutes manières pas très compétitif chez les franco, et la CAQ à 24% est trop basse. Or, si la CAQ continue sur sa lancée, la stratégie péquiste pourrait s'avérer coûteuse d'ici une semaine. Si vous regardez du sport, le PQ a joué en défense toute la partie afin de protéger son avance, mais risque de se faire compter un but dans la dernière minute. Et par but, je ne parle pas de finir deuxième, mais bien de manquer la majorité.

La principale différence entre le Crop et le dernier Léger est dans le 450. Crop a la CAQ bien plus proche du PQ que Léger. J'espère que le dernier sondage Léger (probablement pour la fin de semaine prochaine) aura à nouveau un grand échantillon afin de pouvoir regarder les intentions de votes régionales.

27 août 2012: Segma donne la CAQ en avance à Québec, mais moins que chez Léger

27 août 2012: Segma donne la CAQ en avance à Québec, mais moins que chez Léger
Selon le sondage Segma-La Presse, la CAQ est en tête à Québec. Le parti de François Legault y aurait 34%, le PLQ 29% et le PQ 24%. Une domination caquiste pas mal inférieure au dernier sondage Léger où ce parti obtenait pas moins de 46%, loin devant le PQ (24%) et le PLQ carrément troisième à 23%.

Les chiffres Segma sont plus en ligne avec les projections qui donnent la CAQ à 35%, le PLQ à 28% et le PQ à 26%. En fait, il m'était impossible (avec les pourcentages provinciaux) de recréer les chiffres du sondage Léger dans la région de la capitale nationale. De plus, Segma le note bien: le PLQ a perdu 11 point dans cette région depuis 2008. Donc bien moins que la variation provinciale d'environ -15 points. Cela me conforte dans mon hypothèse que le PLQ a récupéré une partie de l'ADQ dans cette région. Même si naturellement, cela ne suffit pas (plus) à Jean Charest pour y remporter des sièges.

Au fait, il est intéressant de remarquer que la CAQ semble essentiellement progresser à Québec durant cette campagne, malgré une campagne qui me semblait davantage ciblée sur le 450. Mais bon, je suis sûr que François Legault ne dira pas non aux nombreux députés de cette région.

25 août 2012: Nouveau sondage Léger montre une situation très stable


Ma première analyse disponible sur le blogue élection du JdM. Ce billet offre une analyse plus approfondie.

Je dirais que le fait marquant de ce sondage est la nette domination de la CAQ à Québec. Léger a toujours eu le parti de François Legault élevé dans ce coin de pays (et généralement plus élevé que les autres sondeurs), mais l'avance est considérable et le PLQ est carrément troisième!

Mais au-delà de cette avance accrue à Québec, tout est vraiment très, très stable. Si vous comparez les deux derniers sondages Léger, presque tous les chiffres sont semblables, des votes franco aux seconds choix. Et à voir l'absence de réel gagnant au débat, cela n'est pas très étonnant. À moins que le Crop ne vienne nous donner des chiffres très différents, je crois qu'il ne faudra pas s'attendre à de grands bouleversement durant la dernière semaine. Pour illustrer à quel point la situation est potentiellement définie, regardons la part des choix définitifs.

Regardez le tableau en page 10. Vous pouvez y voir le degré de certitude des partisans de chaque parti. Le PQ est solide avec près de 80% d'appuis "sûrs", le PLQ et la CAQ ne sont qu'à environ 70% et QS à seulement 48%. Qu'arriverait-il si tous ceux sans choix définitif changeait d'opinion? Regardons-y de plus près en utilisant ce tableau et les données sur les 2e choix. Bien sûr, le calcul ici est une approximation car il part du principe que les second choix des "définitifs" et "non-définitifs" sont les mêmes, ce qui n'est probablement pas le cas. Néanmoins, on fait avec ce qu'on a.

Si on redistribue 18% des votes du PQ selon les seconds choix, on obtient ces nouvelles intentions de vote (après tenir compte naturellement des électeurs sans second choix qui ne voteraient simplement pas):

PLQ: 27.6%
PQ: 26.9%
CAQ: 29.1
QS: 9.4%
Vert: 2.2%
ON: 3.1%

Cela donnerait CAQ minoritaire (essayez-le dans le simulateur). Donc le PQ n'est pas 100% sûr de gagner, mais avoir tous ses partisans non-définitifs changer de bord est naturellement complètement irréaliste. Poussons l'exercice à sa conclusion logique en redistribuant les non-définitifs de tout le monde. Voici le résultat:

PLQ: 23.8%
PQ: 34.6%
CAQ: 26.6%
QS: 8.2%
Vert: 2.4%
ON: 3.3%

Ainsi, le PQ conforterait en fait son avance. Cela se produit car davantage de "non-définitifs" existent pour les autres partis et ainsi le PQ reçoit davantage de votes qu'il n'en perd. Le PLQ est perdant car il ne bénéficie que de peu de seconds choix. Au final comme on peut le voir, à moins d'un évènement majeur ou du report massif d'électeurs CAQ vers le PLQ (ou vice-versa), ou encore si les partisans PQ restent chez eux le 4 septembre, le PQ est pas mal assuré de terminer 1er. Ce parti a été premier depuis le début de la campagne (sauf bien sûr chez Forum...) et ses partisans sont les plus sûrs de leurs choix. La victoire devrait donc revenir à Pauline Marois qui serait élue Première Ministre le 4 septembre. La vraie question est plutôt de savoir si elle aura une Assemblée Nationale avec une majorité péquiste ou non.

24 août 2012: quelques sondages locaux

24 août 2012: quelques sondages locaux
Segma continue de faire des sondages locaux dans quelques comtés. Nous avons ainsi un 2e sondage dans Sherbrook et un premier dans Saint-Maurice.

Dans Sherbrook, Segma continue d'avoir Jean Charest perdant avec seulement 33% contre 45% pour le candidat Péquiste. La CAQ serait très loin derrière à 10%. Une petite remontée pour Charest mais un écart qui reste important. Les projections (qui commencent cependant à dater vu qu'elles utilisent des sondages vieux d'une semaine et plus) ont le PQ à 36% et le PLQ à 30%. Il y a une surestimation du la CAQ qui était déjà présente la première fois. Il se peut que les anti-Charest se réunissent tous au PQ et cela affecte ainsi la CAQ car l'ADq y avait fait 7% en 2008. Or la CAq est quand même 10 points au-dessus de ce parti au niveau provincial, on pourrait donc s'attendre à une progression un peu plus grande. Mais bon, au final nous avons le bon gagnant.

Dans Saint-Maurice, le PQ y est largement en tête avec 42% des voix, contre 26% au PLQ et 22% à la CAQ. En appliquant les marges d'erreurs, le modèle fonctionne plutôt bien. En fait, les projections sont encore plus justes si l'on utilise les chiffres du sondage interne du PQ où ce dernier est à 35%, le PLQ à 30% et la CAQ tombant à 23%.

Entre le Forum, le sondage interne et ces sondages locaux, une tendance semble se dégager: le PQ est solidement en tête. Le PLQ remonte cependant et cela se fait aux dépends de la CAQ. Il semble que le Premier Ministre ait mieux profité des débats que François Legault.

Bien sûr les prochains sondages provinciaux nous aideront à déterminer si cela est vraiment le cas.

24 août 2012: Et si le PLQ n'existait plus?

24 août 2012: Et si le PLQ n'existait plus?
Un petit phantasme probablement pour une partie des lecteurs de ce blogue. La simulation est disponible sur le blogue élections 2012 du JdM. Comme d.habitude, prenez ces simulations comme un simple exercice pour satisfaire votre curiosité (et écrire des billets quotidiens sur un blogue parlant de projections sans nouveau sondage). La semaine prochaine: si la CAQ n'existait pas.
Svpl, ne twitter pas que je projette le PLQ de disparaître lol

MàJ: Lien corrigé, désolé il semble que cela pose parfois problème lorsque j'écris le texte à l'avance et que je planifie l'heure de diffusion. Mes excuses pour cela.

22 août 2012: à quel point la CAQ=ADQ et les effets sur les projections

22 août 2012: à quel point la CAQ=ADQ et les effets sur les projections
L'une des clés pour projeter cette élection est de savoir ce qui est arrivée à l'ADQ. Le modèle part en effet du principe que si un parti ne bouge pas au niveau provincial, alors ce dernier ne bouge dans aucun comté. C'est une hypothèse qui fonctionne relativement bien. Cependant, cela pose des problèmes quand un parti disparaît et un nouveau arrive.
Avec la CAQ, la méthode facile serait de dire: ADQ=CAQ, ainsi cette dernière "commence" à 16.7% et voilà. Sauf que cela serait une simplification plutôt grossière. Dans ce billet, je vais montrer pourquoi je ne pense pas que l'ADQ=CAQ et les effets sur les projections. La première partie est instructive mais la deuxième est technique.

Regardons tout d'abord les sondages de fin 2011 lorsque la CAQ a été créée (en tant que parti) et que l'ADQ a disparu/fusionnée avec. Le 18 octobre 2011, l'ADQ est remontée (après avoir chutée plutôt bas après le départ de Mario Dumont) à 18%. C'est avant que Léger n'inclut la CAQ comme choix de réponse. Lorsque Léger offre le choix du parti de François Legault, on voit que l'ADQ perd environ 50% de son soutien. Sauf dans la région de Québec où seulement 25% rejoignent la Coalition directement.
Entre Octobre et Décembre, Léger continue d'offrir les deux choix et le parti de Legault trône en tête alors que l'ADQ reste à 8% environ. Ensuite vient la fusion et Léger ne propose plus que la CAQ. Or cette dernière n'augmente pas incroyablement avec la disparition/fusion de l'ADQ. Bien sûr il n'est pas facile de comparer. Il se peut que la CAQ ait été à seulement 30% ce mois-ci et c'est en fait les nouveaux venus de l'ADQ qui lui permettent de se maintenir à 35%. Mais dans les faits, le PQ semble recueillir une partie des adéquistes orphelins.
Crop avait moins de sondages durant cette période, ou du moins avec moins d'information.

Regardons plus récemment. Les sondages Forum nous permettent de voir les intentions de votes actuelles en fonction du vote de 2008. Les deux derniers sondages montrent que seulement 55-60% des Adéquistes de 2008 auraient rejoint la CAQ. Une chiffre faible compte-tenu que la Coalition est sondée bien plus élevée que le résultat de l'ADQ il y a 4 ans. En effet, il est normal que le PLQ ne conserve que 67% puisque mathématiquement, ce parti ne pourrait pas conserver 100% avec sa chute dans les intentions de votes. Le PQ, qui est relativement stable entre maintenant et 2008, garderait 75% de ses électeurs. Ainsi, il semble bien qu'il y ait une portion non négligeable d'anciens adéquistes qui n'ont pas suivi leur parti et ne voteraient pas Legault. Et il semble que ce soit davantage le cas dans la région de Québec qu'ailleurs.

À quel point cela influence-t-il les projections? Avant de répondre, il faut bien comprendre une chose. Que la CAQ ait conservé 100% ou 0%, il faut que si ce parti est sondé à (par exemple) à 25% (ou entré dans le modèle à 25%), que ce modèle projette ce parti à 25% en moyenne. Sinon cela n'a pas de sens. Ainsi, eu importe la part conservée de l'ADQ, cela ne cause pas une sous ou sur-estimation de ce parti. Ce que cela influence cependant est la répartition régionale de ces votes. Si la CAQ a conservé 100%, ce parti commence à 16.7% et son vote est essentiellement concentré à Québec. Et donc la variation provinciale est de 25%-16.7%=7.3%. Dans l'autre cas, si la CAQ a conservé 0%, ce parti commence à 0% et la variation provinciale est de 25%.
La question est donc de transposer cette variation provinciale dans chaque comté. C'est là qu'on entre en territoire inconnu. Le modèle utilise les résultats des élections précédentes afin d'estimer des coefficients de variation régionaux, ainsi que le fait d'être le candidat sortant. Or pour la CAQ, nous n'avons pas de données précédentes. Le compromis adopté par le modèle est de faire une moyenne entre une variation purement linéaire (une hausse de 1 point au niveau provinciale entraîne une hausse de 1 point partout) et les coefficients de la défunte ADQ (donc la variation est amplifiée à Québec et le 450, atténuée à Montréal p. ex). L'interprétation est que la CAQ séduit en partie les mêmes électeurs que l'ADQ, mais est moins concentrée dans son soutien. Cela m'a semblé comme un compromis raisonnable.

Si vous voulez voir les effets, voici une version "avancée" du simulateur où vous pouvez entrer non seulement les pourcentages provinciaux, mais également la part de l'ADQ conservée (ou reprise) par chaque parti, dans quelques régions. Rappelez-vous que plus vous partez du principe que la CAQ a conservé une part importante de l'ADQ, et moins la variation provinciale est importante. À l'inverse, si vous mettez davantage de votes ADQ allant au PLQ, ce parti commence non pas à 42% mais plus élevé et sa variation provinciale est plus grande. Encore une fois, cela ne change pas le niveau de soutien en moyenne, mais la répartition régionale de ce soutien.
Vous pouvez ainsi comprendre pourquoi ce paramètre a une importance cruciale pour estimer correctement la CAQ. Par exemple, lors de la dernière révision majeure du modèle, je n'ai en fait que fait en sorte que la CAQ conserve moins à Québec (au profit du PLQ) et davantage dans le 450. Cela ne cause pas des changements de 10-15%, mais assez de petites variations pour changer le gagnant dans quelques comtés. Cela fait en sorte que le PLQ est plus compétitif que prévu à Québec mais que la CAQ est plus élevée dans le 450.

Amusez-vous ainsi avec le simulateur avancé si cela vous intéresse. Vous ne pouvez régler la part de l'ADQ seulement pour les trois principaux partis cependant. Les valeurs de départ sont les valeurs du modèle. Elles peuvent être modifiées plus tard, mais ces valeurs ont été choisies afin de refléter du mieux possible la répartition régionale des votes selon les sondages. En moyenne, la CAQ conserve 75%, le PLQ récupère un peu moins de 10% (mais davantage à Québec) et le PQ un peu davantage en moyenne. C'est à vous de vous assurer que vous ne redistribuiez pas davantage que 100% des votes ADQ cependant. Sachez également qu'en raison de la concentration du vote ADQ dans la grande région de Québec (et Appalaches), modifier le % pour cette région a une influence bien plus importante que si vous modifiez le % pour l'île de Montréal.